“Trahison” as usual...

Faits et commentaires

   Forum

Un commentaire est associé à cet article. Vous pouvez le consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

“Trahison” as usual...

3 novembre 2008 — Il faut évidemment lire le Daily Telegraph, qui s’étrangle d’une mâle fureur. Le quotidien londonien le plus proche du courant neocon est devenu, avec le Times, le porte-drapeau londonien de la soi disant “nouvelle Guerre froide” et de la russophobie militante, notamment à l’occasion de la crise géorgienne. Eh bien, nous le confirmons, il s’étrangle d’une mâle fureur…

La cause de ce courroux est ce que Le Daily Telmegraph appelle “a U-turn” (disons, virage à 180°) de la diplomatie britannique vis-à-vis de la Russie. L’un des agents les plus actifs de ce courant neocon et anti-russe à Londres, le correspondant en Europe de l’Est de The Economist, Edward Lucas, signe le 2 novembre dans le même Daily Telegraph un article plein de bruis et de fureurs. Le premier paragraphe contient tous les ingrédients nécessaires, de la fureur churchillienne aux larmes de midinette pour l’Europe de l’Est qu’on abandonne aux griffes rapaces et cruelles de l’ours russe. “Business as usual” de la perfide Albion, – pour une fois identifiée comme telle par un Britannique? “Trahison” as usal, oui…

«So it is business as usual with Russia. And what a bad business it is. Britain's decision to allow France to lead the European Union back into normal relations with Vladimir Putin's ex-KGB regime in Russia is one of the most startling volte-faces in our country's recent diplomatic history. It has left our allies in Eastern Europe – Poland, the Czech Republic, Estonia, Latvia and Lithuania – aghast at our duplicity. “Our last European hope just …ed us. We should have known. For we are but a small faraway country about which they know nothing,” a senior official in the region wrote in a despairing email after The Daily Telegraph broke the news on Friday.»

Bref, Munich as usual. Le fait est que l’affaire a pris un tour sérieux à l’occasion d’une visite de “lord Mandelson” à Moscou (les guillemets pour Mandelson nommé avec son titre accompagnent la remarque implicite qu’il y a une fureur furieuse si l’on peut dire, dans la façon que le Daily Telegraph a de désigner, mais disons plutôt d’apostropher le nouveau ministre de Brown, transfuge de l’UE, qui s’en va à Moscou câliner l’épouvantable Poutine, accompagné par l’ombre du KGB).

Effectivement, “lord Mandelson” a fait un tabac à Moscou. Il y est allé, la semaine dernière, pour renouer des liens commerciaux et s’étonner bruyamment que les deux pays, Russie et UK, soient restés si longtemps dans cet état de brouille qui paraît aujourd’hui si incompréhensible. Ainsi soit-il, par la plume qui ne cache pas son amertume, du même Daily Telegraph du 29 octobre.

«“I think there's a real willingness to re-engage, to turn the page and start a new chapter in our relationship,” the Business Secretary told reporters after meeting Prime Minister Vladimir Putin's first deputy, Igor Shuvalov, yesterday morning.

»The centrepiece of the visit was the revival of a Russo-British committee on trade and investment, which has not met since 2002. “That's too long. We're not going to allow such an interval to occur again,” Lord Mandelson said after the meeting, which discussed financial co-operation ahead of next month's meetings of the G8 and G20 in the United States. […]

»Speaking to the Daily Telegraph in Moscow ahead of Tuesday's talks, Lord Mandelson said he saw a “political thawing” prompted by a need to work together to combat the financial crisis. He said: “It doesn't mean the differences would go away, but it means we can manage them differently.

»“The crisis has brought us together.”»

Deux jours plus tard, le 31 octobre, le toujours même Daily Telegraph annonçait l’affreuse nouvelle: le tournant qu’on pressentait avec les pantalonnades de “lord Mandelson” se confirme, en s’élargissant à toute la politique britannique vis-à-vis de la Russie, avec trahison du churchillien Saakachvili. Le texte, de David Blair, met en évidence la colère des diplomates d’Europe de l’Est et la connivence épouvantable de Brown avec Sarkozy, le nouvel “Empereur d’Europe”, dans la perspective d’un sommet entre l’UE et la Russie, le 14 novembre à Nice.

«This would amount to a return to “business as usual” and a “clear signal” that Russia had escaped any lasting diplomatic penalty for invading Georgia in August, they said.

»Only eight weeks ago, Gordon Brown helped persuade other European leaders to punish Russia for its strike into Georgia by postponing talks on a new "Partnership and Cooperation Agreement" with the EU. Aside from verbal condemnation and a general review of the EU's relations with Moscow, this was the only tangible counter-measure imposed on the Kremlin after the war. Both the Prime Minister and David Miliband, the Foreign Secretary, reaffirmed Britain's position during a European summit two weeks ago.

»Yet European diplomats say that Britain has changed its stance. France, which holds the EU's rotating presidency, is expected to press for starting the talks with Moscow. British officials are said to have privately told other governments that London will not oppose this move. A senior diplomat from a Central European country recalled how Mr Miliband visited Georgia shortly after the Russian invasion. “That was the David Miliband we liked. But the signals we hear right now are that somehow the position has changed,” he said. President Nicolas Sarkozy of France will host an EU-Russia summit in Nice on Nov 14. This event could clear the way for negotiations with the Kremlin.

»“Miliband was so strongly in favour of us from the first days of the conflict. Now he is making a U-turn within two weeks just to please Sarkozy. What happened in this world that caused this change?” asked the diplomat. “Sarkozy wants to have a good summit. He's an Emperor, he's trying to celebrate his victories, he's trying to say that Russia is doing everything it's supposed to do, which is nonsense.”»

Deux jours plus tard éclate la fureur de Edward Lucas, dont nous parlons au début de cet article. Entretemps, les dénégations du Foreign Office ont été assez molles, consistant à manier le paradoxe d’une façon très britannique, du style: “Non non, nous n’abandonnons certainement pas la Géorgie, simplement nous améliorons nos relations avec la Russie…” Pour Lucas, aucun doute, il y a eu trahison, abandon de la fière politique de soutien à la Géorgie d’août-septembre dernier, – et en cela nous ne pouvons vraiment lui donner tort, la “trahison” est bien là. La cause de cet événement calamiteux selon Lucas est claire : l’incompétence complète de Gordon Brown et les manigances comploteuses du parti pro-russe en Europe, avec en tête un Sarkozy qui rêve de toujours plus de triomphes diplomatiques…

«The reason is simple: Gordon Brown cares little about foreign affairs, but likes the idea of stitching up deals on the reform of international finance with his new friend Mr Sarkozy. France, which is running the EU until the end of the year, wants a triumph to present to the European summit in Nice this month. Showing that it has repaired relations with Russia is part of that. It will please all the pro-Russian countries in the EU. Russia's energetic cultivation of contacts in Germany, Italy, the Netherlands, Austria and France has built up a bridgehead of influence. Those in Whitehall who watch with alarm and disgust as parts of our establishment cosy up to rich and powerful Russians have been outmanoeuvred. The idea that the start of talks is balanced by a new, careful scrutiny of EU-Russian relations should fool nobody. This is surrender.»

Pour autant, Lucas ne désarme pas. Il appelle à la mobilisation, aux plans de guerre, à la fureur retrouvée du temps de la Guerre froide. Ses constats et ses propositions, y compris, plus loin, de construire une grandiose et étrange alliance, quoique parfaitement en ligne avec les vieilles conceptions de l’“anglosphère” liant l’excellence sans rivale des Anglo-Saxons à la pureté nordique, tout cela avec un aspect un peu obsolète et un petit peu dérisoire…

«It is not too late to fight back. Nato has already changed its approach. Belatedly, the alliance's top-secret military planning bureaucracy is working out how it could defend the Baltic states and Poland. Nato warplanes last week held air exercises over Estonia, while senior American commanders are paying frequent visits to the Baltic states.

»That is encouraging, but it is not enough. There are other matters that need addressing urgently – including Russian spying. This has reached unprecedented levels, and is probably more dangerous and destructive to Western interests than during the old Cold War. A co-ordinated, wholesale expulsion of Russian intelligence officers and their hangers-on from, say, London, Stockholm, Oslo, Copenhagen and Warsaw would send a powerful message to the Kremlin.

»The key to the West's future security is the security of the Baltic states…»

Et, pour protéger ces pays baltes dont, désormais, notre sécurité à tous dépend, cette alliance du nord et transatlantique ignorant superbement les pays-traîtres de l’UE: «The answer is not to give up on Nato but to complement it with a regional grouping. The existing Nordic ties between Sweden, Norway and Finland, boosted by support from Poland and Denmark, would put this scenario back where it belongs: in the world of geopolitical thrillers. Add in British, Canadian and American involvement and you would have a formidable counterweight to Russian mischief-making in both the Baltic and the Arctic – the likely hotspots of the new Cold War.»

Effectivement, tout cela vient de la plume d’un collaborateur de The Economist, cet hebdomadaire à la réputation si fermement établie. Bien, passons aux choses sérieuses, tout en notant que la cocasserie des propositions de Lucas est une indication assez sérieuse de l’évolution de la situation britannique, – s’il n’y a rien d’autre a proposer pour la “contre-attaque” des anti-russes, c’est que l’attaque (l’évolution britannique) est sérieuse et qu'elle a déjà fait des dégâts notables.

La crise nous rassemble…

Albion trahirait-elle de nouveau? En vérité, considérant la position absurde des Britanniques durant la crise géorgienne, ce qui nous étonnait et nous scandalisait, par rapport à la réputation d’intelligence tactique qu’on leur fait, est qu’ils tardassent tant à faire leur trahison habituelle, justement. Cette “trahison” que nous détaille en plusieurs articles le Daily Telegraph a donc quelque chose de rassurant: les Britanniques sont toujours les Britanniques, – même s’ils mettent du temps à continuer à l’être.

Certes, l’on s’exclamera ici et là, notamment dans les milieux où l’on fait profession de débusquer les complots: “Attention! Les Britanniques sont des traîtres. On ne peut leur faire confiance, pas plus maintenant que précédemment.” Qui parle de faire confiance, et qu’est-ce que la confiance a à voir dans cet imbroglio? L’essentiel est effectivement que les Britanniques font ce qu’ils font (dito, “trahir”), et qu’ils le font maintenant. Ils rejoignent, avec leurs habituelles manigances et leurs tonnes d’arrière-pensées, le parti des européistes conduit par un Sarko aiguillonné par les crises de tous les côtés. C’est tout bénéfice pour l’ensemble des choses du domaine, pour ces mêmes européistes, pour l’axe Europe-Russie, et, bien entendu, pour le sautillant Sarkozy qui se bâtit une réputation dans ce beau domaine.

Que “lord Mandelson” soit de la fête, cette élégante canaille, ce politicien extraordinairement rompu à la manœuvre et aux opportunités, voilà une indication précieuse. La chose est sérieuse parce que Mandelson ne s’embarque jamais sans biscuit. Dans ce sens, l’intérêt de l’événement est qu’il se situe à ce moment précis, c’est-à-dire à la confluence de trois autres événements, – les suites de la crise géorgienne et le rétablissement du lien de la Russie avec l’Europe (pas l’UE), le bouleversement amené par la crise financière, l’élection du nouveau président des USA.

• Un mot de Mandelson, qui s’applique bien sûr à la mission qu’il a conduit à Moscou (rétablir des liens commerciaux officiels avec la Russie), mais qui vaut largement pour le domaine beaucoup plus vaste dont nous parlons: «The crisis has brought us together.» (Il parle de la crise financière et il parle de la Russie et du Royaume-Uni.) Il faut interpréter le propos, c’est-à-dire dépasser la pensée de l’auteur en ne la trahissant pas, lui donner une substance qu’elle n’a pas au départ mais que le propos suggère sans aucun doute. La réflexion signifie alors que les deux crises (Géorgie et crise financière) sont liées, et qu’elles conduisent évidemment à la nécessité de renforcer ou de rétablir des liens que l’histoire et la géographie, et la culture dans certains cas et pour certains pays, rendent naturels et nécessaires. C’est le cas entre l’Europe, hors-UE et son catéchisme moralisant, et la Russie.

• … Il signifie également, ce propos élargi et réinterprété, que les deux crises portent en réalité sur un même sujet, qui est celui de la déstructuration des relations internationales et des cadres généraux du fonctionnement de notre civilisation. Que Mandelson n’ait pas voulu dire cela, c’est très probable, mais la logique du propos conduit effectivement à ces observations, elle dépasse les intentions du politicien tout en les utilisant dans le sens naturel de la chose. Les deux crises systémiques sont liées et conduisent à des observations sur la nécessité de restructurer les relations de l’Europe avec la Russie, selon une approche qui échappe aux vieilles conceptions, prisonnières de l’américanisme et de la globalisation, avec l’idéologie neocon et anti-russe par-dessus.

• Les Britanniques ont choisi, en même temps qu’il y ont été amenés par la pression des événements, une période où les USA sont dans une situation à la fois pressante et incertaine, une situation d'absence dans les affaires du monde et pour le reste du monde, avec un changement d’administration qui est gros de changements très importants dans les orientations et les formes des diverses politiques. In illo tempore, à Londres, on attendait, dans une telle période d’élections présidentielles US, que la nouvelle administration US se mette en place et définisse sa politique pour décider de telles évolutions de cette importance qu’implique le changement britannique vis-à-vis de la Russie. Aujourd’hui, cette sorte de considérations à moins d’importance, à moins que ce ne soit la considération inverse qui joue (profiter de l’absence US pour redéfinir une politique de cette importance, pour éviter les interférences). Dans tous les cas, la situation montre que les crises ont des effets importants, pour ce cas en réduisant d’une façon très sérieuse dans le jugement d’un pays traditionnellement si pro-US l’importance de l’influence US.

Il est inutile, d’une façon générale, de conclure sur la position britannique vis-à-vis de l’Europe, – le Royaume-Uni de Brown devient-il plus “européen”? Depuis l’exercice pratique de la crise financière, on sait que le retour des nations dans les affaires européennes est accompli. L’évolution britannique est donc l’évolution d’une politique nationale, et pas du tout nécessairement une “européanisation” du Royaume-Uni. Cela n’a guère d’importance, l’état des choses européennes étant ce qu’on sait. L’important est que le “concert” européen compte de plus en plus en son sein les Britanniques, dans un sens européiste, et que cela renforce la dynamique européenne (qui n’a nul besoin d’être intégratrice ou supranationale pour exister, ô combien). La logique des événements explique cette évolution, sachant ce qu’on sait du sens de leurs intérêts des Britanniques.

…Dans ce contexte, la réunion de l’OTAN (ministres des affaires étrangères) de décembre où, en principe, la question de l’adhésion de la Géorgie sera à nouveau sur la table, pourrait être d’un grand intérêt.


Donations

Nous avons récolté 1655 € sur 3000 €

faites un don