Réflexions et commentaires pour un lecteur l’autre (III)

Notre situation

   Forum

Il y a 5 commentaires associés à cet article. Vous pouvez les consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

Réflexions et commentaires pour un lecteur l’autre (III)

16 septembre 2007 — La campagne de donation est terminée depuis deux semaines. Nous avons laissé passer quelques jours pour donner le temps aux derniers dons de nous parvenir (en même temps que nous nous donnions généreusement le temps de la réflexion). Le résultat est excellent, vraiment très remarquable. Nous avons légèrement dépassé l’objectif que nous nous étions assigné : €10.193 pour 165 donateurs.

(Notre reconnaissance va d’abord à ces 165-là, “happy few” bien moins “few” que nous ne craignions dans les premières semaines de la donation.)

Le résultat est remarquable parce que nous avons conscience que cette pratique de l’appel à la donation est assez étrangère aux habitudes européennes, et aux habitudes d’Internet, et surtout dans le domaine de l’information où nous travaillons. Notre satisfaction est d’autant plus grande qu’il y a eu débat dans le cours de la campagne, des interventions de lecteurs, nos réponses parfois, etc. Le résultat nous laisse à penser que nos lecteurs ont mieux compris notre position et nos intentions.

Nous ne cachons pas que cette campagne était plutôt de type expérimental, — un “prototype” si l’on veut. Les deux précédentes campagnes étaient improvisées, sans réelle orientation, des tâtonnements plus qu’une démarche délibérée. Cette campagne de juillet-août 2007, au contraire, se réalise dans des conditions “objectivement” réalistes; avec les instruments qui importent, un but assigné, un suivi des donations de notre part, accompagné d’explications à mesure de l’avancement des choses.

C’est un pas en avant important dans ce que nous désignerions comme la construction de notre système, en tout bien tout honneur, et dans les projets de faire évoluer notre site. Cela nous pousse naturellement à poursuivre et à élargir le dialogue avec nos lecteurs. Comme nous vous l’avons promis, lecteurs, il s’agit d’étendre ce dialogue à nos projets et à nos perspectives tout en précisant, par le fait lui-même, notre identité pour nos lecteurs. Ce texte poursuit et enrichit, espérons-le, nos précédents “Messages”, notamment celui du 25 août 2007 et celui du 3 septembre 2007. (Le titre est une indication évidente dans ce sens.)

Le cas de dedefensa.org

Nous revenons sur l’historique de dedefensa.org pour en mieux faire comprendre l’esprit à partir de l’interprétation que nous en donnons, notamment au travers de la fortuité des circonstances. Nous vous avons dit que ce site fut installé sans réelles intentions ou ambitions, par simple réflexe et besoin du chroniqueur (besoin du commentaire quotidien, impossible dans des publications bimensuelle et mensuelle comme sont nos deux Lettres d’Analyse). Nous n’avons fait aucun effort de promotion. L’afflux du lectorat s’est imposé à nous. Il nous a fallu un certain temps pour réaliser ce que signifiait ce succès, plus encore, ce qu’il exigeait de nous. Nos lecteurs reconnaîtront notre côté “maistrien” : les circonstances s’imposent à nous et dictent notre conduite. Nous demandons à n’en pas être considérés comme les jouets, ce qui serait péjoratif quant à la conscience de la chose, mais disons des instruments lucides.

Ainsi s’explique notre évolution, sa lenteur certes mais au bout du compte sa radicalité. Il faut du temps pour comprendre puis réaliser le potentiel d’une activité si révolutionnaire; puis se fait cette réalisation, en un éclair, nous voulons dire aussi éblouissante qu’un éclair, — votre conception des choses en est bouleversée par une lumière soudaine et aussi forte. Ainsi s’explique que nous ayons été bien lents et que nous soyons désormais pressés par la nécessité. Nous découvrons une situation nouvelle, complètement bouleversée. Nos publications-papier étaient jusqu’alors notre colonne vertébrale, notre tronc central dont dedefensa.org était la danseuse. Brusquement elles tendent à devenir et deviennent accessoires, d’autant qu’elles ont souffert, du point de vue du lectorat, de la concurrence involontaire du site sur la durée, et particulièrement ces deux dernières années.

Nous avions dit cela en des termes plus pondérés dans notre message du 25 août 2007. (Nous y avons ajouté avec ce texte la dimension historique, dans sa pression prophétique si l’on ose dire…):

«Il n’empêche que la concurrence du site s’est exercée malgré nos précautions parce qu’il existe une pression psychologique inconsciente dans ce sens. Le résultat a été une érosion des abonnements. Cela nous a conduits, — d’ailleurs avec beaucoup d’allant, tant nous préférons la formule du site, — à évoluer en faveur du site. C’est un choix que le succès du site n’a cessé de renforcer, bien sûr. Mais ce choix est à nos risques et périls, sans aucun doute, — nous voulons dire : économiquement.»

Ainsi en sommes-nous venus à considérer qu’un choix s’offrait à nous, — tranché par avance d’ailleurs: poursuivre la formule hybride de départ de plus en plus perverse (de plus en plus de travail et de plus en plus de lecteurs pour le site qui ne donne aucun soutien financier, de moins en moins de lecteurs pour les Lettres qui sont notre soutien exclusif, réduisant d’autant ce soutien); ou nous orienter vers un transfert général de nos activités vers le site et autour de lui, avec les nécessités de soutien que cela implique. Ainsi sommes-nous restés durant un certain temps dans l’entre-deux où la gratuité complète du site pouvait paraître naturelle aux lecteurs, et son indépendance aussi bien assurée; ainsi pouvons-nous vous dire aujourd’hui: il nous faut trouver une formule qui permette au site de nous soutenir, sans quoi notre indépendance est mise en cause, ou pire encore.

Nous y sommes. Nous allons maintenant vous exposer nos projets, — après vous avoir dit quelques mots à propos du principe de la donation.

La question des donations

La donation est une pratique après tout paradoxale puisqu’elle concerne essentiellement la question de l’argent et qu’elle en évente le piège. Vous utilisez le principal attribut du système sans vous lier à ses règles, éventuellement pour mettre en cause ce système, — c’est notre cas, jusqu’au dernier point. C’est un pied de nez au système. Cela permet d’envisager le développement d’un puissant moyen de contrer l’entreprise nihiliste générale qui menace une civilisation. C’est dire si nous sommes portés à apprécier l’esprit de cette méthode.

Ce sont les Américains, — une fois n’est pas coutume, — qui nous ont indiqué la voie, avec des exemples que vous côtoyez tous les jours sur la toile. Dans leur réseau d’information alternative et libérée, la donation est effectivement le moyen de survivre et de vivre en dépit du système, et contre le système. Il est aussi un signe du sérieux de leur entreprise et de son indépendance. Tout cela va sans dire mais il n’est pas inutile de le répéter.

La donation a une autre vertu, qui est plutôt un complément de la précédente. Elle établit un lien de solidarité entre le lecteur et son site qui échappe à la loi de fer du marché, un lien qui peut devenir chaleureux — un lien qui existe déjà pour nous et que nous ressentons effectivement comme une marque effective dans ce sens. Aucune contrainte, aucune règle marchande. Vous vous servez de leur outil (l’argent) pour vous libérer de ses contraintes (les obligations marchandes de l’offre et de la demande où le plus fort gagne toujours, — et l’on sait qui est le plus fort). Voilà pourquoi nous faisons l’expérience de la donation et voilà pourquoi nous la poursuivrons autant et aussi loin que possible. Ce ne sera pas facile pour nombre de raisons que nous connaissons, vous et nous; la plus évidente est cette étrange et paradoxale situation qui fait que les arguments économiques et alimentaires que nous devons utiliser à certains moments, le but pratique nécessairement répété, vont au contraire de l’esprit que l’entreprise établit. Cela n’est pas facile mais cela vaut d’être tenté.

Au-delà de cette argumentation pour la donation se trouve bien entendu l’ambition que nous avons de garder l’accès libre au site dedefensa.org. C’est l’argument essentiel du choix de la formule de la donation.

Maintenant nous vous parlons de chiffres et de projets.

• La donation ayant pour but d’atteindre €10.000 ne suffit certainement pas pour une année. Notre but théorique serait d’atteindre €40.000 par an. D’autre part, il nous semble que l’accumulation de quatre campagnes portant sur 4-5 semaines pourrait finir par être encombrante, et sans doute inefficace ; nous pourrions envisager la formule de trois campagnes par an, chacune pour atteindre €13.000.

• Cette somme de €40.000 (ou €39.000) — qui représente un niveau standard du salaire annuel d’un cadre moyen en Belgique — doit être appréciée en fonction du cadre où nous évoluons, qui est celui d’une société soumise aux règles commerciales, qui doit assurer un fonctionnement général et d’abord le fonctionnement d’un ensemble d’information et d’analyse politiques, qui doit assurer des salaires et les frais attenants, etc. Cette somme constitue ce que nous jugeons comme le minimum extrême pour couvrir les frais annuels du site. Nous disons “minimum extrême” parce que d’autres activités nous permettent de rentabiliser certains des frais du site en profitant en partie d’elles. Il s’agit donc d’une évaluation théorique que nous avons déterminée de la manière la plus favorable possible pour le site.

• Pour l’instant, nous envisageons de lancer une seconde campagne de donation d’ici la fin de l’année, sans doute au mois de décembre. Nous aurons déjà une première idée de l’attitude de nos lecteurs par rapport à nos besoins qui ont été exprimés ici. A partir de là, nous pourrons préciser nos plans pour 2008. L’année 2008 devrait nous fournir un premier cycle complet pour mesurer l’attitude de notre lectorat.

• Répétons encore avec force qu’il s’agit là d’objectifs théoriques. Ils peuvent être et ils seront sans doute modifiés selon les résultats, selon les réactions des lecteurs, etc. Au bout du compte (fin 2008, disons), la formule de la donation sera jugée sur ses résultats. Si vraiment les résultats sont trop faibles, nous devrons apprécier la nouvelle situation, — l’alternative extrême au bout du compte étant d’instaurer un accès payant pour l’actuel dedefensa.org. Nous ne cachons pas qu’il s’agit vraiment de notre dernière option, celle que nous voulons repousser le plus loin possible; mais elle ne peut être écartée.

Le projet dde-Confidentiel et le reste

A côté de cela, et en prenant garde de ne dénaturer en aucune façon le contenu du site actuel, nous envisageons la possibilité d’établir de nouvelles activités. Notre principe général implique que ces activités seraient connectées sans doute indirectement au site principal dedefensa.org, développées comme complémentaires et “physiquement” proches, mais qu’elles constitueraient des activités indépendantes ne serait-ce que parce qu’elles seraient payantes. Il devrait être envisagé que ces activités, tout en étant connectées à dedefensa.org qui reste le site central, dépendent de leurs propres sites. Leur succès éventuel contribuerait évidemment à l’équilibre du site central dedefensa.org.

Voici les directions examinées et envisagées.

• Nous étudions la possibilité d’un “site-connexe” à dedefensa.org, pour l’instant désigné dde-Confidentiel. Il existe un certain nombre d’informations, et toute une veine de l’analyse plus factuelle que nous n’utilisons pas dans le site actuel. D’une façon générale, il s’agit d’informations plus précises (ou “pointues” selon le jargon), plus confidentielles, sur des matières industrielles, de la décision ou de l’analyse politique interne des grands corps, et d’autre part de nos propres analyses prévisionnelles. Tout cela doit être traité plus courtement que sur dedefensa.org, plus attaché aux faits qu’à la réflexion spéculative, tout en conservant les mêmes approches sélectives que nous suivons en général. Il s’agirait d’un site plus “professionnel” dans le sens qu’il devrait intéresser certaines catégories de nos lecteurs qui cherchent des informations pour leurs activités professionnelles. Ce serait la formule-type de la newsletter, assez différente de la Lettre d’Analyse.

• La mise en ligne systématique des deux Lettres d’Analyse que nous publions, de defensa & eurostratégie(dd&e) et Context, avec des modifications (version française) pour la seconde. Cette activité est d’ores et déjà en cours d’installation, avec la mise en ligne (payante) de dd&e. Ces publications sont et seront vendues au prix de l’abonnement courant, annuel ou numéro par numéro. Tout cela sera proposé en version pdf.

• Un “site-librairie”, où des livres inédits seront mis en vente, également en version pdf. Cette activité a commencé avec la mise en ligne (acquisition payante) du livre de John Charmley, La Passion de Churchill.

• Ces deux dernières activités passeront par le site edde.eu, qui est pour l’instant peu développé et qui doit ainsi prendre son envol.

Dans ce chapitre des voies et moyens considérés pour faire vivre notre ensemble tout en conservant dedefensa.org dans ses conditions actuelles, il existe également la voie de la publicité, que nous considérerions à la condition qu’elle soit la plus discrète possible. (La publicité que nous considérerions est celle qui est fournie par le programme Google AdSense.)

Notre philosophie générale

Répétons-le, les divers projets et orientations que nous avons énumérés sont des tentatives que nous allons éventuellement faire dans diverses directions, selon l’avancement et l’orientation de notre réflexion. Nous ignorons bien entendu lesquelles nous privilégierons, et nous ne cachons pas que l’attitude de nos lecteurs aura une grande importance dans nos choix. Dans tous les cas, le pivot central de notre réflexion est de tenter de renforcer par tous les moyens possibles la formule actuelle du site dedefensa.org, dans son contenu et dans ses conditions d’accès (accès libre, donation).

La tendance que vous distinguez évidemment, comme nous l’avons déjà souvent suggéré, est un processus de transfert progressif de nos activités vers l’information et l’analyse en ligne, en réduisant à mesure notre dépendance de la production papier. Là aussi, l’ambition intellectuelle rencontre la prise en compte nécessaire et mesurée de moyens nous permettant de vivre et de continuer développer le site dedefensa.org.

Notre but est de faire de ce site une des références européennes de la réflexion politique libre et de l’information sélectionnée contre les critères du système. Notre expérience nous dit que la langue (française), contrairement à ce qu’il était de bon ton de croire il y a quelques années, n’est pas un handicap. (Les seuls reproches que nous encourrons sont ceux d’utiliser trop d’anglais…)

Notre ambition plus générale est de parvenir à un ensemble d’édition qui ne dépende pas des grandes forces économiques dont on connaît les contraintes. Cette ambition est également très forte dans notre projet de publication de livres. Nous pensons que nous disposons du privilège d’un nombre de lecteurs potentiels élevés, naturellement intéressés par les matières traitées dans ces livres. Cette constance et cette tournure intellectuelle d’un lectorat pré-existant aux publications constituent une force originale qui nous dispense des manœuvres habituelles du marketing et de la communication des forces économiques. C’est une façon de mettre nos actes, même à première vue les plus économiques, en accord avec nos idées.

Est-il utile de terminer par ceci ? Ce qui nous est essentiel, c’est la coopération et le soutien de nos lecteurs. L’effort que nous faisons mérite votre soutien. Il y a quelque chose de plus qu’une simple convergence d’intérêts, y compris l’intérêt intellectuel, dans cette remarque. Nous dirions que cela relève du partage de l’esprit, nécessaire pour tenir à distance en la jugeant une époque où le partage est devenue tromperie et où l’esprit ne peut plus guère être partagé puisqu’il n’existe plus guère.

… Au fait, — mais vous l’aurez sans doute deviné, — vos réactions éventuelles seraient les bienvenues.


Donations

Nous avons récolté 1718 € sur 3000 €

faites un don