Vingt fois “non”? Pas clair, tout ça...

Bloc-Notes

   Forum

Un commentaire est associé à cet article. Vous pouvez le consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

Le “non” l’emportera-t-il au référendum en France au dernier moment? Bla bla bla, tout cela est spéculation. Réponses classiques de l’analyste pas trop inutilement téméraire: on verra. Un fait, par contre, ce sont les sondages qui, depuis quarante jours, disent que le “non” est en tête. Voici un exemple d’interprétation de cette “tendance”, et une indication du climat que cela implique, — même chez “nos amis américains”.

Grande surprise, en effet, en lisant le titre de l’article du Herald Tribune, du 22 avril, article construit autour de la grande nouvelle que le “non” avait reculé une fois dans les sondages (sans être pour autant battu), chose suivie d’une autre moins agréable pour ceux qui favorisent le “oui” (l’annonce de 60% pour le “non”, aujourd’hui).

Le titre dit : « No clear trend emerges from French EU polls »

Le texte est fait d’évaluations, appréciations et commentaires divers, puis on bute sur un paragraphe qui rapporte des faits. Celui-là nous importe, que nous citons in extenso: « More than 20 polls over the past month have indicated that opponents of the constitution are likely to win the referendum. No poll has suggested a victory for the “yes” camp. »

Qu’est-ce que c’est qu’une “tendance” (french pour “trend”)? Une définition piquée du Robert: « Orientation commune à une catégorie de personnes. » Plus de vingt sondages de suite indiquant la victoire du “non”, pas un la victoire du “oui”, c’est une “no clear trend”?

On dit que la confusion et la diversité des partisans du “non” impliquent qu’il ne se dégage de ce camp aucune alternative. Possible, d’autant que ce n’est pas le sujet. Chez certains partisans du “oui”, selon Jean-Pierre Chevènement, règne une atmosphère quasi-religieuse qui fait refuser qu’on envisage autre chose que la victoire du “oui”, sinon comme un anathème insupportable. Probable, et l’on voit que cela ne les rend pas plus intelligents, ni plus habiles dans le maniement de la désinformation, — pratique courante, semble-t-il, de la presse d’information objective et postmoderne. C’est dans ces grossièretés de manipulation qu’on mesure la fièvre qui presse leurs psychologies. Tout cela fait désordre.


Mis en ligne le 23 avril 2005 à 12H30

Donations

Nous avons récolté 1613 € sur 3000 €

faites un don