Voulez-vous devenir une grande puissance au XXIe siècle?

Faits et commentaires

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

Voulez-vous devenir une grande puissance au XXIe siècle?

26 mars 2005 — Formidable, sensationnel … Tous les qualificatifs du genre dithyrambique ont leur place. La dépêche AFP du 25 mars choisit de titrer plus sobrement : «  US unveils plans to make India “major world power” ». (Ne reculons devant aucun sacrifice pour attirer le chaland, la dépêche est accompagné sur le site Yahoo d’une photo montrant deux braves Indiens transportant des tuyaux, devant une vache sacrée et une bicyclette, dans une rue de Delhi : la “major world power” in the making).

Depuis le début de l’année (nous ne sommes qu’à la fin-mars, tous les espoirs sont permis), le bilan de l’administration GW est impressionnant :

• Un plan Marshall postmoderne (Bush le père et Clinton le jeune ancien réunissant des fonds) pour sauver les pays touchés par le tsunami.

• L’Irak sorti de 25 siècles et quelques d’obscurantisme, de la Mésopotamie à Saddam.

• Le Moyen-Orient démocratisé.

• Poutine et la Russie remis sur la voie de la démocratie grâce à l’intervention personnelle de GW Bush sermonnant Poutine et aux révolutions complètement spontanées d’alentour renforçant cette re-démocratisation russe.

• Le danger du surarmement chinois écarté grâce au maintien de l’embargo européen, au moins durant la présidence britannique de l’UE.

• Le Pakistan sanctifié comme puissance nucléaire, gardien avancé de l’Occident contre le terrorisme.

• …Enfin, l’Oscar de l’année pour l’Inde, dont Washington a décidé qu’elle serait une “grande puissance du XXIe siècle”, conformément aux plans de la doctrine Rice, revue Marx Brothers.

Les Etats-Unis poursuivent à fond de train leur politique extérieure, plutôt à qualifier d’“activité extérieure”, à caractère extra-terrestre, selon le scénario réalisé dans les studios d’Hollywood. Ils ont décidé de mettre de l’ordre dans le sous-continent indien en récompensant le Pakistan, en réconciliant les deux grands du sous-continent par l’étrange moyen d’une livraison éventuellement quasi-simultanées de l’inusable F-16, enfin par le décret proclamé que l’Inde sera une “grande puissance au XXIè siècle”.

Cet étrange melting pot d’initiatives “à haute visibilité” nous donne d’étranges réactions, comme celle qui est illustrée par cette phrase débutant une dépêche d’AP du 25 mars sur la livraison des F-16 : « The United States has agreed to sell sophisticated F-16 fighter planes to both India and its next-door rival Pakistan, administration officials said Friday, and India immediately expressed displeasure to President Bush. » Perplexité : l’Inde vient d’être avisée que l’administration GW “a accepté de lui vendre” des F-16 et l’Inde « exprime immédiatement son déplaisir au président Bush ». Ces gens ne sont pas civilisés.

Qu’à cela ne tienne. On annonce aussitôt, pour calmer les esprits indiens rendus furieux par l’annonce de la livraison des F-16 la grande nouvelle selon laquelle les USA ont décidé que l’Inde allait devenir cette “grande puissance du XXIè siècle”. Là-dessus, beaucoup de détails du type “The Yanks are coming” :

« US Secretary of State Condoleezza Rice has presented to Indian Prime Minister Manmohan Singh the Bush administration's outline for a “decisively broader strategic relationship” between the world's oldest and largest democracies, a senior US official said. “Its goal is to help India become a major world power in the 21st century,” said the official, speaking on condition of anonymity. “We understand fully the implications, including military implications, of that statement.”

(...)

» The strategic dialogue will include global issues, regional security matters, Indian defense requirements, expanding high-tech cooperation and even working toward US-India defense co-production, the official explained. The United States, he said, was prepared to “respond positively” to an Indian request for information on American initiatives to sell New Delhi the next generation of multi-role combat aircraft. “That's not just F-16s. It could be F-18s,” he said.

» Deputy State Department spokesman Adam Ereli said US corporations were now “free to talk to India” about whatever aircraft they could offer. “It'll be up to India to decide what it wants. And then negotiations, if it does decide it wants something from us, based on its needs, would proceed from there,” Ereli said. Beyond possible sale of fighter planes, the US is ready to discuss the more fundamental issue of defense transformation with India, including transformative systems in areas such as command and control, early warning and missile defense, the official said.

» “Some of these items may not be as glamorous as combat aircraft, but I think for those of you who follow defense issues you'll appreciate the significance,” he said. The energy dialogue is to include civil, nuclear and nuclear safety issues as well as the issue of space launch vehicles and satellites while the existing economic dialogue would be revitalized with discussion of energy, trade, commerce, environment and finance. US energy, treasury and transport ministers are to visit India this year. »

Bien sûr, d’autres rendez-vous sont annoncés: visite du Premier ministre indien à Washington, visite de GW Bush en Inde. Tout est prévu, les Indiens n’ont qu’à suivre la feuille de route. Il n’est pas sûr qu’ils soient avertis puisqu’ils continuent à protester contre la décision F-16-Pakistan.

Il faut reconnaître qu’il y a peu d’occasions où l’étonnante incohérence de l’activité extérieure américaine aura été aussi bien illustrée. Bien entendu, tous ces projets considérables sont à l’état de projet et rien d’autre, en attendant d’autres initiatives de déstabilisation d’autres régions. Le premier effet de ces diverses mesures sera naturellement d’accentuer la déstabilisation du continent, avec la méfiance réciproque indo-pakistanaise promise à être renforcée, et les divers groupes terroristes trouvant là une occasion d’exercer des actions de provocation dans divers lieux propices (Cachemire, par exemple).

Mais le Grand Jeu à l’américaine nous indique également, pour ceux qui savent lire, que l’Iran se trouve coincé par le Pakistan et la Chine par l’Inde-grande puissance. Cela durera jusqu’à ce qu’un Michael Leeden ou un Richard Perle découvre, — l’affaire de quelques jours, — que l’Inde devient un danger pour la sécurité nationale des Etats-Unis à cause de l’expansion à venir de sa puissance, avec les livraisons américaines à venir (y compris des F-18 ! Quelle audace !), et ne publie quelque article enflammé dans le Weekly Standard. Peut-être songera-t-on alors à proposer le JSF au Pakistan pour équilibrer la chose? Ou bien, se tournera-t-on vers la Chine en lui proposant des armes contre l’expansion indienne ? (A ce moment, les Européens seront traités de “munichois” par les néo-conservateurs, sans démenti de la Maison-Blanche, pour n’avoir pas encore levé leur embargo et livré des armes à la Chine face au danger indien.)


Donations

Nous avons récolté 1330 € sur 3000 €

faites un don