L'Irak-2005 pire que le Rouanda-1994

Bloc-Notes

   Forum

Un commentaire est associé à cet article. Vous pouvez le consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

 180

L'Irak-2005 pire que le Rouanda-1994

Une enquête bien documentée, techniquement sans faille et qui présente toutes les apparences de la respectabilité conclut que plus d’un million d’Irakiens (1,2 million) sont morts en Irak depuis 2003, de “morts violentes” pouvant être considérées comme des conséquences de l’invasion US du pays. Le site WSWS.org rapporte cette nouvelle hier, précisant que les résultats de cette enquête atteignent le rythme d’un génocide selon la définition la plus récente puisque le rythme des assassinats dépasse désormais celui du génocide du Rouanda (800.000 assassinats en 1994). Les précisions qui sont données sur l’enquête et sur l’organisation qui l’a réalisée sont pleinement rassurantes quant à la valeur de ce travail.

«ORB (Opinion Research Business), which has conducted polls in Iraq since 2005, released the findings of a survey of 1,461 adults across the country. Among other questions, it asked: “How many members of your household, if any, have died as a result of the conflict in Iraq since 2003 (i.e., as a result of violence rather than a natural death such as old age)? Please note that I mean those who were actually living under your roof.”

»Of those responding, 78 percent said their households had experienced no violent deaths, 16 percent had experienced one death, 5 percent two deaths, 1 percent three deaths or more. Given the number of households in the country, 4,050,597 according to 2005 census figures, this works out to nearly 1.2 million deaths. […]

»Opinion Research Business is not a left-wing or antiwar group, but an established polling organization, founded in 1994 by Gordon Heald, who headed Gallup Britain from 1980 to 1994. Its customers include the huge mining concern Anglo American, the Bank of Scotland, and the Conservative Party. Its non-executive director is Geoffrey Martin OBE, currently special adviser to the secretary general on strategic relationships of the British Commonwealth.

»The ORB survey was based on face-to-face interviews conducted between August 12 and August 19 among a nationally representative sample of 1,720 adults (of whom 1,461 responded), with a standard margin of error of 2.4 percent. Random sampling was used to select those interviewed in 15 of Iraq’s 18 provinces.»

Ces nouvelles sont effrayantes mais sont-elles étonnantes ? Le système déchaînés, comme il l’est aujourd’hui, devient, dans des situations à peine extrêmes, un système de mort. Les deux composants à l’œuvre sont le capitalisme et la bureaucratie, deux composants aveugles qui ne manifestent aucun intérêt pour des problèmes “collatéraux” tels les morts et souffrances humaines, les destructions, l’a-culturation, la pauvreté, l’oppression, etc. Le système est naturellement conduit à une politique entropique, conduite par une thermodynamique de la mort et de la destruction, mais dans des conditions telles, notamment grâce à l’action de la communication mais pas seulement, que la morale a beaucoup de difficultés à poser le diagnostic fondamental. La branche militaire du système n’a rien de spécifique, selon la tradition militaire; elle est totalement bureaucratisée et en voie de fonctionner comme le capitalisme, avec les diverses procédures de privatisation des forces militaires. De ce point de vue-là non plus, la logique qu’on décrit ici n’est nullement entravée.

Ces remarques nous sont inspirées par le livre La perfidie de l’Histoire, du professeur Richard L. Rubenstein. (Publié aux USA en 1975, il a été publié en français aux éditions du Cerf, en 2005. Les éditeurs ont malheureusement demandé une postface à Rubenstein, datant de 2004, ou bien est-ce Rubenstein qui a désiré la faire figurer. 9/11 est passé par là et nous, nous nous serions bien passés de la postface…) Rubenstein montre avec une grande précision les similitudes du mécanisme qui aboutit aux camps d’extermination nazis et du mécanisme capitalisto-bureaucratique du système de l’américanisme et de son extension globalisée : «Avec le temps, il devient évident que les atrocités perpétrées par les nazis dans leur société de domination totale, comme les mutilations et expériences médicales meurtrières sur des êtres humains, ainsi que l’utilisation des esclaves dans les camps de la mort, ne sont que la logique extrême des procédures et conduites prédominantes dans les entreprises modernes et le travail bureaucratique.»


Mis en ligne le 16 septembre 2007 à 11H01

Donations

Nous avons récolté 292 € sur 3000 €

faites un don