Notes sur une “menace existentielle”

Analyse

   Forum

Il y a 3 commentaires associés à cet article. Vous pouvez les consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

Notes sur une “menace existentielle” 

29 juillet 2015 – Donc, d’abord l’article de Edward Lozansky, expert russe qu’on dirait russo-américaniste tant il est le prototype de ce type d’expert de haut vol, globalisé, aussi occidentalisé qu’on peut l’être... L’oiseau est caractéristique, et l’on n'en peut faire ni un affirmé, ni un poutiniste enragé ni un nationaliste à la Douguine ; il ne faut pas l’ignorer pour autant. (On doit lui reconnaître qu’il n’a rien d’un opportuniste : après tout, il s’était publiquement élevé contre la politique soviétique, à Moscou même, en 1976, et s’était expatrié aux USA, accompagné jusqu’à l’avion par le KGB. Voyez son CV : fondateur de la prestigieuse American University de Moscou en 1990 après avoir fondé le World Russian Forum en 1981, un événement annuel tenu au Congrès washingtonien chaque année. Lozansky est aussi à l’aise à Moscou qu’à Washington.)

Depuis quelques temps, Lozansky est inquiet, il est même angoissé, et son attitude vis-à-vis de Poutine qui n’est pas précisément de son parti se fait de plus en plus compréhensive. Il ne cesse d’écrire, dans diverses publications russes et américanistes, toujours sur le même thème destiné (un peu) aux dirigeants russes et (surtout) aux dirigeants américanistes : Entendez-vous ! Arrangez-vous ! Réconciliez-vous ! Une espèce de silence glacial lui répond, surtout sinon exclusivement du côté américaniste à part l’une ou l’autre exception (Kerry) confirmant mille fois la règle. Il en vient, – c’est vraiment un comble pour un expert de ce calibre et de ce sérieux, – à souhaiter de toutes ses forces que The Donald l’emporte, passant entre les balles des divers tueurs acharnés à sa perte, que ce soit ceux des cartels de la drogue, ceux qui sont appointés par les caciques du GOP, voire ceux du FBI et de la CIA dont on connaît les mœurs légères pour choisir leurs cibles.

... Voici l’essentiel du texte de Lozansky (le 27 juillet 2015 sur Sputnik.News). Ce que nous jugeons être son aspect pathétique est bien que le titre, qui concerne Donald Trump, ne concerne après tout que les deux dernières lignes de ce texte ... «Will Donald Trump Save America and the World by Making a Deal with Putin?»

La tyrannie des “faucons” et du War Party

«Washington hawks want regime change in Russia, no more and no less. Their hatred of Putin, who has the guts to have his own opinion of world affairs, and who stands firm for his country’s right to look after its security interests, makes him the ultimate evil.

»For the past few weeks we have heard plenty of statements from Washington about the huge threat to U.S. National Security coming from Russia. Secretary of Defense Ashton Carter and top Pentagon brass are convinced — or say they are — that the Russian threat is an absolute reality. The latest in this row is the statement by the Head of the US Special Operations Command General Joseph Votel, who also views Russia as an “existential threat” to the United States, repeating accusations against Moscow over the Ukrainian crisis. In Congress, the party of war keeps pushing the same line but If this were only related to the upcoming budget sequestration discussion — which, among other things, can affect the Pentagon — one could dismiss this incessant talk of an imminent Russian threat as a simple money extortion exercise. However, I am afraid it is not just about money.

»Washington hawks want regime change in Russia, no more and no less. Their hatred of Putin, who has the guts to have his own opinion of world affairs, and who stands firm for his country's right to look after its security interests, makes him the ultimate evil — someone who has to go and be replaced by a more malleable character. A person like Boris Yeltsin, who knew who is running the show on the world stage and humbly accepted this sober fact. It's a different question how to achieve Putin's overthrow without a major military confrontation with Russia, a conflict that can well end in a conflagration engulfing the whole planet. It is one thing to perform regime change in Iraq, Libya or Ukraine but dealing with nuclear-armed Russia is quite a different matter.

»Presently the hawks' thinking is still at the stage where they believe they can get rid of Putin through economic sanctions and by using the conflict in Ukraine to exhaust Russia's strength, ruin its economy and undermine its stability. There is no question that substantial damage to Russian economy has been done. It is not "in tatters," as Mr. Obama recently gloated, but is definitely shrinking and the number of people living below the poverty line has indeed increased. However, Putin's popularity is not heading south; on the contrary, his ratings jump a point or two every time another angry anti-Putin rebuke from Washington hits the airwaves.

»Instead of accepting the failure of the current policy of sanctions and start searching for some kind of reasonable compromise, the party of war is pushing for escalation in tensions which can end up really badly for everyone. Any incident, however unintentional and insignificant in itself, can grow into something that we all — or rather those who will have survived — will remember with a sense of everlasting wonder at human stupidity. What we see now resembles the hysteria in 2003 prior to and during the Iraq invasion. The party of war is so hell-bent on its perilous course that it can hardly be swayed by any reasonable arguments of those against warmongering. Nowadays even the most ardent supporters of the Iraq and Libya wars admit that they were huge mistakes which resulted in hundreds of thousands dead and wounded, millions of refugees, trillions of dollars wasted and the rise of ISIS on top of that... [...]

»... You can call Putin any names but he is definitely not insane or suicidal. However, if you try to back the bear into a corner, anything can happen. At this point it looks like the only and lonely sane voice in Washington belongs to the Secretary of State John Kerry who recently stated that he ”doesn't agree with the assessment that Russia is an existential threat to the United States…. Certainly we have disagreements with Russia…but we don't view it as an existential threat.”

»As for the huge crowd of presidential candidates, it looks like so far the only one who promises to fix the U.S. — Russia relations thus avoiding a looming disaster is Donald Trump. In his recent interview on CNN he said that he would be able to work well with the Russian president. No matter how the media and Republican Party establishment are trying to humiliate Trump, I for one would give him a chance.»

Trump comme bouée de sauvetage

Nous disons bien “pathétique” parce que ce l’est effectivement de voir un homme de la trempe de Lozansky, selon ses habitudes, son statut, ses tendances russo-américanistes parfaitement ajustées pour la part concerné à l’establishment washingtonien, s’en remettre à un homme de la trempe de Trump, – qu’on nous pardonne le jeu de mots qui dit tout, car l’on commence à s’habituer à The Donald. Mais quoi, pour Lozansky, angoissé, incrédule devant le tout-Washington qui fonctionne en mode robotisé (nous disons mode “orwellien-pavlovien” selon la voie du déterminisme-narrativiste), Trump est comme une bouée de sauvetage ... Pensez, le seul homme public, le seul candidat, le seul milliardaire, le seul républicain à dire : “Moi, je m’arrange de Poutine et m’arrangerai avec lui”.

En fait, il y a une nouvelle séquence paroxystique antirusse à Washington (il y en a eu plusieurs depuis février 2014), que Lozansky compare à la phase paroxystique de 2002-2003 avant la guerre en Irak. Il s’était abattu sur Washington, en 2002-2003, cette chape de plomb, que nous nommions alors plus volontiers “virtualisme”, car il y avait une construction plus élaborée que la narrative d’aujourd’hui, d’une crudité extraordinaire qui emmène le sapiens sans même lui offrir le réconfort d’une construction honnête. C’était le temps où un Karl Rove, l’homme de la communication qui avait fabriqué GW avec quelques boulons, quelques tours de vis, etc., faisait d’étranges confidences à Ron Suskind, selon le récit que Suskind fit dans le New York Times du 17 octobre 2004, nous-mêmes avec un extrait significatif dès le 23 octobre 2014. (Nous n’avons jamais, depuis, manqué de rappeler cet extrait, si significatif pour nous. Le cas le plus récent remonte au 12 juin 2014, d’ailleurs en suggérant que le mot “acteur” devrait être remplacé par “créateur” : “We’re history’s creators.” C’est le 23 juin 2014 que le “senior adviser” cité par Suskind fut identifié comme Karl Rove.) :

«In the summer of 2002, after I had written an article in Esquire that the White House didn't like about Bush's former communications director, Karen Hughes, I had a meeting with a senior adviser to Bush. He expressed the White House's displeasure, and then he told me something that at the time I didn't fully comprehend – but which I now believe gets to the very heart of the Bush presidency.

»The aide said that guys like me were “in what we call the reality-based community,” which he defined as people who “believe that solutions emerge from your judicious study of discernible reality.” I nodded and murmured something about enlightenment principles and empiricism. He cut me off. “That's not the way the world really works anymore,” he continued. “We're an empire now, and when we act, we create our own reality. And while you're studying that reality – judiciously, as you will – we'll act again, creating other new realities, which you can study too, and that's how things will sort out. We're history's actors . . . and you, all of you, will be left to just study what we do.”»

Voilà, c’était le temps où les imbéciles pouvaient encore plastronner en se prenant pour un Empire, et les autres imbéciles pouvant y croire sans trop friser la schizophrénie ... Voit-on la différence que nous suggère involontairement Lozansky, qui rend effectivement sa démarche pathétique, obligé de se tourner vers The Donald-bouffon ? En 2002-2003, c’était du sérieux, on pouvait croire à leur construction sans trop se compromettre ; le virtualisme ce n’était certes pas Versailles mais c’était presque du Le Corbusier, cela représentait une architecture qui semblait tenir, qui ne reposait sur rien pour nous dire le Rien comme si c’était le Tout mais avec suffisamment de decorum dans l’apparente cohérence et l’apparente efficacité de la puissance des USA pour qu’on ne les chamaille pas trop ... Aujourd’hui ? Pfffuittt ! Plus aucune construction, plus aucune précaution... N’importe quoi est dit, – le ciel est bleu et il faut croire très sincèrement qu’il pleut, Poutine en fait sous nos yeux le moins possible avec retenue et une habileté extrême et l’on doit inévitablement et catégoriquement penser que “cet oligarque-bourreau-du-KGB qui veut conquérir le monde ne mérite que l’anéantissement comme un chien”. Puisque l’on cite ce noble animal, il n’y en aurait pas un pour croire une seule seconde à leur narrative, – non, à sa narrative, directement crachée par le Système, directement enfantée par le “déchaînement de la Matière”, sans la moindre précaution ni le moindre fard, sans le moindre égard pour le sapiens, qui pleure au bord de la route et dans nos divers Forums  : “Mais expliquez-nous, dites-nous qui, qui donc conduit cette horrible machine ?” God Only Knows, Brother...

John Kerry est-il un traître ?

Car nous avons eu, les 9-10 juillet, une étonnante passe d’armes, du jamais-vu à Washington dont Lozansky nous dit quelques mots. Dans l’après-midi du 9, le Général Dunford, du Corps des Marines, est venu devant la commission des forces armées du Sénat expliquer sa vision de la situation stratégique, lors d’une audition qui devrait lui permettre d’obtenir l’approbation de la trentaine de sénateurs présidés par John McCain pour la fonction militaire suprême de président du comité des chefs d’état-major (JCS). Il l’aura, son approbation, et même sous forme d’onction. McCain ne cachait pas son intense satisfaction d’entendre Dunford citer comme première “menace existentielle” pour les USA, la Fédération de Russie.

Le lendemain, le 10, le porte-parole du département d’État affirma explicitement que «franchement, le secrétaire d’État est en désaccord avec l’évaluation selon laquelle la Russie est “une menace existentielle” pour les USA, non plus que la Chine...» (Nous avons oublié de préciser que, selon Dunford, la Chine était également une “menace existentielle”, la n°2, la Corée du Nord étant la n°3, – et peut-être bien l’Iran après tout, on ne sait exactement.) Une telle affirmation du département d’État contredisant aussi nettement, aussi catégoriquement le futur JCS parlant devant les sénateurs, c’est vraiment du jamais-vu, c’eût dû être in illo tempore le lancement immédiat d’une crise très grave au sein de l’administration ... Pourtant, rien de pareil : le jamais-vu est aujourd’hui en vision permanente à Washington-la-folle.

Le site Breitbart.com rapporte l’incident, en précisant purement et simplement que John Kerry, le secrétaire d’État, parle comme il le fait simplement parce qu’il a succombé à la propagande russe... (Certes, on s'en doutait.)... John Kerry est-il sur la voie d’être accusé de haute trahison ? Nous n’en sommes plus très loin. (L’article, du 11 juillet 2015, cite, à l’appui de son accusation, la “montagne de preuves” [“une montagne d’évidences”] concernant l’invasion de l’Ukraine par la Russie, renvoyant à deux de ses précédents articles affirmant eux-mêmes et simplement qu’il y a “une montagne de preuves” de l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Sans doute ces articles de seconde référence pourraient-ils renvoyer à des articles de troisième référence affirmant qu’il y a “une montagne de preuves”, et ainsi de suite, ayant assuré la jurisprudence de la preuve du crime par répétition sans fin qu’il y a “une montagne de preuves” sans nécessité d’en montrer une seule. Une “montagne” c’est une merveille de la nature bien rangée et l’on ne touche pas à ce rangement sublime. Dont acte.)

Ainsi est-il écrit dans le titre de cet article que “le département d’État défie le général du Corps des Marines ...”, version succédanée du “traître qui défie le héros”. Là-dessus, pour bien comprendre de quoi il s’agit, nous soulignons de gras cette phrase stupéfiante selon laquelle John Kerry “a admis que la propagande russe marchait avec lui”, c’est-à-dire Kerry reconnaissant consciemment qu’il développait une opinion (“la Russie n’est pas une menace existentielle pour les USA”) consciemment fondée sur ce qu’il avait consciemment identifié comme de la propagande russe influençant son jugement dans le sens d’une perversité telle que l’on peut effectivement parler de haute trahison. Les jours du secrétaire d’État sont comptés. «Marine Corps General Joseph Dunford told the Senate Armed Services committee that Russia is America’s greatest threat to national security. Despite the evidence, Secretary of State John Kerry disagrees.

“My assessment today, senator, is that Russia presents the greatest threat to our national security,” declared Dunford. “If you want to talk about a nation that could pose an existential threat to the United States, I’d have to point to Russia. And if you look at their behavior, it’s nothing short of alarming.” US State Department spokesman Mark Toner fired back that Kerry does not agree, even though Russia continues to violate Ukraine’s sovereignty and delivers veiled threats against ex-Soviet states, most of which are NATO members.

»“The secretary doesn’t agree with the assessment that Russia is an existential threat to the United States, nor China, quite frankly,” retorted Toner. “You know, these are major powers with whom we engage and cooperate on a number of issues, despite any disagreements we may have with them. Certainly we have disagreements with Russia and its activities within the region, but we don’t view it as an existential threat.”

»Kerry has also made similar claims, despite working close with Russian Foreign Minister Sergei Lavrov in the past 16 months. Kerry denied many times that Russian soldiers are stationed in east Ukraine until February, even though he constantly faced a mountain of evidence. He added more pain to American allies when he admitted Russian propaganda worked on him. “The question asked earlier about… how they present things and the lies about their presence in Ukraine and the training, I mean, you know, it’s stunning but it has an impact in places where it isn’t countered,” he said. “Propaganda works.”»

William S. Lind psychanalyse le général Dunford

Il se trouve là-dessus que, le 22 juillet 2015, l’excellent William S. Lind, prophète de la Guerre de la 4ème Génération (G4G), publiait sur le site TraditionnalistRight.com, dans sa chronique The View From Olympus un article (que nous avions repéré et qu’un lecteur a signalé à notre attention) concernant l’audition du Général Dunford. Lind a beaucoup d’amis dans le Corps des Marines, et il nous assure sans la moindre équivoque que Dunford est l’un des très rares généraux des forces armées US d’aujourd’hui à avoir quelques-unes des hautes vertus d’un vrai soldat.

«Marine General Joseph F. Dunford, who has been nominated to be the next chairman of the Joint Chiefs of Staff, is by reputation one of our best and brightest generals. Friends who have worked with him tell me he’s great. In his short tenure as Marine Corps Commandant, he moved to end much of the nonsense that had gone on under his predecessor, including suppression of dissent. Virtually all the Marines I know let great hosannas ring when he took over.»

Cela étant dit, Lind pose la question évidente : comment est-il possible qu’un officier général de si haute vertu se trompe si complètement ? («So how, in his recent confirmation hearing before the Senate Armed Services Committee, did he get it so wrong?») Avant de répondre, il développe les arguments, c’est-à-dire la “montagne d’évidences” (de preuves) qu’il nous montre sans hésiter au contraire de Breitbart.com démontrant que l’évaluation du Général Dunford est fausse et faussaire de bout en bout. Puis il en vient enfin à une tentative de réponse à la question qu’il posait :

«So what gives? How could one of, by reputatioon, our best generals get it so wrong? He did not appear to be doing as the White House bid; it distanced itself from his remarks. Was he nervous before the committee? Had someone coached him with answers intended to please committee chairman John McCain, who wants war with Russia and everyone else? There may be one clue to an answer. If, when interviewed by the White House, a candidate for the JCS nomination said what I said, namely that wars between states are obsolete and the real threat we face is 4GW, he would not be nominated. Too many rich rice bowls in Washington depend on preparing for wars with other states. Only “peer competitors” seemingly justify the vast defense budget and huge weapons programs. Against 4GW opponents, they are useless or worse.

»Perhaps General Dunford does know that the world has changed. Perhaps he is just playing the role he must in the usual kabuki until he gets the JCS job. At that point, he will try to move Washington to confront reality. I have thought that before about senior Marine generals about to move up. So far, I have been disappointed.»

On comprend que Lind soit désappointé par le comportement du Général Dunford. Quant à nous, et sans en faire une seule seconde le moindre reproche à Lind, nous sommes désappointés par la réponse que Lind nous donne ; lui-même doit l’être un peu, désappointé, tant sa réponse, effectivement, navigue dans le vague, d’une hypothèse à l’autre sans rien nous fournir qui soit convaincant ...

A Washington aussi, la peur règne

Revenons à l’article de Lozansky ... Ce qui nous paraît évident dans ce texte, nous l’avons dit, c’est l’angoisse qui le caractérise, qui est substantivée par cet acte de désespoir, répétons-le, d’en arriver, pour un expert de son calibre, à souhaiter qu’un gugusse comme The Donald l’emporte aux présidentielles, comme seule possibilité d’éviter le pire. La façon dont il décrit le climat washingtonien (Lozansky partage son temps entre Washington et Moscou principalement) laisse voir un “climat de peur” dispensé par la tyrannie totalitaire qu’exerce la communication, la dialectique des “faucons” et du War Party sur la capitale des États-Unis ... A Washington, pourrait-on dire, “la peur règne”, et elle règne aussi bien dans la salle d’audition où le Général Dunford a décrit pour des sénateurs fort satisfaits, mais également pour la plupart d’entre eux soumis à ce climat de peur, – sauf les hystériques qui s’y complaisent et s’en font les messagers, comme McCain, – ce qu’on attendait qu’il décrivît dans le chef de la menace que la Russie ne cesse de faire peser sur “the Rest Of the World” comme détaillé dans la feuille de route standard du Système.

... Et cela nous rappelle, à nous, ce que nous écrivions le 13 juillet 2015, sur le climat de peur (“la peur règne”), en Europe, après l’horrible liquidation de a Grèce : «Il est vrai que l’attaque contre la Grèce, hors de toutes les considérations techniques et même politiques habituelles, est d’abord une attaque contre les principes qui fondent toute vie politique d’une civilisation, c’est-à-dire une attaque d’une violence inouïe ressemblant à un acte d’agression spécifiquement voulu comme barbare contre la souveraineté et la légitimité, contre le principe de l’identité, une attaque contre l’ontologie, contre l’être même, – une nation en l’occurrence, fût-elle affaiblie dramatiquement, appauvrie, réduite à sa propre misère, – mais une nation dont la fulgurance du passé, du soleil de sa pensée à la naissance de la tragédie, était nécessaire à la survivance extrême des derniers restes de notre pauvre et monstrueuse civilisation devenuecontre-civilisation. La forme et la couleur du forfait qui est une exécution parfaite de l’acte de la forfaiture, sa violence déstructurante et dissolvante, son aveuglement furieux et son nihilisme agressif sont des faits si marquants et si indéniables pour l’esprit qui sait regarder qu’ils touchent au fondement des choses. Effectivement ils transforment le climat général et la peur règne... D’une façon très significative, nous ne pensons pas que cette peur épargne même celui (celle) qu’on aurait tendance à désigner comme le bourreau de la Grèce. Même l’Allemagne a peur, dans tous les cas elle le réalisera très vite, même l’Allemagne est soumise à ce climat de peur.»

La raison et le “zoo des complots infinis”

Ainsi face au raisonnement rationnel qui nous dit, depuis un an et demi, que les conditions ne sont nullement réunies pour craindre un enchaînement menant à un affrontement nucléaire entre les USA et la Russie à partir de la crise ukrainienne, revient, sempiternellement, comme une sorte de monstre gélatineux que vous repoussez et qui revient régulièrement répandre sa matière visqueuse sur votre chemin, l’impossible hypothèse qui s’entête à rester une hypothèque qui retrouve à chaque séquence sa place au-dessus de vous, autour de vous, en-dedans vous, pour agiter le spectre de l’affrontement nucléaire et ultime qui n’a pas le moindre fondement, pas la moindre valeur stratégique, pas la moindre causalité rationnelle. Et ceux qui s’emploient à la répandre pour lui donner à nouveau du crédit, – mis à part les hystériques à-la-McCain dont la place est à l’asile psychiatrique et nulle part ailleurs, et qui ne sont, qui ne peuvent être que des instruments au niveau mental d’une bassesse abyssale, – ceux qui s’emploient à le répandre le font, comme le Général Dunford, en dépit de leur valeur et de leur vertu, comme on est conduit comme par quelque chose d’indicible à parler contre sa conviction par on ne sait quelle force, et sans doute, une fois le forfait accompli et se ménageant l’inévitable moment de vérité de soi-même face à soi-même, complètement stupéfaits, effrayés d’eux-mêmes, sans rien comprendre de la cause de ce qu’ils ont fait.

Les adeptes inconditionnels de la raison qui ne prennent garde qu’ils ne parlent que de la raison-subvertie continuent à clamer désespérément “pourquoi?”, “Qui les force à cela?”, “Qui organise le complot?”, “Qui se trouve derrière ceci, derrière cela, derrière l’Orque, derrière la “Secte”, derrière le Système?”, etc. ... Questions mille fois répétées, gémies, psalmodiées, assorties d’hypothèses toutes plus exotiques les unes que les autres, et de plus en plus exotiques jusqu’à constituer une sorte de “zoo des complots infinis” où l’on trouverait les spécimens les plus incroyables d’explications alambiquées et déformées, comme des monstres de dialectique fabriquées pour satisfaire la raison. Il y a beau temps que cette sorte d’exercices, complètement déraisonnables (la déraison de la raison-subvertie, songez à cette combinaison diabolique), nous apparaissent comme une tentative si désespérée qu’elle finit par susciter à la fois le pathétique, le dérisoire et le grotesque.

Nous sommes soumis, à notre sens, à d’autres hypothèses qui ont une toute autre dimension, comme l’on doit s’incliner devant l’évidence de la folie du monde qui répond à des actions extrahumaines qui ont leur logique, que nous ne pouvons pas comprendre, que nous sommes impuissants à exprimer. Cette explication qui n’en est pas une parce qu’elle ne peut être intelligibles à notre raison par définition, a paradoxalement la vertu de la raison. Le rôle de la raison est aussi bien de fournir la lumière sur ce qui est de son domaine, que d’admettre que cette lumière est insuffisante pour éclairer ce qui est sortie de son domaine, – sinon, c’est l’hybris qui triomphe, et aujourd’hui l’hybris c’est McCain, à mi-chemin entre l’hystérie et la folie pure, tout cela assorti d’une raison réduite à la bassesse d’une bouillie pour les chats, et bien entendu cet esprit, impuissant, infécond, incapable de créer lui-même de tels entraînements diaboliques. Si elle reconnaît enfin cette limite fondamentale, la raison, elle aura accompli le premier acte et l’acte essentiel qui la libèrent de sa propre subversion et elle pourra espérer retrouver la place pleine d’une gloire harmonieuse qui est sienne parce qu’accordée à ses capacités réelles, acceptant enfin de ne plus se fermer à l’au-dessus de la raison, ouvrant la voie, dans le moment qui sera choisi par d’autres choses et d'autres forces que nous-mêmes et qu’elle-même, à l’accès de notre esprit à l’intuition haute décisive.

 

Donations

Nous avons récolté 1633 € sur 3000 €

faites un don