Les sources évoluent : MH17 était-il l’avion de Poutine ?

Bloc-Notes

   Forum

Il y a 4 commentaires associés à cet article. Vous pouvez les consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

 184

Les sources évoluent : MH17 était-il l’avion de Poutine ?

Comme l’on sait, nous avons choisi de suivre l’évolution des évaluations des sources de Robert Parry dans la crise de la destruction du vol MH17 de Malaysia Airlines. Ce choix est basé sur le sérieux du journaliste, la valeur de ses sources dans l’Intelligence Community (IC), largement démontrée par nombre de ses travaux et enquêtes depuis qu’il était à AP où il fut couronné par une récompense pour son travail d’investigation (voir des précisions sur Parry lui-même le 22 juillet 2014).

Si nous donnons ces précisions concernant notre méthodologie, c’est pour accompagner la présentation de la dernière intervention de Parry, le 8 août 2014, sur son site ConsortiumNews. Parry rapporte que ses sources à l’IC envisagent désormais l’hypothèse extrême des contestataires de la version officielle, savoir que la destruction de MH17 est une erreur des groupes qui ont monté l’attaque, la véritable cible étant l’avion qui ramenait le président Poutine de son voyage en Amérique du Sud. Les “groupes” sont identifiés évidemment comme des extrémistes ukrainiens (on y venait déjà, le 4 août 2014), à l’intérieur et en-dehors du gouvernement, agissant avec des complicités dans la force aérienne ukrainienne. (Cette thèse a été évoquée sur une foultitude de sites et blogs de l’internet dans les quelques jours qui ont suivi la destruction de MH17. Elle fait partie de la nébuleuse fournie d’hypothèses contestant la narrative officielle du bloc BAO de la responsabilité russe. La nébuleuse est d’autant plus fournie que cette narrative officielle est l’interprétation la plus extrême parmi ce qui est le moins crédible, sinon totalement invraisemblable, dans l’interprétation de cette crise.)

«U.S. intelligence analysts are weighing the possibility that the shoot-down of Malaysia Airlines Flight 17 was a botched attempt by extremists in the Ukrainian government to assassinate Russian President Vladimir Putin whose aircraft was returning from South America the same day, according to a source briefed on the U.S. investigation. If true, the direction of the investigation into the July 17 crash has veered dramatically from initial U.S. government allegations that eastern Ukrainian rebels, using a Russian-supplied anti-aircraft battery, were responsible for bringing down the plane killing 298 people onboard.

»The Obama administration used those claims to whip up an anti-Russian hysteria that prompted European countries to ratchet up economic sanctions against Moscow, starting what now looks like an incipient trade war. But the U.S. analysts dismissed those original suspicions because they could find no evidence that such a missile battery had been supplied by the Russians or was in the possession of the rebels, prompting a shift in thinking toward a scenario in which Ukrainian hardliners working with elements of the air force may have tried to ambush Putin’s plane but instead hit the Malaysian airliner, said the source speaking on condition of anonymity.

»Putin flies in a plane with similar red, white and blue markings as the Malaysian airliner and was known to be on his way home after a six-day visit to South America. But his plane took a different route and landed safely in Moscow. After the crash, as U.S. intelligence analysts pored over phone intercepts and other intelligence data, they began to suspect that the motive for the shoot-down was the desire among some Ukrainian extremists to eliminate Putin whom they had been privately vowing to kill – words initially viewed as empty bluster but which were looked at differently in hindsight – the source said.

»If some Ukrainian authorities were hoping to ambush Putin’s plane, they also would have had only a matter of minutes to detect the aircraft’s presence and make a decision to fire, so it could be plausible that the attackers made a hasty decision to hit Putin’s plane before they realized that they had made a tragic mistake.»

La situation et les événements politiques qui poussent les sources de l’IC à développer cette version extrême de l’affaire MH17 sont connus et régulièrement répertoriés depuis des semaines, dans le climat d’invectives et de haine en Ukraine, avec l’orientation antirusse qu’on connaît et une constante mise en cause de Poutine, y compris avec des menaces de mort développées dans le plus pur style de la caricature grotesque de l’univers du crime de moins en moins organisé. A cet égard, la situation générale en Ukraine, du côté de Kiev, ne peut être caractérisée que par des termes de frénésie et de paroxysme pathologiques, alimentés par la constante construction de narrative toujours plus extrêmes, sans aucune référence à la vérité de la situation. Il faut tout de même noter que Parry y rajoute un élément objectif dans l’évolution de l’IC qu’il rapporte, qui est la prise en compte de la démission d’un des leaders extrémistes, Andriy Parubiy, de son poste gouvernemental.

«But the assassination motive would seem to make more sense given the intense hatred expressed by Ukrainian leaders toward Putin and how Ukrainian extremists would view the murder of Putin as a giant feather in their cap. Still, the idea of assassinating the Russian president by shooting down his plane – even if the attack were carried out by hardliners without the approval of top officials – could have provoked a major international crisis. Nuclear-armed Russia would have almost surely retaliated against Ukraine, possibly with a full-scale invasion which could have escalated into a dangerous military confrontation with the United States. [...]

»Another curious development was the sudden resignation on Thursday of Andriy Parubiy as chief of Ukraine’s national security. A longtime neo-Nazi leader, Parubiy had organized and directed the paramilitary forces that spearheaded the putsch on Feb. 22 forcing Yanukovych and his government officials to flee for their lives.

»Parubiy refused to explain his reason for quitting but some analysts believe it may have a connection to the Malaysia Airlines shoot-down, the source said. The U.S. intelligence analysts specifically said their evidence does not implicate Ukraine’s current President Petro Poroshenko or Prime Minister Arseniy Yatsenyuk, but they did not extend that clearance to the more extreme elements of the government, the source said.»

Bien entendu, comme toujours dans cette sorte de démarche, se pose la question de la possibilité d’une exploitation publique de la thèse. Comme toujours encore, Parry émet les réserves les plus extrêmes, d’autant plus extrêmes que les dirigeants (US notamment) ont totalement engagé ce qu’il reste de leur piètre crédibilité réduite à diverses poussières dans la version mettant Moscou en cause. D’un point de vue psychologique et du point de vue de la communication, une telle reconnaissance de leur erreur par la direction politique, si telle version s’avérait fondée, est simplement impensable, – le fameux unthinkable qui, autrefois, caractérisait des domaines plus sérieux comme celui d’un affrontement nucléaire stratégique.

«As the pieces of this puzzle fill in, the image that emerges is of a possible Ukrainian ambush of a jetliner heading into Russian airspace that had markings very similar to President Putin’s official plane. As shocking as that picture may be, there is a grim logic to it, given the demonization of Putin who has been likened to Hitler and Stalin by pundits and politicians from Ukraine to the United States.

»However, even if the U.S. intelligence analysts do assemble a strong case implicating an extremist faction within the Ukrainian government, there is still the political problem for the Obama administration of dealing with a conclusion so dramatically at odds with the original accusations aimed at the rebels and Russia. Powerful people are notoriously unwilling to admit mistakes, especially when it could open them to charges that they rushed to judgment and behaved recklessly. There are similarities with the hasty U.S. conclusions a year ago when sarin gas killed hundreds outside Damascus on Aug. 21 – and the finger of blame was pointed immediately at the government of President Bashar al-Assad... [...]

»Over the ensuing months as much of Kerry’s case fell apart, some of these analysts came to believe that [Syria’s] rebel extremists were likely responsible for the attack as a provocation to draw in the U.S. military into the civil war on their side. But the U.S. government has never retracted its allegations against the Syrian government. [...] Given how far senior U.S. officials have gone in heaping blame for the Malaysia Airlines shoot-down on the rebels and the Russians, it is hard to envision a walk-back of those accusations regardless of the actual evidence. To compel that would require true courage from U.S. analysts or from international investigators looking into the crash.»

... Il ne s’agit pas ici, sans aucun doute, de marquer le sort d’une polémique, de trouver argument pour l’un ou l’autre, du type “I told you so” (“je vous l’avais bien dit”). Dans la folie extraordinaire qu’est devenue l’Ukraine, et particulièrement l’ensemble politico-subversif totalement corrompu et inverti jusqu’à la plus grotesque caricature concevable qui figure “la direction” et l’“élite” politiques, on peut admettre que tout est possible, y compris le pire et plutôt le pire, – et, dans ce cas, les “je vous l’avais bien dit” n’ont qu’un intérêt anecdotique qui n’implique aucun crédit pour les interprétations futures. Cette reconnaissance n’est ni un facteur nouveau, ni un facteur vraiment important, dans une Ukraine où tout est possible, spécialement ce qui paraît impossible, spécialement les “je vous l’avais bien dit” les plus invraisemblables qui s'avèrent donc ne pas l'être du tout.

Ce qui importe dans le cas envisagé ici, avec le crédit dont dispose Parry et l’intention où on le suppose de ne pas mettre ce crédit en jeu s’il n’a pas de très solides raisons de le faire (et de très solides convictions du côté de ses sources), c’est le constat qu’une fraction sans doute non négligeable et certainement significative de l’IC à Washington, arrivée à la conclusion la plus extrême de l’interprétation de la destruction du MH17, pousse pour que cette conclusion soit connue, officieusement certes mais selon une ligne de communication (Parry) qui a un certain crédit. En un sens, on peut donc interpréter cette démarche comme un “message“ à la direction politique US. Il ne s’agit pas nécessairement d’une “menace” de “révélation” officielle, et même certainement pas, car les sources de Parry savent très bien, comme lui-même le précise, qu’elles n’ont quasiment aucun moyen de faire revenir la direction politique sur l’affabulation initiale qui lui sert de ligne politique majeure dans une crise qui frôle constamment l’affrontement politique et stratégique le plus grave possible dans les relations internationales, et l’affrontement jusqu’à des menaces quasiment physiques au niveau des protagonistes au sein des divers pouvoirs en cause. Il s’agit de “faire savoir” que telle fraction de l’IC a son interprétation, qui ne cesse de s’éloigner et de contredire radicalement la position officielle, et que cela fait partir du lourd dossier ukrainien, du très lourd dossier des relations d’affrontement avec la Russie, etc.

On mesurera bien entendu ce qu’un tel cas, pris comme exemplaire et nullement exclusif, nous dit du climat psychologique qui règne dans les directions générales des pays du bloc BAO, et aux USA. Ce type d’intervention contribue à fragiliser constamment l’assise de conviction de la thèse officielle, c’est-à-dire à fragiliser d’autant la stature et l’assise de la direction politique (l’administration, le Congrès, les divers centres de pouvoir). Aucun ne peut céder, certes, dans l’extrémisme de sa position du point de vue du pouvoir politique, et c’est en fait la solidité structurelle de cette position qui ne cesse d’être affaiblie. C’est dans cette sorte de circonstances qu’un événement imprévu, – qui peut très bien n’avoir aucune connexion avec MH17/Poutine, puisque c’est la solidité structurelle qui est considérée, – peut provoquer des réactions en chaîne, face à des psychologies (celles de la direction) affaiblies et épuisées. C’est de ce point de vue qu’il faut attendre et espérer un “choc psychologique extraordinaire” (voir notamment le 7 août 2014) faisant basculer le Système dans la phase finale de sa crise d’effondrement... Ce Système à la fois saoul de surpuissance incontrôlé et totalement déstructuré dans ses incohérences autodestructrices de communication, évoluant dans un univers fantasmagorique créé par lui-même et sans cesse renforcé, qui ne cesse de se heurter aux “vérités de situation” de plus en plus solides, de plus en plus exigeantes.


Mis en ligne le 9 août 2014 à 06H52

Donations

Nous avons récolté 1015 € sur 3000 €

faites un don