“John, qu’est-ce qui se passe dans votre pays ?”

Brèves de crise

   Forum

Un commentaire est associé à cet article. Vous pouvez le consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

“John, qu’est-ce qui se passe dans votre pays ?”

Lors de l’émission de dimanche  Face the Nation, de la CBS, le secrétaire d’État, de retour d’une tournée en Europe et surtout jusqu’à Moscou, a précisé, la mine sinistre, que tous ses interlocuteurs étrangers l’avaient interrogé sur la situation intérieure US à la lumière des élections présidentielles. Les réponses de Kerry ont été particulièrement embarrassées, surtout, sinon exclusivement en raison de la rhétorique„ caractérisant les affrontements des candidats républicains, – soit Trump et Cruz, mais Trump d’abord, surtout et enfin... (Washington Examiner, le 27 mars 2016.)

« Secretary of State John Kerry said Sunday that the 2016 presidential race is an “embarrassment” to the United States. “Everywhere I go, every leader I meet, they ask about what is happening in America,” he said on CBS’ ‘Face the Nation” Sunday morning. “They cannot believe it. I think it is fair to say that they're shocked. They don't know where it's taking the United States of America.”

» Kerry said foreign officials he has talked to find the rhetoric from the Republican candidates, be it on surveillance of Muslim communities or waterboarding during interrogations, to be “an embarrassment to our country.” Kerry added: “It upsets people's sense of equilibrium about our steadiness, about our reliability, and to some degree I must say to you, some of the questions the way they're posed to me it’s clear to me that what's happening is an embarrassment to our country.” »

...Malgré tout le considérable respect que nous entretenons pour un personnage de la qualité de John Kerry, nous nous permettrons de douter assez radicalement de ses “révélations”. Parlons des Européens, concernés au premier chef : les officiels européens entre eux ne parlent guère de ce qui se passe aux USA, et leurs délégations à Washington font tout pour accorder le moins d’importance possible à ces évènements, particulièrement à Donald Trump, en omettant le plus possible tout commentaire déplacé. En général, la communication se situe au niveau de l’autruche qui croise les pattes pour que ce qu’elle n’entend pas n’ait aucune signification importante.

Enfin, personne parmi ces dignes dirigeants n’ose imaginer qu’il puisse se passer quelque chose de révolutionnaire aux USA qui sont leur référence sacralisée, ne recevant ni ne cherchant aucune information sérieuse à cet égard – et alors, on voit mal l’un ou l’autre pour sermonner Kerry à ce propos, – comment, sermonner le secrétaire d’État ! (Sauf les Russes, qui sont au courant : sans doute n’ont-ils rien demandé avec un sourire ironique qui se suffisait à lui-même, comme l’on va sans dire.) Par contre, il est bon que la chose soit dite, sinon inventée, devant les caméras de la CBS, dans l’espoir de discréditer les républicains...

 

Mis en lmigne le 28 mars 2016 à 10H23

Donations

Nous avons récolté 1718 € sur 3000 €

faites un don