Persécution russe de la langue et de la culture d'Ukraine

Ouverture libre

   Forum

Il y a 2 commentaires associés à cet article. Vous pouvez les consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

Persécution russe de la langue et de la culture d'Ukraine

Nous regrettons beaucoup la guerre du Donbass qui n’a pas de fin et toutes les tueries semées par la vicieuse modernité dans le monde slave. Dans la presse occidentale le côté ukrainien est souvent mal présenté, mais le point de vue russe domine dans tous les médias alternatifs ; ici nous voulons éclairer pour nos lecteurs patriotes les événements historiques sur les rapports russo-ukrainiens, surtout dans le champ linguistique et ethnoculturel.

Au début il est nécessaire de rappeler que le rapprochement officiel entre la république des cosaques zaporogues et le royaume de Moscovie prend sa source à partir du mars 1654, quand pendant la guerre de libération nationale contre les polonais, l’hetman d’Ukraine Bohdan Khmelnytsky – représentant des chefs des cosaques - et le gouvernement de Moscou signent un accord connu comme les « Articles du mois de mars ». Selon ce traité l’Ukraine devait garder son administration dirigée par un hetman électif ; le droit local devait gouverner le pays, et ni les chefs de l'armée moscovite ni leur gouverneurs n’avaient le droit de se mêler des affaires locales ; l’Ukraine devait garder son armée (l’armée régulière cosaque comptait 60 000 personnes). L’Etat ukrainien avait le droit d’avoir des rapports avec des gouvernements étrangers (sauf la Pologne et l’empire Ottoman bien sûr), l’hetman était élu à vie sans demander l’opinion du tsar, et l’Etat ukrainien avait le droit de perception des impôts sur son territoire ; les représentants de Moscou levaient juste le tribut fixé dans le traité. Le gouvernement moscovite a rompu cet accord en 1667 en signant avec la POLOGNE un nouveau traité. Mais jamais dans les accords entre les cosaques zaporogues et le royaume de Moscou il ne s’est agi d’annexion ni de rattachement de l’Ukraine au royaume de Moscou.

A cette époque l’Ukraine avait bien sûr formé sa langue particulière, son système d’éducation, son imprimerie, et les écritures des dossiers de tous les établissements étaient rédigés en ancien ukrainien. Les cosaques avaient installé sur tout leur territoire des écoles et des hôpitaux ; leurs monastères réalisaient aussi la mission des centres d’éducation et de maisons de retraite pour les vieux cosaques.  

Alors les terres des zaporogues devenaient la source principale d’une élite bien instruite, du clergé cultivé, des musiciens et des chanteurs, des artisans, des bons ouvriers et des guerriers pour la Moscovie. Et bien que la transition sous le pouvoir russe se déclarât comme celle qui devait « protéger l’orthodoxie », les idées préconçues des pouvoirs moscovites forçaient les gens de la Petite Russie qui s’installaient à Moscou (même les prêtres de haut niveau et les évêques) à être rebaptisés selon la coutume moscovite – sinon leur orthodoxie ; l’orthodoxie de Kiev, du berceau de la chrétienté slave, de la « mère des villes de la Russie » n’était pas assez bonne pour la cour du tsar ! (*)

A partir du XVII e siècle le gouvernement central de Moscou commence l’interdiction et la destruction systématique de la langue et de la tradition ukrainienne. Le Synode de Moscou ordonna au métropolite de Kiev de retirer des églises et des monastères ukrainiens tous les livres de l’ancienne imprimerie cosaque en imposant les éditions de Moscou. Plus tard, en 1627, le premier des Romanov, le tsar Mikhail, ordonne de bruler ces livres des églises cosaques ; son successeur continue les mêmes interdictions en ordonnant d’exécuter les auteurs et les imprimeurs de ces livres. A la même époque les Polonais commencent de pareilles persécutions contre la langue ukrainienne. Il est significatif qu’en 1905 les Russes ont reconnu eux-mêmes que « la première censure en Russie a été établie singulièrement pour les livres de la Petite Russie ». Ainsi les auteurs ukrainiens du  XVII e siècle (surtout les célèbres évêques et les hommes de lettres – Petro Mohila, aujourd’hui béatifié par l’église orthodoxe ; Simeon Polotsky, Lasar Baranovytch et les autres)  étaient désapprouvés et un anathème était lancé contre eux.   

En 1709 Pierre le Grand diminue le nombre des étudiants de l’académie Kievo-Mogylanska  de deux mille à 161 (ici il faut souligner que cette académie était la première et unique université pour tous les slaves de l’Est) et il fait transférer tous les professeurs de Kiev à Moscou ; la censure pour les publications ukrainiennes devient totale. Le tsar ordonne de confisquer toutes les chartes de cosaques et tous les livres historiques, imprimés ou écrits à la main, qui étaient gardés dans les anciens monastères d’Ukraine. Et de plus Pierre le Grand avait emprunté le nom grec de la Russie (Rosia) pour le grand-duché de Moscou. Progressivement le gouvernement publie des ordres pour interdire l’enseignement en ukrainien, pour retirer les moindres restes des livres d’églises ukrainiennes. Les écoles fondées par les généraux cosaques disparaissent, et comme conséquence, le niveau d’instruction du peuple devient catastrophique.

Plus tard toutes les archives des zaporogues furent confisquées (y compris les documents sur les relations entre les zaporogues et la Crimée des tartares !). Et la Grande Katherine commence la destruction définitive de la Siètche (région-mère) des zaporogues et la russification centralisée de la Finlande, des pays baltes, de l’Ukraine et de Smolensk (une région biélorusse !). Elle ordonne de liquider en Ukraine l’institution du hetman en effaçant même la mémoire de ce passé historique. Et encore il faut évoquer un choc plus destructeur pour le peuple – c’est la réduction au servage des paysans ukrainiens à partir de 1780 (dix ans avant les Tartars de la Crimée abolissaient le servage, et l’empire d’Autriche abolissait la corvée). La même année la plus grande et la plus vieille bibliothèque, celle de l’académie de Kiev, est brûlée. On établit le contrôle même pour les prêtres, pour que leur langage ne sonne pas à la manière ukrainienne. A ce moment Le Seym (parlement) de Pologne ferme toutes les écoles ukrainiennes, interdit les études ukrainiennes à l’université de Lviv en imposant partout la langue polonaise. Le nazisme voulut limiter la scolarité à douze ans dans sa zone occupée… Pour créer un esclave adéquat, – la méthode est toujours la même.

Le XIX e siècle avec son essor de la poésie et de la culture ukrainienne mène à d’autres ennuis. Malgré la tolérance relative et l’intérêt folklorique  (Gogol) par rapport à la culture ukrainienne (qui tout de même fleurissait et s’épanouissait même dans la capitale septentrionale de la Russie), les poètes, les écrivains, les scientifiques étaient persécutés par la police ou la justice du tsar. Exemple le plus criant : la déportation  pour dix ans dans les déserts kazakhs du poète et peintre Chevtchenko – ancien serf - au grade de soldat avec interdiction de dessiner et d’écrire !

Au cours du XIX e siècle deux documents (sans nommer les dizaines d’autres) les plus rigoureux continuaient de lutter contre la tradition en Ukraine – c’étaient la circulaire de Valuev sur l’interdiction de toute édition ukrainienne, dont « la langue n’existait et ne peut pas exister », interdiction presque orwellienne, suivie par l’ordre d’Ems qui interdisait toute importation des livres en ukrainien comme toutes traductions en ukrainien, les pièces de théâtre, l’impression des textes ukrainiens pour les partitions et les interprétations des œuvres musicales ukrainiennes. Cet ordre imposait dans les écoles d’Ukraine les professeurs moscovites en renvoyant les professeurs d’origine ukrainienne dans les territoires du nord de la Russie ; cette règle continua de fonctionner jusqu’aux années 1990 de l’époque soviétique. Les prêtres et les évêques ukrainiens connaissaient le même sort. Au début du XXe siècle le ministère de l’Education continue de fermer les écoles ukrainiennes (qui s’ouvrent obstinément et qui survivent), et d’interdire encore et encore l’usage de la langue ; le gouvernement de Stolypine avait annoncé la fermeture de toutes les sociétés culturelles ukrainiennes et les imprimeries, interdisant l’usage de la langue dans les lieux publics. Nos voisins, les Polonais et les Roumains, n'étaient pas en reste des Russes sur cette question, et on ne manquera pas de documents qui en témoignent. En France aussi on connaît la dureté du pouvoir central contre les langues et cultures locales, considérées comme coutumes ou patois.

Sous le communisme, après une brève période d’ukrainisation, utile pour les bolchéviques, le gouvernement élimine tous les kobzars (poètes-chanteurs aveugles et ambulants qui comme Homère portaient la sagesse du peuple dans leurs cantiques historiques et religieux). L’extermination physique domine pendant tout le XX e siècle. En 1933 Staline envoie un télégramme pour mettre fin à l’ukrainisation  et commencer les répressions et le holodomor si connu par le nombre horrifiant de ses victimes. Même pendant les années 1960 on lutte contre les « traditions de conservatisme et contre les coutumes ukrainiennes », avec comme  conséquence – Sibérie pour tout le monde jusqu’à la fin des années 1970 !

Soljenitsyne dans son dernier livre avait modifié sa position inflexible sur l’Ukraine et sa soumission sans condition à la Russie comme « grand frère » de tous les slaves ; et il avait dit – « Alors vous – les Ukrainiens comme les Biélorusses – vous resterez nos frères ! »

Avec cette affirmation positive nous voulons espérer que la terre d’Ukraine retrouvera la paix et que personne ne doutera de l’existence de ce peuple, de sa langue, de ses coutumes et de ses traditions répandues des Carpates jusqu’au Caucase du nord - et du haut Dnipro jusqu’à la mer Noire.

Tetyana Popova-Mozovska

 

Bibliographie

(*) Miller A. I. « La question ukrainienne » dans la politique d’état et dans l’opinion publique russe (deuxième moitié du XIX siècle) 

M. V. Dmitriev, docteur en histoire de l’université de Moscou – « Les questions d’histoire» 8/2002

La note du parlement d’Ukraine sur les interdictions de la langue ukrainienne de 11.03.2003

www.argumentua.com : les interdictions de la langue ukrainienne

Donations

Nous avons récolté 1330 € sur 3000 €

faites un don