Le choix fatal de Humpty-Dumpty

Les Carnets de Dimitri Orlov

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

 1730

Le choix fatal de Humpty-Dumpty

Ainsi va la comptine anglaise,« Humpty Dumpty s’est assis sur un mur, Humpty Dumpty a fait une lourde chute. Tous les chevaux du roi et tous les hommes du roi n’ont pas réussi à recoller Humpty. »C’est souvent présenté comme une énigme, et les enfants sont invités à deviner que Humpty était un œuf. C’est, bien sûr, la mauvaise réponse : la bonne réponse, comme tous les enfants d’aujourd’hui doivent le savoir, est que Dumpty est le dollar américain.

Mais revenons à la comptine : pourquoi tous les hommes du roi essaieraient-ils de recoller un œuf cassé, et pourquoi des chevaux seraient-ils envoyés pour aider ? En fait, Dumpty n’était pas un œuf, mais un gros canon qui est tombé accidentellement du mur d’un château pendant la guerre civileanglaise de 1642 à 1649 et s’est brisé en morceaux. Une autre comptine, Ring a ring o’ roses, parle de la Grande peste de 1665. Les comptines ne parlent pas de choses enfantines, mais de choses graves, comme les guerres civiles, les pandémies… et les effondrements de devises.

L’un des événements les plus marquants du début du XXIe siècle est la disparition du dollar en tant que principale monnaie de réserve mondiale. Étant donné que de nombreuses personnes demanderont immédiatement à savoir quand exactement cela se produira, permettez-moi de me précipiter pour leur donner la bonne réponse : cela se produira au début du XXIe siècle. Quant au scénario exact, c’est là que la chose devient intéressante.

À quel point le dollar américain ressemble-t-il à Humpty Dumpty ? Tout est dans la comptine : il est fragile, il va tomber et se briser, et aucune quantité d’énergie (“chevaux du roi”) ou de puissance militaire (“hommes du roi”) ne pourra le remettre en état. Il y a une dimension supplémentaire à cette affaire de chute du mur. Il n’est pas si courant de s’asseoir sur un mur, mais le terme “assis sur une clôture” est souvent utilisé pour indiquer l’indécision.

Cela soulève un aspect important de la chute d’un mur que nous ignorons à nos risques et périls : il y a deux façons de tomber d’un mur, et la décision de savoir laquelle est rarement sans conséquence. Les murs et les clôtures partagent une caractéristique fondamentale : ils servent à séparer l’intérieur de l’extérieur. Si Humpty était tombé à l’extérieur, les hommes du roi auraient dû faire une sortie et s’élancer, bravant de grands dangers, pour récupérer ses puissants débris.

Quels sont les deux côtés du mur d’où le dollar des États-Unis tombera et en quoi sont-ils différents ? Nous reviendrons sur cette question plus bas, mais nous devons d’abord énoncer quelques principes de base. Pour qu’une monnaie puisse servir de monnaie de réserve mondiale, il faut qu’elle soit disponible en grande quantité. Un pays peut laisser proliférer sa monnaie de trois façons principales : en la prêtant, en l’empruntant, en l’imprimant et en la distribuant simplement sans condition.

Il est bien sûr préférable de la prêter : d’autres pays vous versent alors des intérêts que vous pouvez réinvestir dans le projet de faire payer à d’autres pays des intérêts sur votre propre argent. Mais cela ne fonctionne que si d’autres pays doivent absolument acheter votre devise afin de l’utiliser pour acheter quelque chose dont ils ont absolument besoin, comme le pétrole saoudien (qui pendant longtemps n’a pu être acheté qu’avec des dollars américains, sur la base d’un accordentre l’Arabie saoudite et les États-Unis). Cela ne fonctionne également que jusqu’à ce que de nombreux pays que vous avez saignés à blanc commencent à manquer à leurs engagements de remboursement, vous laissant avec des trous béants dans votre système bancaire qui ne peuvent être comblés qu’en imprimant l’argent et en le mettant dans ces trous.

L’astuce qui consiste à faire payer les autres pour utiliser votre argent est agréable, mais elle ne fonctionne pas toujours, et alors l’alternative – payer les autres pour utiliser votre argent – entre en jeu. Pour ce faire, il est plus facile de gérer les déficits commerciaux et budgétaires et de les combler par l’émission de titres d’emprunt publics. La raison pour laquelle cela ne fonctionne pas toujours est simple : qu’étaient supposés faire les Saoudiens de tous ces dollars qu’ils recevaient pour leur pétrole (à part les gaspiller pour des armes américaines inutiles qu’ils ont rapidement enterrées dans le sable) ? Prêtez-les aux Américains, bien sûr ! Pendant un certain temps, ce système, appelé “recyclage des pétrodollars”, a fonctionné comme un charme : les Américains ont prêté des dollars à un taux plus élevé, puis les ont empruntés aux Saoudiens à un taux plus bas.

Mais comme toutes les bonnes choses, ce programme “quelque chose en échange de rien” a fini par cesser de fonctionner. Les déficits commerciaux et budgétaires se sont transformés en un gigantesque amoncellement de dettes qui n’ont cessé de croître, et il n’y avait tout simplement pas assez d’emprunteurs dans le monde sur lesquels on pouvait compter pour recycler tout cet argent. Au lieu de cela, les États-Unis comptent de plus en plus sur le fait de payer les gens pour qu’ils utilisent leur argent – en l’empruntant pour le faire exister et en payant d’autres pour utiliser le dollar américain, on en est là. Le problème, c’est qu’il devient finalement impossible de maintenir l’économie en marche parce que le capital dont elle a besoin continue d’être absorbé par le monstre de la dette qui ne cesse de croître sous la forme de paiements d’intérêts.

La solution à ce problème, puisque c’est votre propre monnaie et que vous faites ce que vous voulez, est de réduire les taux d’intérêt à zéro et de commencer à prêter de l’argent à 0% d’intérêt. Maintenant, soudainement, il y a plein d’emprunteurs ! Ce n’est pas exactement la même chose que d’imprimer de l’argent et de le distribuer, puisqu’il y a des conditions : quand les prêts arrivent à échéance, ils doivent être soit remboursés (si vous avez de la chance !), soit reportés sur de nouveaux prêts, toujours à 0% d’intérêt (on peut l’espérer !). Mais comme les seules entreprises et institutions financières qui peuvent se permettre d’aller jusqu’à l’auge de 0 % sont les grandes sociétés et les institutions financières, l’argent gratuit ne parvient pas aux consommateurs et ne stimule pas la demande, ce qui fait que ce n’est pas une bonne idée d’investir dans quoi que ce soit de productif.

Cet argent sert plutôt à alimenter les investissements spéculatifs : les entreprises gonflent le cours de leurs actions en achetant leurs propres actions ; les institutions financières gonflent les prix de l’immobilier et d’autres actifs. C’est ainsi que l’argent fédéral continue de circuler et que le système financier ne s’effondre pas. Les riches se sentent encore plus riches, mais ce n’est guère un cycle vertueux pour l’économie dans son ensemble : le gonflement des prix des actifs pour des produits de première nécessité comme le logement fait baisser les dépenses de consommation et réduit, plutôt que de la faire croître, l’économie réelle des biens et services de consommation. Néanmoins, il se peut que vous entendiez actuellement beaucoup d’affirmations absurdestelles que : « … l’inflation des actifs a été le principal moteur de la croissance dans les pays développés depuis la crise financière mondiale, il y a 10 ans … ». Regardez quelle énorme et belle tumeur économique nous avons développée en ne mangeant rien d’autre que du sirop de maïs à haute teneur en fructose !

Mais nous n’avons pas eu besoin d’attendre que les investisseurs spéculatifs saignent du nez à cause des prix des actifs gonflés jusqu’à la stratosphère ou que l’économie de consommation s’effondre à cause de l’austérité imposée par l’inflation des actifs, car assez vite, les acheteurs de dette non américains se sont poliment demandés s’ils ne pouvaient pas être rémunérés un peu plus que 0% pour leurs efforts. Les taux d’intérêt sur la dette fédérale ont ensuite dû augmenter pour que le marché puisse absorber la nouvelle dette sans nuire à la valeur de la dette américaine. Les taux sur les emprunts du gouvernement américain sont maintenant supérieurs au niveau magique de 3% auquel on pense que les choses commencent à se décomposer.

Au-delà d’un certain point, une hausse des taux d’intérêt déclenchera une récession ou une dépression. Mais même si ce n’est pas le cas, les emprunteurs étrangers finiront par se rendre compte que les taux d’intérêt élevés sont aussi mauvais que les taux d’intérêt à 0% si votre créancier se trouve être un mauvais payeur. Nous avons déjà été entraînés dans cette voie : avant la défaillance du gouvernement russe en 1998, les taux d’intérêt sur la dette publique russe ont grimpé jusqu’à 100%. C’est à ce moment-là que les investisseurs internationaux ont décidé que ce n’était plus drôle et sont partis. Il n’y a donc pas de “bon” niveau de taux d’intérêt à présupposer lorsque l’on s’enfonce dans un trou de dette.

Existe-t-il d’autres solutions que de s’enfoncer dans le gouffre de la dette ? Certaines possibilités se sont ouvertes à cet égard avec l’élection de Donald Trump. Il a tout le flair intellectuel macro-économique d’un magnat de casino et d’hôtel luxueux avec un organisateur de concours de beauté et un animateur de télé-réalité, mais son caractère mégalomaniaque le rend incapable de percevoir ses limites intellectuelles. Ajoutez à cela le fait qu’il a été privé de toutes possibilités d’action à l’exception de quelques-unes seulement : accorder des allégements fiscaux aux sociétés et aux riches, augmenter les dépenses de défense et imposer des sanctions unilatérales à quiconque ne lui plaît pas. Ce dernier point se révèle assez mortel en ce qui concerne le statut du dollar américain en tant que monnaie de réserve internationale. Si la capacité d’une personne d’utiliser le dollar américain dans des réserves de change ou dans des règlements internationaux peut être compromise sans préavis en raison d’un caprice présidentiel, le dollar américain devient alors plutôt peu attrayant. Cette évolution a donné un coup de fouet à l’effort, déjà en cours, visant à s’éloigner du dollar américain dans le commerce international.

Il y a deux effets à attendre de cette évolution. La première est que la demande mondiale de dollars américains diminuera à mesure que d’autres pays trouveront des moyens de commercer les uns avec les autres dans leur propre monnaie ou en utilisant le troc, sans passer par le dollar américain. L’autre est que l’offre de dollars US va augmenter, à mesure que les détenteurs étrangers de dollars US se débarrasseront de leurs avoirs. En conséquence, les États-Unis ne seront plus en mesure de continuer à emprunter à l’échelle internationale pour continuer à financer leurs gigantesques déficits commerciaux et budgétaires. D’un autre côté, les États-Unis seront inondés de dollars en provenance de l’étranger, et les États-Unis ont encore beaucoup d’actifs à vendre. Nous devrions nous attendre à ce qu’une grande partie des actifs aux États-Unis changent de main pour celles d’investisseurs étrangers. Nous devrions aussi nous attendre à ce que tout ce qui n’est pas solidement cloué au sol soit mis en caisse et exporté, en grande partie vers la Chine.

Que pouvons-nous faire face au choix fatidique de Humpty ? Dumpty devrait-il basculer la tête sur les talons ou les talons sur la tête ? En basculant vers l’avant, vers des taux d’intérêt plus élevés, Dumpty continuerait à faire fructifier de l’argent gratuit, pendant un temps, tout en mettant en faillite les nombreuses sociétés qui sont retenues la tête hors de l’eau par des taux d’intérêt extrêmement bas, déclenchant une grave récession/dépression et un effondrement financier total. En basculant en arrière et en maintenant les taux d’intérêt à un bas niveau, le dollar perdrait de sa valeur, ce qui ferait monter l’inflation et rendrait difficile pour les États-Unis de continuer à financer leurs déficits. Incapable de prêter ou d’emprunter de l’argent pour exister, il serait forcé de recourir au Plan C : il lui suffirait d’imprimer des dollars et de les distribuer, sans condition. Mais cela conduit à une hyperinflation et à un effondrement financier complet.

Le choix de Dumpty n’est peut-être qu’une question de style, car le résultat final sera le même. Ce ne sera pas non plus un choix rationnel : les décideurs politiques américains ont depuis longtemps renoncé à toute mesure réaliste du taux de chômage, de l’inflation ou de la croissance du PIB. Leurs modèles pourraient aussi bien être basés sur des feuilles de thé ou des entrailles de chèvre. Mais nous devrions quand même être en mesure de déterminer de quelle façon Dumpty va basculer en observant les premiers signes. Si nous voyons un effondrement déflationniste, Dumpty a visé vers le haut et il est tombé en arrière ; si nous voyons un effondrement inflationniste, Dumpty a visé vers le bas et il est passé par-dessus bord.

(16 octobre 2018, Club Orlov, – Traduction du Sakerfrancophone)

Donations

Nous avons récolté 242 € sur 3000 €

faites un don