L’“option nucléaire”? «I do not object...»

Bloc-Notes

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

 5

L’“option nucléaire”? «I do not object...»

Daniel McAdams est directeur délégué du Ron Paul Peace Institute. Parlementaire à la Chambre des Représentants pendant 12 ans, au côté de Ron Paul, McAdams connaît parfaitement l’ontologie de la machine washingtonienne., – le Système régnant à Washington, la façon dont fonctionne le Congrès, le niveau d’information incroyablement bas de ces parlementaires qui tiennent une partie du pouvoir de la plus déstructurante et destructrice puissance du monde, etc. Interviewé par Russia Today le 19 décembre 2014, McAdams explique le sens de cette loi votée dans les conditions surréalistes de 3 voix exprimées contre 0 (unanimous consent), telles que nous les avons présentées le 18 décembre 2014.

(En passant, et d’une façon très intéressante et instructive, McAdams approfondit les conditions de ce vote surréaliste. Il est remarquable de noter que les instigateurs de cette manœuvre sont des parlementaires “de base”, très peu connus même s'ils occupent des postes dans des commissions puissantes, agissant évidemment et sans surprise au nom des lobbies concernés, notamment celui des Ukrainiens à Washington. On franchit ainsi un pas supplémentaire dans la dissolution du facteur humain au profit du Système agissant à visage découvert, sans la moindre vergogne, comme s’il était chez lui, dans ce cas au Congrès, – ce qui est le cas, évidemment : le Système est chez lui au Congrès, il est le Congrès. On n’a même plus besoin de “vedettes” type-McCain ou Lindsey Graham, avec leur notoriété médiatique, leur vernis idéologique qui maquille le forfait dans le genre hollywoodien. Quelques porte-flingue d’occasion mais bien placés, qui ont été arrosés juste ce qu’il faut et qui ont leur conviction à partir de l'édito du Washington Post, font l’affaire, – et la loi est votée...)

Obama n’a pas ratifié cette loi mais il la tient en réserve, “sous le coude”. Il s’agit d’une loi qui, dans le code des usages du Congrès, représente une autorisation implicite d’employer tous les moyens que le président jugera nécessaire dans son action contre la Russie ... Cette action du président qui, selon McAdams, représente une guerre totale, pour l’instant économique, – l’“option nucléaire” du domaine de la guerre économique. Nous citons abondamment cette interview, qui dévoile les réelles conditions de l’action US actuelle contre la Russie, et les risques de “guerre totale” qu’elles impliquent, – pour l’instant dans le domaine économique, mais avec aucun obstacle infranchissable pour aller au-delà. (C’est ce que nous nommions, le 17 décembre 2014, “le tout pour le pire”, –estimant implicitement et même explicitement que, pour les USA, tenter “le tout pour le tout” c’est se diriger inexorablement vers le pire...)

Russia Today : «President Obama recently cautioned that the policy of sanctions might not be as effective as first projected. And yet we see him signing a bill that authorizes more restrictions against Moscow. How do you interpret the move?

Daniel McAdams : «I think it’s interesting. Just yesterday when the President announced a major change in policy towards Cuba he said that 50 years of sanctions hasn’t worked, it doesn’t work. Doing the same over and over again and expecting a different result is counter-productive. So he recognizes that it doesn’t work. The most important thing about this bill, I think, there are two things… First of all, what is essentially is a placeholder authorization for an enormous amount of money not just for military aid, but money to increase US propaganda broadcasts into the region. What it is similar to is the 2002 authorization for war against Iraq when Congress said, “Here is the authorization, use it if you need to, whenever you need to. No need to contact us, here you go.” And that is essentially what Congress is doing – it is giving the President this authorization. The second part that is most important is the way this bill was passed. It was brought up at night after all the other members went home; it was three members of Congress who colluded to bring this effort after everyone was gone. That was Ed Royce, the Chairman of the House Foreign Affairs Committee, Eliot Engel who was also on the Committee and Marcy Kaptur, a democrat from Ohio, who was a co-Chair of the House Ukrainian Caucus. The bill was brought up and passed within a minute; there was nobody there to object. The first and only statement that Marcy Kaptur made was that Russia had invaded Ukraine and this is a response. Well, the bills like this are generally written by special interests. So my guess is there was some Ukrainian special interest group that passed it through the Ukraine Caucus to Marcy Kaptur and it went up the flag to Ed Royce, the Chairman of the Committee. So this is all very underhanded in a nefarious way of passing a very significant escalation bill.»

Russia Today : «The Russian ruble has been making small gains in recent days. Do you think this bill could turn the tide again?»

Daniel McAdams : «I think that’s a pincer movement that the US and its allies are using against Russia. The US, it is well-known from many news reports, has been colluding with Saudi Arabia to reduce the price of oil significantly, which certainly has hurt the Russian bottom line. When you combine that with sanctions that restrict the ability of Russia to raise currency on international markets, you have a pincer move. I would call it a nuclear first strike option against the Russian economy. The US is turning a blind eye to the repercussions, a retaliatory strike, will you call it unintended consequences against its own economy. It seems that they are going to try to take down the Russian economy. Who knows what kind of resources they will apply to this, I believe, a full-hearted attempt.»

Russia Today : «The bill also authorizes lethal aid for Ukraine. If supplied, what effect could US arms have on the ongoing crisis in the east of the country?»

Daniel McAdams : «This bill doesn’t only authorize US$350 million for arms, which is by the way a huge Christmas gift to the US defense contractors. But it also sets forth the US policy, which is that Kiev should attempt to get back the territories in eastern Ukraine, essentially giving them a green light for an attack. That is an enormously significant development on that front.»

Russia Today : «Washington made it clear on several occasions that it's open for dialogue. How does that correspond with its actions?»

Daniel McAdams : «This is called coercive diplomacy. Dialogue presupposes that you accept the dictate of the other partner. This is what the US has been doing with Iran for the past year or so. It has the appearance of diplomatic talks but in reality the other partner has to concede major points, has to give up its position before the US will engage in a dialogue. Coercive diplomacy doesn’t have a very good track record.»

Russia Today : «How do you see events unfolding from here? Do you think that the US will pursue its policy of sanctions even further?»

Daniel McAdams : «People should understand how limited the information inputs are to members of Congress. I served as a member of Congress for 12 years and I know other members of the Foreign Affairs Committee, and I know what the information inputs they have. That’s exclusively newspapers like The Washington Post, The Wall Street Journal who are absolutely one-sided in their propaganda. These papers are more lock stepped than Pravda would have been in a height of the Soviet Union. So their inputs are only one sort, and these people absolutely dominate the discussion in Washington right now. The handful of members of Congress who are somewhat uneasy can easily be ignored, and that’s what is happening. So it’s very dangerous and it reminds us of what happened a hundred years ago when there was arrogance and ignorance combining to lead to a horrible conflagration. And I fear something radical doesn’t change quickly, that’s exactly where we are heading.»

... Bien sûr, tout le monde, – c’est-à-dire “tout le monde” chez ceux qui en ont la volonté et la possibilité par leur position antiSystème, – tout le monde se sent transporté d’ironie et secoué d’un rire un peu nerveux (un peu inquiet pour la santé mentale de ceux qui font marcher la pseudo-“politique US”), lorsqu’un jour Obama annonce que le demi-siècle de sanctions contre Cuba n’a servi à rien, et que le lendemain il annonce de nouvelles sanctions contre la Russie. C’est un aspect remarquable par la proximité des choses de ce qu’Alexander Mercouris (voir le 21 décembre 2014) nomme «the profoundly dysfunctional nature of the US decision-making process, where changing even the most obviously unsuccessful policy is extraordinarily difficult». Dans ce cas, il s’agit de l’impuissance totale de faire évoluer mentalement l’idée que puisque Cuba démontre que la politique des sanctions ne donnent gère de résultat, la politique des sanctions appliquée à la Russie n’a guère de chance d’en donner plus. Même cloisonnement mental pour la “diplomatie coercitive”, en échec avéré désormais avec l’Iran, et qui est appliquée avec zèle avec la Russie.

... De tout cela sort une seule certitude opérationnelle : aujourd’hui, tout est concentré sur la Russie, ou plutôt contre la Russie. Aucun enseignement, aucune démonstration concernant la validité des politiques appliquées, aucun souci des conséquences ne parvient à interférer sur cette nouvelle politique obsessionnelle qui constitue l'ultime obsession en matière de politique des USA (l'importance de la Russie fait l'affaire), c'est-à-dire sa pathologie destructrice au service du Système conduite à son terme d'activités déstructurantes et dissolvantes. Le danger est à mesure, extrêmement grand, puisque toute la puissance US, pour l’instant sur le plan économique, est et va continuer à être développée contre la Russie, quelles qu’en soient les conséquences. («The US is turning a blind eye to the repercussions, a retaliatory strike, will you call it unintended consequences against its own economy.») Son expérience du Congrès permet à McAdams de préciser la signification des mesures que le Congrès est en train de voter, comme ce vote surréaliste de la Chambre des Représentants : moins des mesures spécifiques contre la Russie (l’administration s’en charge, qui suit à cet égard les tendances les plus extrêmes) qu’une carte blanche donnée à l’administration pour agir contre la Russie, comme le Congrès le fit pour le cas irakien en 2002. C’est à ce point qu’on réalise qu’au dysfonctionnement total du pouvoir impuissant et paralysé à Washington s’ajoutent tous les aspects si spécifiques de la psychologie américaniste, pour contribuer à cette poussée offensive ; et la politique ainsi produite, confirmant par l’absurde l’impuissance et la paralysie du pouvoir washingtonien, devient complètement la politique-Système, exactement comme si le Système était à la fois l’inspirateur et le moteur de ce que nous prenons encore pour une “politique US” spécifique, comme s'il était ontologiquement cette politique. (Mais certainement, le “si” est inutile, – il ne s’agit pas de savoir “si” le Système dirige en tout, il s’agit de constater que c’est bien le cas.) Les références que donne McAdams renvoient effectivement à une politique de cette sorte, mais lorsqu’il s’agit de l’affrontement avec la Russie et qu’aucune mesure, aucune prudence ne nuance cette politique, – alors il s’agit bien absolument de la politique-Système qui est par définition une politique que n’influence aucun élément étranger à elle-même, et c’est le Système, et ce n'est que le Système qui est en action.

Ainsi considérerions-nous que ces analyses d’un McAdams qui connaît si bien le fonctionnement de Washington constituent l’un des signes les plus convaincants de l’extrême dangerosité de l’actuelle situation. Nous dirions que l’enjeu ne se situe pas du tout du côté des concessions que pourrait faire Poutine, de sa faiblesse supposée de reculer devant les pressions US ou de son habileté envisagée à contenir les effets de ces pressions, voire à sa capacité de manœuvre (“faire aïkido”) pour reprendre l’offensive à son avantage, mais bien à l’aveuglement complet des USA à cet égard, dans l’état d’esprit-Système où ils se trouvent, sous le complet empire du Système. Rien de ce que fera Poutine, rien de ce que fera la Russie, même en imaginant les pires capitulations, ne satisferont les USA qui recherchent finalement une sorte d’objectif mythique, un quête pathologique : une sorte de situation schizophrénique qui devrait démontrer la justesse de leur obsession, – savoir, que la Russie n’existe pas, dans tous les cas qu’elle disparaisse, en un sens que tout se passe comme si elle n’avait jamais existé, et ainsi n’existerait-elle plus. Leonid Chebarchine, l’ancien chef des services de renseignement extérieur du FBS, l’ex-KGB, résumait au printemps dernier la situation sur un plan concret, réaliste, en disant : «L’Ouest [les USA] ne veut qu’une chose de la Russie : que la Russie n’existe plus.»

Ainsi, la partie ne se joue pas vraiment entre les USA et la Russie, entre le soi-disant “Empire” et ses conquêtes-déjà-faites tant il (l’“Empire”) serait irrésistible ; elle se joue, sur les questions fondamentales habituelles, entre les USA et les USA, à l’intérieur d’eux-mêmes, dans une psychologie collective dont la pathologie est sans doute d’une puissance sans peu de précédents dans l’histoire des psychologies collectives... Elle se joue fondamentalement sur le fait de savoir si la politique-Système, lorsqu’elle confrontera les USA avec la possibilité devenant probabilité que sa “guerre économique totale” doive être parachevée par des pressions dans d’autres domaines (essentiellement le domaine militaire), avec la possibilité effective d’action, ne va pas finir par provoquer une sorte de révolte dans certains compartiments à la fois très puissants et très spécialisés de la répartition des centres de pouvoir à Washington. (En effet, nous pensons plus que jamais que la politique de “guerre économique totale” contre la Russie ne donnera aucun résultat décisif pour les USA, – à l’extrême très improbable, le désordre apocalyptique en Russie, mais fort probablement sinon immanquablement une réaction de défense furieuse de la Russie, Poutine ou pas Poutine ; car ce qui menace si Poutine devait abandonner le pouvoir, c’est moins un régime-marionnette de la clique “atlantiste-libérale” qu’un régime russe nationaliste et patriotique dur, éventuellement militaire, avec la réaction qu’on imagine.)

C’est dire si, énonçant cette hypothèse (“‘guerre économique totale’ parachevée par des pressions dans d’autres domaines”), impliquant en fait le passage au domaine de la confrontation militaire, l’on pense à la possibilité de passer aux pressions militaires avec la possibilité, au-delà, d’un engagement militaire, et à l’hypothèse chronologiquement secondaire mais politiquement essentielle d’envisager qu’une discorde intérieure aux USA pousse à une réaction de révolte le centre de pouvoir qui devient le premier concerné (les militaires) réalisant les conséquences catastrophiques pour toutes les parties (c’est-à-dire pour toute la planète) de cette ouverture vers le suicide. (On garde à l’esprit la parole de Lincoln, encore récemment citée [voir le 17 décembre 2014].) C’est toujours selon cette même logique que nous en revenons à l’affirmation que le véritable enjeu se situe bien dans la cohésion de l’architecture du pouvoir américaniste, dans cette situation de tension extrême, et de logique autodestructrice pour lui-même (même s’il entraîne les autres dans sa chute). Nous en revenons à cette même alternative que nous avons évoquée dès le début de la crise ukrainienne (voir par exemple le 3 mars 2014) :

«On comprend que ce qui nous rapproche de 1914, ce n’est pas nécessairement l’événement (la guerre) mais l’esprit d’un temps perdu dans une ivresse aveuglante et qui se trouve soudain confronté aux réalités catastrophiques de lui-même. La crise ukrainienne, et la réalisation que les pressions du Système (du bloc BAO, son factotum) peuvent conduire à l’extrême catastrophique des affaires du monde, peuvent aussi bien, grâce au “formidable choc psychologique” dont nous parlons et à l’immense crainte qu’il recèle, déclencher une autre dynamique d’une puissance inouïe. Notre hypothèse à cet égard [...] est que cette dynamique est celle de l’effondrement du Système dont rien, absolument rien ne réclame qu’il se fasse dans l’apocalypse nucléaire, parce qu’alors elle pourrait bien être, cette dynamique, le fruit de la panique psychologique totale naissant de la perspective soudain apparue que le risque de la guerre nucléaire existe plus que jamais...»

La logique du pire règne donc, ce n'est paradoxalement pas le pire de tout... Si l’on peut juger catastrophique l’aggravation de la situation actuelle du fait des USA, elle représente en fait la seule chance que le “régime US”, c’est-à-dire le Système désormais à visage découvert, se mette dans une position de confrontation interne qui pourrait susciter les conditions de la phase finale de l’effondrement. Il faut se dégager des raisonnements faussaires de la raison-subvertie (par le Système), qui conduisent à céder devant le Système de crainte d’une situation s’aggravant d’une façon catastrophique. La vraie raison, débarrassée de sa subversion interne, dit que c’est justement cette “situation catastrophiquement aggravée” qui peut conduire à l’événement ultime (l’effondrement). De toutes les façons, nous n’avons pas le choix, nous ne pouvons que tenter d’analyser les événements pour tenter de les comprendre. Ce sont des forces extérieures à nous, les brillants sapiens, qui mènent la danse, et celles qui animent le Système empêcheront évidemment toute réorientation raisonnable de la pseudo-“politique US” ; et nous n’avons plus qu’à espérer que ce processus conduisent effectivement, avec la pression de forces extérieures opposées au Système, à la discorde intérieure et à l’effondrement.


Mis en ligne le 22 décembre 2014 à 06H00

Donations

Nous avons récolté 493 € sur 3000 €

faites un don