Repérer un SCUD? #SCUDLaunch meilleur que la DIA

Brèves de crise

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

Repérer un SCUD? #SCUDLaunch meilleur que la DIA

Le Lieutenant-Général du Corps des Marines Vincent Stewart, le premier officier général Africain-Américain à ce poste, est directeur de la DIA depuis janvier 2015. La DIA, ou Defense Intelligence Agency est l’équivalent pour le Pentagone de la CIA pour le système de l’américanisme dans son ensemble et il y a entre les deux compétition pour savoir qui aura le plus gros budget, c’est-à-dire qui gâchera plus de fric que l’autre. Cette pseudo-proximité n’entraîne ni la fraternité d’âmes ni l’estime réciproque.

... En d’autres termes, DIA et CIA se haïssent cordialement tout en se concurrençant férocement, et Smith a recommandé à ceux “qui ne se sentent pas à l’aise à la DIA” d’aller voir du côté de la CIA s’il n’y a pas des emplois qui leur conviennent. C’est une façon imagée pour dire que Smith est engagée dans une vaste tentative de réforme radicale de la DIA, projet qu’il a exposé le 30 juillet au cours d’une intervention semi-publique devant un aréopage de fournisseurs de systèmes et d’armements, disons la partie “industriel” du complexe militaro-industriel. Ainsi nous a-t-il parlé des “analystes ossifiés” de la DIA, notamment concernant Cuba, qui “trouvent difficile de s’adapter à un monde qui change très vite”, – pensez donc, des sanctions cinquantenaires soudainement levées, des relations diplomatiques interrompues en 1961 sauvagement rétablies ! Terribles nouvelles, qui ont failli en réveiller plus d'un ... (Smith «complained of ossified analysts — especially those dealing with Cuba — who found it difficult to adapt to our fast-changing world. He said he would press for analysts to get certifications — which even fork lift operators receive, he noted — and encouraged folks who weren’t comfortable at his agency to heard over to CIA or other intelligence agencies.»)

Lors de cette intervention, Smith nous en a offert une bien meilleure encore : le coup de l’identification en temps réel du premier tir d’un missile sol-sol SCUD (à partir du Yémen) par les rebelles Houthis contre l’Arabie Saoudite, réalisé en juin. Il s’agit d’un événement stratégique important, impliquant d’une part des capacités importantes dans le chef des Houthis, d’autre part l’apparition d’une menace importante, à mesure, contre l’Arabie engagée un peu imprudemment dans cette affaire qu’elle envisageait de régler en quelques semaines. (Au fait, on y est toujours, dans l’affrontement entre l’Arabie, – l’agresseur, – et le Yémen, – l’agressé...) Voici donc ce qui s’est passé : il y a la DIA, bardée de satellites, de tous les moyens possibles d’observation et d’identification, avec l’aide fraternelle de la NSA dont on sait qu’elle écoute tout, qu’elle entend tout, donc qu’elle sait tout ... Eh bien cette DIA-là a appris le premier tir d’un SCUD houthis par la simple lecture d’un tweet du type classique “Hashtag”, soit #SCUDLaunch, mis en ligne par un citoyen-lambda sans doute de type-yéménite (voyez la NSA). Colin Clark, de Breaking Defense, nous la fait dans l’ironie, ce 31 juillet 2015, comme le Lieutenant-Général Smith lui-même, mais l’on sent qu’il s’agit d’une ironie un peu figée, un peu amère... Bref, une ironie à la mesure de l’exceptionnalité de la Grande République et de ses armées absolument invincibles.

«We’ve all heard about social media and its influence on international affairs and national security. The Arab Spring blossomed when a Tunisian man’s self-immolation was shared online and sparked uprisings that have yet to subside. But you don’t really think of social media as a useful tool for detecting weapons and their use. After all, we’ve got spy satellites (DSP and SBIRS) that watch for missile launches, and radar satellites that look for a wide array of weapons, and aircraft like AWACS and JSTARS that watch the skies and the ground for us.

»But the head of the Defense Intelligence Agency told an audience of several hundred intelligence contractors last night that the first time we learned of Yemen’s Houthi rebels’ June launch of a SCUD missile against Saudi Arabia, the intelligence did not come from the oft-praised Space-Based Infrared System (SBIRS) or the aging but reliable DSP satellites built to watch for and detect missile launches around the world. “First warning of that event? Hashtag SCUDlaunch,” (#SCUDLaunch) he said. While the tweet didn’t exactly tell us where the missile was launched from, Marine Lt. Gen. Vincent Stewart made clear it probably helped us retarget our satellites, drones and other assets to find it: “That’s how we started the search for that act.”

»The general made it clear there are other unwelcome things being found by DIA. While he provided no details, Stewart said last night that a sweep of the agency’s networks by counterintelligence experts “surfaced some things that concerned us.”»


Mis enligne le 1er août 2015 à 13H27

Donations

Nous avons récolté 1668 € sur 3000 €

faites un don