Le Complexe les panique

Faits et commentaires

   Forum

Un commentaire est associé à cet article. Vous pouvez le consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

 9

Le Complexe les panique

30 juillet 2008 — Même si l’intention est puérile (“pathétique”, écrivions-nous), elle doit être mise en évidence. Lorsque Obama, au cours de son voyage à Paris, précise à propos de ses projets sur l’Afghanistan:

« If we have more NATO troops in Afghanistan, then that's potentially fewer American troops over the long term, which means we're spending fewer billions of dollars, which means we can invest those billions of dollars in making sure we're providing tax cuts to middle class families who are struggling with higher gas prices that will have an impact on our economy.»»

…Il s’agit d’un autre rappel à l’ordre de la réalité (de la réalité américaniste, celle des électeurs). Obama a (“avait”? C’est à voir) dans ses cartons des projets de réduction du budget du Pentagone. Comment concilier une réduction des forces pour renforcer les programmes sociaux avec un engagement plus important en Afghanistan? C’est une question parmi d’autres d’un vaste problème qui envahit la scène politique washingtonienne.

• Une autre récente indication du problème que nous voulons traiter ici se trouve dans plusieurs interventions du secrétaire à la défense Gates, dont celle du 15 juillet, qui est présentée sous cette forme dans le Los Angeles Times du 16 juillet

«Defense Secretary Robert M. Gates renewed his call Tuesday for more spending on U.S. diplomacy and international aid, saying the U.S. government risks “creeping militarization” of its foreign policy by focusing its resources on the Pentagon. (…)

»Gates has made the argument before, most notably in November in an address at Kansas State University. But his speech Tuesday, before a group of business and nongovernmental groups in Washington, included some of his most pointed language yet, including a call for the U.S. to repair its standing in Muslim countries. But he said efforts to buff America’s image were unlikely to help.

»“The solution is not to be found in some slick PR campaign or by trying to out-propagandize Al Qaeda, but through the steady accumulation of actions and results that build trust and credibility over time,” Gates said.

»The remark seemed directed toward some of the Bush administration’s public diplomacy efforts in the years after the Sept. 11 attacks. Attempts by former White House aide Karen Hughes and others to reinvigorate administration outreach efforts failed to reverse the U.S. image, especially among Muslim populations.

»Gates said that because of the Pentagon’s outsized budget, it frequently handled activities that traditionally had been the responsibility of civilian agencies. The trend has led critics to charge that U.S. foreign policy is dominated by the military, a view Gates said was “not an entirely unreasonable sentiment.”»

• L’historien Chalmers Johnson, au terme d’une analyse sur la situation des services de renseignement US (sur Tomdispatch.com le 27 juillet), cite les interventions de Rober Gates en les assimilant au fameux discours d’Eisenhower du 17 janvier 1961 sur (ou plutôt : contre) le “complexe militaro-industriel”, – première occasion historique où ce terme devenu depuis fameux est offert au public.

«As numerous studies have, by now, made clear, the abject failure of the American occupation of Iraq came about in significant measure because the Department of Defense sent a remarkably privatized military filled with incompetent amateurs to Baghdad to administer the running of a defeated country. Defense Secretary Robert M. Gates (a former director of the CIA) has repeatedly warned that the United States is turning over far too many functions to the military because of its hollowing out of the Department of State and the Agency for International Development since the end of the Cold War. Gates believes that we are witnessing a “creeping militarization” of foreign policy – and, though this generally goes unsaid, both the military and the intelligence services have turned over far too many of their tasks to private companies and mercenaries.

»When even Robert Gates begins to sound like President Eisenhower, it is time for ordinary citizens to pay attention. In my 2006 book Nemesis: The Last Days of the American Republic, with an eye to bringing the imperial presidency under some modest control, I advocated that we Americans abolish the CIA altogether, along with other dangerous and redundant agencies in our alphabet soup of sixteen secret intelligence agencies, and replace them with the State Department's professional staff devoted to collecting and analyzing foreign intelligence. I still hold that position.

»Nonetheless, the current situation represents the worst of all possible worlds. Successive administrations and Congresses have made no effort to alter the CIA's role as the president's private army, even as we have increased its incompetence by turning over many of its functions to the private sector. We have thereby heightened the risks of war by accident, or by presidential whim, as well as of surprise attack because our government is no longer capable of accurately assessing what is going on in the world and because its intelligence agencies are so open to pressure, penetration, and manipulation of every kind.»

• On citera également, selon cette même orientation critique des activités du CMI, les analyses de Winslow T. Wheeler, aussi bien sur le site du Center of Defense Information, le 25 juillet, que sur UPI (Specewar.com) le même 25 juillet, sur la crise de l’U.S. Air Force. Il s’agit d’un excellent exemple spécifique, détaillé dans les chiffres, des effets de la crise du CMI sur un de ses composants.(On voit par ailleurs, sur notre Forum du jour, les détails de l’évaluation de Wheeler.)

Gates, “super-délégué” du système pour opérer le monstre à vif?

Quelle est la signification générale de ces divers signes, déclarations, évaluations, etc.? On la trouve dans le constat que la crise du complexe militaro-industriel, ou du Pentagone si l’on veut, apparaît de plus en plus visiblement, avec des effets à mesure, et inquiète de plus en plus gravement les commentateurs et les responsables. Les déclarations de Robert Gates, notamment, sont particulièrement importantes, parce qu’elles ne sont nullement accidentelles, parce qu’elles font partie d’une campagne de plus en plus affirmée du secrétaire à la défense en faveur d’une réforme radicale et profonde du Pentagone et du CMI, avant d’atteindre le stade d’une situation irréformable et hors de contrôle.

…Ou bien nous y sommes déjà, dans l’irréformable et dans la perte de contrôle? Cela serait plutôt notre avis; disons alors qu’on se trouverait dans l’irréformable et dans l’absence de contrôle qui deviendraient insupportables. Les avatars de l’USAF, y compris son incapacité à assurer un processus décent (c’est-à-dire sans erreurs grossières) de sélection d’un nouveau ravitailleur en vol (dito, l’affaire du KC-45), serait une manifestation de cette situation devenant insupportable. Effectivement si la crise du CMI/Pentagone, – la chose irréformable et incontrôlable, – interfère de façon aussi massive et aussi grossière dans les grandes affaires politiques, en provoquant une crise transatlantique notamment, elle devient insupportable. Et alors? dirions-nous, – qu’est-ce que cela change? Rien. Cela rend-il le Pentagone réformable? Non. La seule hypothèse qu’on peut avancer est que cela exacerbe la gravité de la situation, désormais dans le champ politique. Du coup, il faut effectivement envisager qu’un effort fondamental de réforme soit tenté à partir de janvier 2009.

C’est ici qu’entre en jeu le destin de Robert Gates. Le secrétaire à la défense est en train d’acquérir une formidable réputation à Washington, par contraste avec son prédécesseur, par contraste avec les principaux ministres de l’administration GW Bush. C’en est au point que l’hypothèse du maintien de Gates à son poste en janvier 2009 est désormais très sérieuse. En cas de victoire d’Obama? Effectivement, l’hypothèse est surtout exprimée à cette lumière.

Lors d’une récente interview d’Obama à la publication Army Times, reprise par Defense News du même groupe d’édition, on pouvait lire diverses supputations sur la position de Gates dans la période de transition. (Dans Defense News du 7 juillet.)

«Obama stopped short of saying he would ask some members of the Pentagon’s current civilian leadership to stay on past his in auguration if he wins the election in November. But without prompting, he went on to praise Gates in a way that suggested he could ask him to stick around.

»“I do think that Secretary Gates has brought a level of realism and professionalism and planning to the job that is worthy of praise,” he said. “I think that the Pentagon is operating more effectively. I think he has improved greatly the relationships with the Joint Chiefs and the military generally.

»“But whether that means that he would continue in that position, or would even want to, I think that’s something that will be determined later. I don’t want to get too far ahead of myself. I think I have a lit tle more work to do before I have to make those decisions.” Obama did appear to back a soft power vision Gates began advocating in a series of speeches last fall: a more modern State Department and “civilian national securi ty force” that could “deploy teams that combine agricultural special ists and engineers and linguists and cultural specialists who are prepared to go into some of the most dangerous areas alongside our military.” “If we’ve got a State Department or personnel that have been trained just to be behind walls, and they have not been equipped to get out there alongside our military and engage, then we don’t have the kind of national security apparatus that is needed,” he said. “That has to be planned for; it has to be paid for. Those personnel have to be trained. And they all have to be integrated.”

»Gates has wide support from both parties for his leadership since taking over the Pentagon from the controversial and outspoken Donald Rumsfeld. Gates receives high marks for improving the situation in Iraq and for his decisive actions within the Pentagon, including the recent relief of the Air Force’s top general and civilian leader. If he could be persuaded to stay even for a short while, they said, Gates could help greatly with the transition. (…)

»Robert Hastings, the Pentagon’s top spokesman, said Gates hasn’t been asked and isn’t trying to be asked. He then repeated what he said the secretary has said previously: “I learned long ago to never say never, but the circumstances under which I would remain in this job longer are inconceivable.”»

La forme des diverses supputations est telle qu’elle pourrait aussi bien convenir à McCain, tant elle semble exprimer une sorte de consensus à Washington sur les capacités de Gates, et sur l’idée qu’il pourrait rester au Pentagone. D’autre part, les références données pour une telle initiative concernent sans aucun doute les idées de Gates concernant la réforme du Pentagone, – c’est-à-dire son attaque contre le complexe militaro-industriel dans la forme qu’il a acquise aujourd’hui, au travers des récents discours qu’il a prononcés. L’idée générale est encore renforcée par la mesure en train d’être prise des formidables difficultés budgétaires à prévoir à partir de janvier 2009, impliquant nécessairement un effort de réforme du Pentagone pour tenter de freiner, sinon réduire, les dépenses du monstre. Il s’agit d’une appréciation bipartisane (les deux partis réunis), qui dépasse les centres d’intérêt devant ce qui est perçu comme un danger grandissant menaçant l’équilibre du tronc central de l’appareil de sécurité nationale. Dans ce cas, on pourrait presque envisager une situation, évidemment sans aucun précédent d’aucune sorte dans l’histoire des USA, d’un homme, Gates, choisi par consensus bipartisan, pour être, encore plus qu’un secrétaire à la défense maintenu à son poste, une sorte de “super-délégué” du système placé à la tête du Pentagone, avec pour mission d’opérer le monstre à vif.

On a déjà vu que la question de la transition inquiétait les militaires au point que le président du JCS, l’amiral Mullen, est intervenu publiquement pour recommander un aménagement de cette transition. Mullen expliquait cette nécessité, comme fait Obama, par le fait que les USA sont en guerre. “En guerre”? Contre qui? Contre la terreur, répond le conformisme habituel. Pour nous, l’état de guerre se trouve bien plutôt au cœur du Pentagone. (Clin d’œil à Rumsfeld, l’infortuné prophète.) Dans tous les cas, le conseil de Mullen, pour quelque raison que ce soit, à l’air de rencontrer des échos, et même au-delà.


Donations

Nous avons récolté 533 € sur 3000 €

faites un don