Midterm, USA : la guerre de civilisation

Brèves de crise

   Forum

Un commentaire est associé à cet article. Vous pouvez le consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

 794

Midterm, USA : la guerre de civilisation

La victoire républicaine, qu’elle soit “à-la-Pyrrhus” ou pas, n’est dans tous les cas en aucune façon une victoire porteuse de paix. C’est évidemment le contraire qui s’impose, observe ZeroHedge.com (Tyler Durden) : une victoire qui aggrave encore le conflit extrême, en le faisant monter à un extrême supplémentaire. (Voir PhG le 7 octobre : « ...l’opposition, marxiste-culturelle, féministe, LGTBQiste, tout ce que vous voulez, va devenir encore plus contestataire, encore plus radicale, encore plus violente, devant le “coup de force” de leurs adversaires. Les élections midterm, que les républicains vont tenter de remporter en arguant du “succès” qu’ils ont remporté, vont être un champ de bataille sanglant où deux conceptions des restes décomposés du monde s’affronteront éventuellement pour se préparer à en venir aux mains après les élections. »)

Effectivement, la Justice (juge de la Cour Suprême) Elena Kagan estime, de concert avec la Justice Casamayor venue comme elle de Princeton et nommée par Obama, que la Cour Suprême est « en danger d’être délégitimée » par la nomination de Kavanaugh. Elle estime qu’en formant une majorité de cinq Justice conservateurs (sur 9) avec l’arrivée de Kavanaugh, la Cour perd son “impartialité comptable” et par conséquent sa légitimité. (C’est une étrange approche comptable du Droit et de la Loi mais après tout les gauchistes démocrates et LGTBQistes n’en sont plus à un sophisme-simulacre près.)

Désormais, les élections midterm, le mois prochain, sont vues comme un degré nouveau dans l’escalade, voire une sorte de Fort Sumter postmoderne dans un conflit qui est désormais promis à dépasser la présidence Trump elle-même, – ou qui fera de la fin de cette présidence une bataille d’un degré supplémentaire dans l’intensité. Si la nomination de Kavanaugh avait été refusée, la situation aurait été aussi grave et tendue qu’elle l’est aujourd’hui. Rien, absolument rien ne peut arrêter la marée furieuse de la guerre civile postmoderne et communicationnelle de “D.C.-la-folle” et des USA. 

« La bataille acharnée autour de la nomination de Brett Kavanaugh à la Cour suprême a approfondie encore plus la fracture du pays et laissé de nombreux Américains émotionnellement furieux. Elle a également donné une nouvelle définition aux enjeux élevés de l’élection de novembre.

» Après s’être battu sans pitié jusqu'à la toute dernière minute lors de la nomination d'une candidature à la Cour suprême, les démocrates en colère se mobilisent et promettent de prendre leur revanche sur les républicains. Les démocrates du pays les plus influents affirment que les républicains “payeront cher” la désignation du juge Brett Kavanaugh à la Cour Suprême.

» Comme l'a rapporté le Washington Examiner, dans un courriel de collecte de fonds faisant suite aux menaces d'autres responsables publics concernant la deuxième victoire du président Trump, le président de DNC, Tom Perez, a écrit: “Faites que les républicains paient un prix pour Brett Kavanaugh.” [...] Parallèlement, le groupe libéral American Bridge 21st Century a promis que “le jour du châtiment des républicains arrive...” [...]

» Jusqu’alors, la bataille de novembre pour le contrôle du Congrès était considérée comme un référendum sur les deux premières années de mandat du président Donald Trump. Mais la tourmente entourant Kavanaugh a transformé les élections de mi-mandat en quelque chose de plus grand que Trump lui-même, avec des implications qui pourraient perdurer longtemps après sa présidence.

» L'élection est soudainement envahie par les querelles sociétales et culturelles concernant la participation des femmes au pouvoir, le traitement des accusations d'agression sexuelle et la dynamique en plein changement du pouvoir qui répand le malaise chez nombre de Blancs quant à leur place dans la vie américaine, selon AP.

» Les deux parties soutiennent que les dimensions élargies de la campagne électorales jusqu’aux questions sociétales et culturelles vont donner une énergie décuplée à leurs partisans pour la dernière séquence d'ici novembre... »

 

Mis en ligne le 8 octobre 2018 à 17H16

Donations

Nous avons récolté 552 € sur 3000 €

faites un don