Défilé de printemps

Ouverture libre

   Forum

Un commentaire est associé à cet article. Vous pouvez le consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

Défilé de printemps

Quand est interrogée la nature de l’attaque la Syrie la nuit du 13 avril par trois puissances occidentales, l’amirale remorquant dans son sillage les deux supplétives, vient à l’esprit qu’il s’agit d’une pitrerie arrangée par des galopins. Personne (aucun observateur sérieux) n’a accordé foi au prétexte allégué de l’emploi d’une arme prohibée par l’armée arabe syrienne, tant sa fabrication fut grossièrement impudente, à la mode shutzpah (*).

Une série de circonstances ont enfermé les protagonistes dans cette intervention mue par la volonté de ‘punir un lâche assassin de son peuple par des armes chimiques’. Piteuse tragédie sans héros au déroulement implacable. Son thème plonge ses racines dans l’habitus étasunien de façonner le reste du monde et le rendre congruent à leur suprématie revendiquée. Dussent les Usa pour cela forger des fictions en série qui se réverbèrent jusqu’au vertige de l’infini. Son dénouement, retardé, se jouera sans respecter l’unité spatiale. Il sera rejeté en Asie extrême, le foyer du Proche Orient rougeoie de trop d’incandescence. Les feux qui le consument ont pour combustibles depuis plus de cent ans les rivalités occidentales pour le Profit.

Toile de fonds

Le vaisseau amiral tangue, ses officiers valsent

Le 45ème Président des Etats unis d’Amérique est empêtré dans une suite ininterrompue d’épreuves disposées pour le faire trébucher et renoncer à son programme de limitation à la fois des guerres chaudes et froides conduites traditionnellement et de l’extrême libéralisme commercial et financier. Trump, acteur de téléréalité mais homme d’affaires âpre à la négociation et bluffeur, a capté le mécontentement d’une classe de plus en plus vaste de travailleurs précaires, conscients plus ou moins confusément que les sommes mirobolantes allouées au Pentagone étaient soustraites aux programmes sociaux et que l’effondrement de l’emploi a à voir avec l’activité offshore des industries étasuniennes. Une fois échouée la stratégie des Démocrates à faire élire la candidate de Wall Street et de la CIA, toute pétrie des manipulations concoctées par les néoconservateurs sionistes, un déferlement inédit et multidirectionnel (santé mentale, mœurs sexuelles, intelligence avec l’ennemi, à savoir la Russie) fut mené contre le POTUS nouvellement élu. Il a dû concéder la mise en congé un à un de tous ceux qui composaient son équipe de campagne et de gouvernement, Flynn, Bannon et Tillerson parmi les plus éminents. Mac Master, le remplaçant de Flynn à la Sécurité intérieure, sera remercié à son tour. D’autres quittent d’eux-mêmes le navire comme le fit le conseiller économique Gary Cohn, un ancien de Goldman Sachs censé maintenir dans les clous de Wall Street le trop grand patriotisme économique de Trump. Nombreux sont ses conseillers non accrédités qui ont été récusés par le FBI ou accusés de diverses turpitudes, dont des violences conjugales, donnant lieu à une augmentation significative du turn-over dans l’administration trumpienne. En un an, six postes les plus stratégiques sur douze ont changé de titulairescontre un seul sous Obama. Ses plus proches collaborateurs sont préférentiellement remplacés par des néoconservateurs pur jus.

Ce qui semble gouverner en guise d’exécutif, c’est surtout une forte instabilité vécue dans une atmosphère de film policier glauque aux rebondissements hoquetants, où juges, avocats et policiers sont louches et corrompus.

L’avocat de Trump Michael Cohenaurait servi d’intermédiaire dans la donation du milliardaire ukrainien Viktor Pinchuk pour la campagne électorale du candidat républicain. Il est actuellement sous investigation diligentée par le FBI, renforçant la précarisation d’un outsider toujours pas assimilé par le système en près de seize mois. Cohen aurait été le canal par où ont transité des donations russes. La saisie de documents au bureau de l’avocat, enrichi dans le business des taxis et de l’alcool, aurait montré qu’il aurait été de mèche avec le conseil juridique de la fameuse actrice de films pour adultes Stormy Daniels, pour extorquer de l’argentà leurs clients respectifs.

Lorsque l’on fait l’intégrale de la sinusoïde dessinée par la tweeto-politique, entre les accents isolationnistes et les grosses virgules interventionnistes, les envolées protectionnistes et les tonalités interventionnistes, l’aire sous la courbe est en faveur des aspirations néoconservatrices, avec dérégulations et effacement des frontières.

Le dernier reniement de l’Agent orange à la mèche blonde dans son programme d’isolationnisme, il l’a formulé le 12 avril, à la veille de l’escapade en Syrie à bord des missiles de croisière Tomahawk. Les Usa vont reconsidérer leur participationau traité de coopération Trans-Pacifique impliquant douze Etats de part et d’autre de l’Océan. Cela implique l’absence de toute barrière douanière avec le Mexique, le Canda, le Chili, le Japon, la Malaisie, le Vietnam etc. De quoi espérer entraver la construction d’un espace économique chinois. Préalablement, le groupe formé par l’Australie, le Japon, l’Inde et les Usa, surnommé les Quad, s’est concerté en novembre 2017 à Manille en marge au sommet de l’ASEAN, association des nations de l’Asie du Sud Est à Manille. Les Quad envisagent une ‘alternative’ à la Route de la Soie, plutôt qu’une concurrence.

Les coulisses

L’or sans la fièvre

La frappe de sites non affectés à la production chimique militaire, faite nuitamment, en fin de semaine, depuis la Mer Rouge, du Qatar et de l’Arabie plutôt que de la Méditerranée, se voulait une démonstration de force. La machinerie du Pentagone a imposé cette grotesque rétorsion qui a fait retenir son souffle à une partie de l’humanité que révulse l’idée de l’anéantissement que produirait inévitablement une troisième guerre mondiale. Le vampire assoiffé de dollars couleur sang l’a exigée, sinon comment vendre à l’Inde, à la Turquie et aux Arabes la ferblanterie yankee et leur faire accepter leur vassalité ? La diplomatie de la canonnière étasunienne a intégré dans son répertoire la doctrine du chien fou sioniste qui n’exerçait son intimidation terrorisante qu’à l’ennemi sans pouvoir de réplique.

Là, l’adversaire sûr d’un savoir-faire qu’il a été contraint d’exposer en partie (seulement) sur le terrain syrien fait montre de sagesse et de retenue, la guerre selon lui n’est pas limitée à l’affrontement militaire. Le pétro yuan compte se substituer de façon progressive pour ne pas encourir le risque d’être attaqué par les marchés financiers ‘afin de surmonter la domination excessive d’un nombre limité de devises’. La convertibilité du renminbi en or sur les devises de Shanghai et les marchés de change à Hong Kong sont une des clés du contournement du dollar dans l’instauration d’un marché à terme du pétrole. Lors du dernier sommet des BRICSà Xiamen en 2017, tous les pays membres ont affirmé soutenir ce mouvement, la Russie, deuxième producteur mondial de pétrole en tête. Russie et Chine vont intervenir pour réguler le cours de l’or et ne pas laisser aux marchés des produits dérivés de l’or qui n’ont comme sous-jacent que peu d’or physique réel le soin d’arbitrer ses prix mondiaux. Les BRICS ne représentaient que 12% du PIB mondial il y a dix ans, aujourd’hui ils y figurent pour 23%, tout en ayant contribué pour 50% à la croissance mondiale. Cette part consiste en construction d’infrastructures dans les pays concernés par la ceinture de la soie, qui sont la voie terrestre d’acheminement des hydrocarbures et par ceux de la route de la soie, ports de convoiement des mêmes énergies fossiles par mer.

Si l’Arabie des Séoud, le premier producteur mondial, considérait le pacte du Quincy caduc et s’affranchissait du pétrodollar, la guerre serait gagnée sans trop verser d’hémoglobine. La Chine est le premier client encore une fois des Bédouins du Nadjd, sa proposition l’achat des 5% d’Aramco au prix le meilleur du marché en cas d’introduction boursière n’a pas été refusée comme option. MBS que la culture bédouine de razzia et un séjour prolongé dans un luxe tapageur n’handicapent pas pour évaluer le meilleur partenariat, se laisse le temps de soupeser les avantages respectifs des prétendants. La manière peu amèneet directe avec laquelle le Président Trump a monnayé la présence des troupes américaines en Syrie ne milite pas en la faveur du protecteur US. Il est loin d’être certain que la pulvérisation de bâtiments dans lesquels se fabriquaient du liquide vaisselle et des lingettes l’aie convaincu de l’efficacité de la stratégie et du renseignement de la communauté occidentale.

Les nouvelles faveurs de Neptune

Parade printanière sur fonds de pédagogie poutinienne

Ce jeudi 19 avril, Xi Jinping va présider à une parade navaled’une dimension encore inégalée, rassemblant 10 000 hommes, soldats de la marine et de l’aviation.

Le projet de ce déploiement a filtré lors du dernier congrès de Boao, l’équivalent du Davos en Asie.  Donnée pour être une opération de charme intérieure, il ne fait pas de doute que le Parti Communiste chinois a décidé d’exhiber ses moyens de projection navale pour l’usage raisonné de ses éventuels compétiteurs en mer de Chine.

Des sous-marins furtifs armés chacun de 12 missiles balistiques intercontinentaux d’une portée de 7400 Km vont ouvrir le bal, affichant la capacité de frappe maritime nucléaire chinoise. Seront présentes la version 094A et l’antérieure la 093B, vue par la marine japonaise près des îles contestées Senkaku/Diaoyu en janvier 2017. D’autres nouveautés, d’une confection récente de ces six dernières années seront données pour appréciation gourmande des connaisseurs. Le Président assistera à des batailles navales simulées avec des attaques sous-marines, des offensives amphibies et des menées contre des porte-avions. La démonstration navale chinoise est une réplique en forme de travaux pratiques du discours de Poutine du premier mars 2018 devant la Douma.

Son contenu est une adresse explicite aux Usa qui les met en garde, les avancées militaires russes devraient les dissuader de toute velléité d’agression. C’est la troisième fois depuis qu’il a été porté au pouvoir que Vladimir Poutine fait une déclaration solennelle à l’Occident. Pour la première, lors du sommet pour la Sécurité de Munich en 2007, il avait surpris les observateurs par la teneur de ses avertissements. Il constatait les avancées de la construction européenne sous la forme d’un encerclement de la Russie par un système de lancement de missiles anti-missiles pointés sur elle. Le tout était accompagné de l’abandon unilatéral en 2002 du traité ABM de restriction des armes stratégiques. La deuxième fois, en 2014, à la clôture du la réunion du club de Valdaï, il a dressé un tableau des dangers de l’unilatéralisme agressif des Usa, fait de soutien à des groupes terroristes et de néo-fascistes, source de chaos et véritable négateur des souverainetés nationales. Grisés par une toute-puissance nouvelle, ils l’ont gérée comme des nouveaux riches qui dilapident leur fortune en générant chaos et en multipliant les « révolutions colorées », faisant de l’art pour l’art. Les relations internationales devraient non pas être fondées sur la loi du plus fort, réclamait Poutine, mais sur un droit reposant sur des principes moraux comme la justice, l’égalité et la vérité (inconnues dans la langue yankee). A la tribune des Nations Unies, la même année, il avait souligné l’égoïsme économique des pays qui se croient au-dessus de toutes les lois internationales, leur indifférence dans la lutte contre le terrorisme au Proche-Orient et en Afrique du Nord alors que ce sont les interventions de ces mêmes pays qui sont à l’origine de ces foyers de misère et de vagues migratoires.

« Le principe de respect de la souveraineté des Etats est primordial pour le maintien et le renforcement de la stabilité mondiale. » C’est évidemment matière à dissensus majeur avec les doctrines néoconservatrices qui régissent l’ordre du désordre promu par les Usa. Et substance d’une nouvelle haine, la russophobie.

L’incitateur et facteur déclenchant

La saison du retour de la Moustache

L’arrivée de Bolton dans la nouvelle charrette de l’exécutif est un engagement certain pour la mise entre grandes parenthèses de tout organisme international qui questionnerait les Usa sur son agit-provoc maniaque dissolvant nations et paix. Le troisième conseiller de la Sécurité Nationale a toujours affiché son plus profond mépris pour l’ONU qu’il voulait voir dissoute sous Bush. Toute sa vision politique se résume à l’usage extensif des guerres préventives tandis que les négociations ne sont qu’une perte de souveraineté pour les Usa.

L’amnistie accordéeà Scooter Lewis Libby, ancien chef de cabinet de Dick Cheney sous Bush le deuxième, condamné en 2007 pour dévoilement de l’identité d’un agent du renseignement étasunien à la presse, parjure et obstruction à la justice, est tout un symbole du triomphe des architectes de l’absurde guerre en Irak. Ils se caractérisent par le fait d’être sionistes avant d’avoir une quelconque autre position politique ou idéologique.

Ces deux personnages sont en phase avec ce monde paranormal, pour nous qui sommes orientés par notre appétence irrésistible pour la justice et la vérité, celle qui permet une humanité où la force et l’agression sont des vertus. Les Israéliens installent des terrasses d’observation où ils se réjouissent des cartons réalisés par les soldats des forces d’occupation sur des Palestiniens désarmés et réclamant leurs droits, celui du Retour mais aussi à la vie, à la fin de leur incarcération dans une petite bande où tout espoir est borné par les armées israélienne et égyptienne. Netanyahu envoie depuis un avion qui survole le Liban le 9 avril des missiles qui tuent 14 personnes, dont des officiers syriens et des Iraniens, et pas la moindre voix en Occident qui s’en offusque. Cependant, si une roquette artisanale tombait sur le territoire de 1948, alors, le monde entrerait en convulsion hystérique, l’exceptionnalisme israélien ne pourrait souffrir une telle offense ‘barbare et terroriste’.

Bolton et Libby sont des incursions d’un temps révolu. L’extension du trou noir de l’Irak à la Syrie est une hypothèse définitivement à écarter. Si l’opération du débarquement de la baie des Cochons d’avril 1961 a été considérée comme un échec parfait, comment qualifier celle exécutée par la terrible armada du 13 avril 2018 qui a réussi à crever quelques cuves de savon vaisselle ?

Le monde, celui qui compte, le nôtre, celui de la raison, de la justice et de la vérité est en attente de deux découplages.

Les Séoud sont en train de comprendre que leur intérêt est de construire leur pays, de le doter d’infrastructures et de fournir éducation et emplois à sa jeunesse. La vieille garde qui tenait pour sacré et vital le Pacte non écrit du Quincy est bousculée.

La Russie n’a pas été prévenue du raid israélien du 9 avril, mené en concertation avec les Usa, il aurait pu mettre en péril ses soldats en Syrie. Poutine tente de séduire la Turquie et de l’arracher à l’Otan, il devra envisager de renoncer à cette alliance ambiguë avec Israël. Son environnement politique compte de moins en moins d’oligarques dévoués à l’entité sioniste. Il a commencé de les désamorcer et réduire leur nuisance depuis quelques années.

Plus tard, dans de nombreuses saisons plus colorées et gaies que l’actuelle, certains deviseront sur l’aventure faite de diastoles et de systoles entre la Chine et la Russie, deux vieilles puissances d’abord continentales et arriérées de ce fait par rapport aux empires colonialistes marins. Une Chine devenue Populaire en réponse à un Japon déjà occidentalisé avec l’aide d’une URSS voisine et dispensatrice de son aide internationaliste. L’entente entre les deux pays frères rompue au cœur de la Guerre froide, la libéralisation d’une partie de l’économie chinoise pour rattrapage et le cycle de l’interdépendance Usa-Chine, dollar contre travail. Enfin la réconciliation d’une Chine devenue première économie mondiale et d’une Russie qui finit de rapiécer ses déchirures après la katastroïka.

Badia Benjelloun

 

Note

(*) terme utilisé par les Israéliens qui veut dire arrogance et effronterie. Attitude employée pour soutenir position injustifiable et mensonge avéré.

Donations

Nous avons récolté 801 € sur 3001 €

faites un don