Le “non-américanisme” de Sarkozy

Faits et commentaires

   Forum

Il y a 2 commentaires associés à cet article. Vous pouvez les consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

Le “non-américanisme” de Sarkozy


30 août 2007 — Adam Gropnik nous l’affirme tout de go, réveillant des souvenirs dans les mémoires sentimentales des plus vieux (le souligné en gras, pointant vers le nom anciennement fameux de BB, est de notre fait): «This makes his [Sarkozy’s] aura in France very different from his aura in America, where no French personality since Brigitte Bardot has been such a projection screen for wishful dreams and onanistic fantasies.»

Les Américains commencent à s’intéresser sérieusement à Sarkozy, les Européens à regretter d’avoir souhaité qu’il (Sarko) les débarrasse de Chirac, — et à regretter … Chirac. (Dans son texte «Europe's Frustration with Sarkozy», dans Newsweek daté du 3 septembre, Adam B. Kushner rapporte la frustration, la fureur générales des fonctionnaires, politiciens et experts européens devant certaines manières du nouveau président français. Kushner note, comme s’il parlait en leur nom et reflétait leur nostalgie paradoxale : «More than that, the young (52-year-old) president is worlds apart from his predecessor, Jacques Chirac, an old hand at European-style consensus-building.» Si ce n’est pas regretter “le Vieux”.)

Dans The New Yorker du 27 août, avec ce titre évocateur : «The Human Bomb», Adam Gopnik donne un des textes américains les plus intéressants ce jour sur Sarkozy. C’est la logique même puisque Gopnik, écrivain, chroniqueur, est finalement moitié-US, moitié-Parisien, — et qu’il est par conséquent de la race des écrivains américains, la seule référence psychologique américaine capable d'évoluer hors des rets et du conformisme du système de l’américanisme. (Lire Paris to the Moon, chronique de sa vie parisienne des années 1995-2000, traduit en 2003 à Nil éditions : De Paris à la lune.)

(Gopnik n’évite pas pour autant les traquenards parisiens. Faire de Chirac un anti-américain pour pouvoir mieux évoquer et discuter l’hypothèse d’un Sarko pro-américain, comme il l’exprime, continue à être une blague complète, sans le moindre ressort ni fondement. Chirac n’a jamais été de cette catégorie. Mais cela laisse intacte la valeur du raisonnement par aileurs. Ce que Gropnik dit de Sarkozy seul est du plus grand intérêt, — non pour prévoir sa politique, ni même pour la définir mais pour comprendre le fonctionnement de sa psychologie, — mais, à partir de là, certes, envisager des prolongements politiques.)

Pour résumer et synthétiser l’analyse de Gropnik, quelques jugments à l’emporte-pièce sur Sarko. On n’en trouve aucun qui ne soit fondé d’une façon ou l’autre. … «a French nationalist with a rage for modernization, and largely European horizons.» … «And so there are doubts about whether Sarkozy has any strategic vision to go along with the tactical brilliance, any plan for France beyond the old one of getting power and keeping it.» … «Sarkozy is a statist, unrepentant and unreformed, and determined to use the levers of government for its own good.» … «His model for the future is something more like the Airbus program: a pan-European, state-centered, semiprivate enterprise to catch up with and outdo those America airplanes.» (NB : en ayant à l’esprit qu’Airbus est, dans l’inconscient habituel, quelque chose de complètement français au départ et qui l’est resté en substance.) … «Some suspect that Sarkozy’s secret strength in resolving the French economic “crisis” may be that there is no crisis.»

Après cette mise en place du cimier psychologique du personnage, qui constitue le fondement de ses jugements, voici les deux grands thèmes nouveaux qui nous ont arrêtés dans l’analyse de Gropnik. Le second apparaît en conclusion de son article.

• Le premier est l’idée que Sarkozy n’est pas un pro-américain mais un “Américain manqué” (si l’on entend bien: comme l’on dit “garçon manqué”)… Nous avons mis en évidence (souligné en gras) une phrase qui nous paraît importante : la caractérisation paradoxale de ce qui est l’américanisation effective de Sarko, c’est qu’“il est capable d’agir comme ferait un Américain s’il devait diriger la France”, c’est-à-dire à la façon d’un Américain favorisant les intérêts de la France comme tout Américain en position de pouvoir aux USA favorise les intérêts des US.

«People close to Sarkozy like to say that he is an American manqué, meaning that in the normal run of twentieth-century things, his family—Greek Jews on his mother’s side, minor Hungarian nobles on his father’s—would have kept going west and ended up in New York, where he would now be running a private bank and sitting on museum boards. But an American manqué is not at all the same thing as someone who is pro-American. He is not reflexively opposed to American interests, as Mitterrand was and as Chirac became. The point of his so-called Americanness though, is to be able to act the way an American would if he were running France. He is surrounded by people who admire and understand America, but what they have taken from it is the habit of high-spirited enterprise and self-assertion. Sarkozy is a statist, unrepentant and unreformed, and determined to use the levers of government for its own good. By “reform” Sarkozy means growth and a crash course in modernization. By reform, he means, in a nutshell anything to catch up with London. He is eager, even desperate, to modernize France—to make it competitive on ever front with the other leading Western nations—but he does not place any particular value on doing it chiefly through entrepreneurial capitalism outside the control of the state. He would like to lame the unions—he has already proposed and in part achieved, legislation to compel minimum services during transportation and education strikes—but he does not embrace the rest of the Thatcherite program of liberalism. His model for the future is something more like the Airbus program: a pan-European, state-centered, semiprivate enterprise to catch up with and outdo those America airplanes. (In fact, one of his first acts was to help streamline the Airbus bureaucracy, which previously had two parallel French and German lines of descent, just as one of his first acts was to ask Angela Merkel, the German premier to lunch with Airbus workers in Toulouse.)»

• Pro-américain dans son opinion, Sarko? Ou bien anti-américain qui s’ignore? Débat son fin et débat trop passionné, — qui ne débat sur rien d’essentiel, semble estimer Gopnik. De façon inattendue, il offre plutôt une étrange catégorie nouvelle, du type qu’on nommerait “non-américaniste”, ni “pro-” ni “anti-”, — indifférent, en un sens; indifférent non par ignorance du problème mais par une nouvelle mesure de l’importance de ce problème… Une catégorie qui, selon Gopnik, considère l’Amérique comme dépassée, marginalisée. Résultat de 9/11 et de la politique US qui s’ensuit, il y aurait plutôt ce “non-américanisme” que l’anti-américanisme dont on décrit la croissance depuis 2001; “pour cette nouvelle catégorie, l’Amérique ne semble plus désormais cette bombe humaine que vous devez désamorcer mais ces dingues que vous devez tenir à distance”.

«The catastrophe in Iraq has had an unlooked-for effect: not to stoke anti-Americanism in a new generation but to make America seem almost marginal. For almost two hundred years, Americanization in Europe has been synonymous with modernization — that’s why the Statue of Liberty stands in New York Harbor, as a gift of the Third French Republic, the fraught state that appeared after Louis-Napoleon’s Second Empire failed. It was a gift not from a complacent old world to a nascent new one but from a newborn republic to one that, after its civil war, was firm and coherent. The point wasn’t that Europe would not abandon us; it was that we would not abandon old Europe to the despots.

»Now, for the first time, it’s possible to imagine modernization as something independent of Americanization: when people in Paris talk about ambitious kids going to study abroad, they talk about London. (Americans have little idea of the damage done by the ordeal that a routine run through immigration at J.F.K. has become for Europeans, or by the suspicion and hostility that greet the most anodyne foreigners who come to study or teach at our scientific and educational institutions.) When people in Paris talk about manufacturing might, they talk about China; when they talk about tall buildings, they talk about Dubai; when they talk about troubling foreign takeovers, they talk about Gazprom. The Sarkozy-Gordon Brown-Merkel generation is not unsympathetic to America, but America is not so much the primary issue for them, as it was for Blair and Chirac, in the nineties, when America was powerful beyond words. To a new leadership class, it sometimes seems that America is no longer the human bomb you have to defuse but the nut you walk away from.

»What Brown, Merkel, and Sarkozy all have in common is that they do not want to be defined by their response to America—either unduly faithful, as with Blair, or unduly hostile, as Chirac became. Instead, as Levitte says, they all want to normalize relations with a great power that is no longer the only power. Its military weakness has been exposed in Iraq, its economic weakness by the rise of the euro, and its once great cultural magnetism has been diminished by post-9/11 paranoia and insularity. America has recovered from worse before, and may do so again. But it is also possible that the election of Nicolas Sarkozy may be seen not as the start of a new pro-American moment in Europe but as a marker of the beginning of the post-American era.»

Les quiproquos du sens des mots : entre “amitié” et “servilité”

L’intérêt de cette approche psychologique de Sarkozy est qu’elle clôt un certain nombre de débats sans issue sinon stériles et qu’elle ouvre de nouveaux horizons. Elle réconcilie ce que nous percevons d’“américanisé” chez Sarkozy et ce que nous constatons de non-alignement sur les thèses américanistes du même Sarkozy. Ou, — comment Sarkozy peut-il être à la fois un fervent admirateur du comportement américaniste et dans certains cas essentiels adversaire de facto des thèses fondamentales de l’américanisme (peu ou prou tout ce qui caractérise la globalisation : le libre-échange, l’anti-interventionnisme, le souverainisme, la multipolarité, etc.)…

C’est une la palissade de constater que les USA demandent aux autres de faire ce qu’eux-mêmes ne font pas. Nationalistes et unilatéralistes, ils demandent aux autres d’être atlantistes et supranationalistes pour exiger d’eux qu’ils s’alignent sur leurs propres choix. (Vous, citoyen non-US, ne pouvez épouser un choix nationaliste US que si vous-mêmes n’êtes pas nationaliste, comme c’est l’évidence même.) Par conséquent, l’expression citée par Gopnik d’“Américain manqué”, l’idée que Sarkozy agit “comme s’il était un Américain dirigeant la France”, son avis selon laquelle Sarko est un “nationaliste affirmé” (français) et un “étatiste” (français), tous ces jugements en apparence contradictoires sont complètement conciliables; “américanisé” jusqu’à la moëlle, Sarko emploie ce caractère à servir ses propres choix pour les intérêts de la nation qu’il dirige. Il nous est suggéré une fois de plus que l’“américanisation” porte plus sur les comportements et sur la méthode que sur des buts spécifiques, notamment politiques. De même peut-on bien admettre que Sarkozy est un formidable tacticien mais un stratège médiocre sinon inexistant. Ce n’est pas si grave puisqu’il est servi par sa spécificité de Français. Il n’y a pas, aujourd’hui, de polititique plus évidente à un point où elle dirait qu’elle est contrainte, que ce que Philippe de Saint-Robert nommait la politique de la France. La différence se fait dans sa mise en œuvre et c’est à ce niveau surtout du brio de la tactique qu’on mesure la valeur des dirigeants. (Rarissimes sont ceux qui combinent la maîtrise tactique et la vision stratégique. De Gaulle en était une superbe combinaison; par conséquent, il était autant capable de commenter et d’expliquer les grands desseins du tacticien hors pair qu’il était, que de mettre en œuvre la tactique.)

Mais, pour ce qui est de l’opinion politique du président français, Gopnik nous dit (selon notre interprétation): Sarko est un “non-américaniste”; il est sans vraie opinion sur l’Amérique telle qu’elle était perçue jusqu’alors, — ni anti-, ni pro- cette énorme puissance d’influence et de fascination que l’Amérique était jusqu’au désastre d’Irak, — parce que, justement, le désastre d’Irak fait qu’elle n’est plus “cette énorme puissance d’influence et de fascination”. Pour Sarkozy (mais aussi pour un Brown, pour une Merkel), l’Amérique est devenue une puissance comme une autre, qu’on traitera comme telle selon les spécificités des relations déjà existantes. (D’où le mot souvent répété : «Je veux [… dire aux Américains] que la France sera toujours à leurs côtés quand ils auront besoin d’elle. Mais je veux leur dire aussi que l’amitié c’est accepter que ses amis puissent penser différemment.») S’il s’avère que l’Amérique est en train de suivre aujourd’hui une politique un peu inquiétante, l’on peut éventuellement le lui dire et/ou l’on peut éventuellement choisir de faire des choses sans elle («The Sarkozy-Gordon Brown-Merkel generation is not unsympathetic to America, but America is not so much the primary issue for them…»).

La thèse est intéressante parce qu’elle a le mérite de faire la part belle à l’intuition, seule méthode pour tenter de débroussaller l’amoncellement extraordinaire de virtualisme, de double et de triple langage qui encombre notre perception de la réalité politique du monde. Elle permet d’offrir une échappée créatrice entre l’analyse binaire du “pro-” et de l’“anti-”. Elle s’accorde bien aux événements tels que nous les voyons (départs de Chirac et de Blair, arrivée de Sarkozy et de Brown, limites catastrophiques de la puissance US montrées par la tragédie irakienne , etc.). Elle offre de nouvelles hypothèses pour comprendre l’évolution possible des relations entre les USA et l’Europe engluées dans des rapports de servilité et de suzeraineté complètement obscolescents mais extraordinairement persistants.

La thèse peut effectivement s’exprimer dans des situations qui devraient sembler paradoxales ou contradictoires, ou machiavéliques selon l’appréciation binaire traditionnelle. Un exemple en est l’affirmation du renouvellement des liens de proximité entre la France et les USA par Sarkozy et le lancement par le Français d’un programme de défense européenne qui ne peut être perçu par les USA que comme défavorable, voire ”hostile” aux intérêts US et aux USA (ce que nous nommons “Saint-Malo-II”). Dans un cas, l’attention est mise bien entendu dans les relations avec les USA, dans le second ces relations sont perçues comme accessoires et n’entrent pas en ligne de compte dans la décision, — en gros, c’est dire aux USA : “l’organisation de l’Europe, ce n’est pas vos affaires”. On peut envisager que cette dualité des démarches corresponde bien aux deux propositions de cette phrase : «…not unsympathetic to America, but America is not so much the primary issue».

Mais comment concilier, dans le cas cité, cette attitude de “l’Europe ce n’est pas vos affaires” avec l’affirmation US constante et jamais démentie de «America [is] a European Power»? C’est le titre d’un article de Richard Holbrooke dans Foreign Affairs de janvier-février 1995. Holbroocke pourrait être secrétaire d’Etat si Hillary l’emporte en 2008.

Cette thèse séduisante n’a donc qu’une faiblesse, qui ne peut d’ailleurs devenir un reproche mais qui est un simple constat: l’attitude des USA. L’idée que (notamment mais surtout) l’élection de Sarkozy pourrait être «a marker of the beginning of the post-American era» n’est certainement pas celle de la direction washingtonienne. On peut prendre cette hypothèse comme le constat d’une situation objective; ce n’est pas pour autant que Washington l’acceptera. Les USA ont déjà montré souvent leur mépris pour les “situations objectives”, c’est même une constante de leur attitude (virtulisme). Les USA ont les moyens de faire sentir leur désaccord, et de le faire sentir d’une façon brutale. Ils peuvent réagir avec d’autant plus de force, voire de violence. Pour cette raison, cette hypothèse qui semble celle d’un arrangement nouveau, pourrait être au contraire celle de la voie vers une confrontation, — entre l’Europe et les USA, entre Sarkozy et les USA. (C’est l’idée que nous développons pour le cas iranien.) Il n’y a rien de plus explosif qu’un dirigeant européen, et plus encore français, qui s’affirme plus que jamais “ami de Washington” et développe des projets politiques d’affirmation en apparence légitimes, en réalité en confrontation avec les intérêts des USA selon la perception qu’ont les USA. Il est admirable de réaffirmer l’amitié avec les USA (en l’assortissant de la restriction : puisque nous sommes amis, je suis d’autant plus à l’aise pour vous dire mon désaccord quand c’est le cas); c’est oublier que, pour le système de l’américanisme, le mot “amitié” se confond sans hésitation pour les autres avec le mot “servilité” et se traduit par la consigne d’“alignement”. Une puissance aussi orgueilleuse et vaniteuse que les USA perçue sur le déclin, par elle-même comme par ses “amis”, est prête à tout sauf à l’effacement et au compromis.


Donations

Nous avons récolté 1696 € sur 3000 €

faites un don