La False Narrative, ou le False Flag retourné

Bloc-Notes

   Forum

Il y a 4 commentaires associés à cet article. Vous pouvez les consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

La False Narrative, ou le False Flag retourné

Voyez d’ici le spectacle : la pétulante quoiqu'un peu osseuse Samantha Power entre dans la pièce du Conseil de Sécurité. Elle est toute auréolée de la gloire d’un récent tweet de l’ambassadeur français Arrow (prononcer “Araud” en dialecte franchouillard), lui-même tout auréolé d’une entrée en résistance par l’acte superbe de la proclamation publique de son homosexualité (à quelques jours près, un quasi-18 juin, effectivement “acte de résistance” de l’ambassadeur, comme on le lit dans le texte estampillé New York Times de Maureen Dowd du 6 juin 2015)... «On behalf of the French mission, I have to tell you: you are beautiful», a donc tweeté Arrow-Arraud à Samantha Power, sorte de déclaration d’amour entre neocons d’exception et similairement homos de formation idéologique. Ainsi remontée, elle, Power, proclame aussitôt, un doigt vengeur pointé vers l’ambassadeur de la Fédération de Russie qui ne mérite vraiment pas, vous en conviendrez, son droit de veto :

«Mr. Ambassador, we went to all that trouble of [proclaming on what to do when you invade Ukraine, Latvia, Lithuania and so on] and then you don’t even have the common decency to come and invade ! It’s just typical of Russians. We just can’t trust you with anything.» (“Mr. l’Ambassadeur, nous avons eu tant de mal et de zèle à proclamer ce qu’il faudrait faire quand vous envahirez l’Ukraine, la Lettonie, la Lituanie, etcetera, et voilà, vous n’avez même pas la décence de vous décider à effectuer ces invasions ! C’est typique des Russes, ça. On ne peut pas vous faire confiance pour quoi que ce soit”.) ... L’on vit même l’ambassadeur allemand à l’ONU approuver de la tête avec énergie, ce qui provoqua des interférences fâcheuses dans l’audition standard de la NSA : les Allemands ont deux spécialités, les meilleures voitures du monde (BMW) et les invasions les plus ponctuelles de l’histoire (Hitler).

Pour la citation de ce moment historique, nous avons à peine modifié un des passages du texte de The BlogMire du 18 juin 2015, repris par Russia Insider du 18 juin 2015, sous le titre «Russian Non-Invasion Causing Concern in European Capitals». Il faudra du temps pour traduire ce document ultra-secret qui porte sur la menace que constitue la non-invasion de ses voisins par la Russie, alors que l’invasion est annoncée partout, et qu’elle devrait déjà avoir eu lieu, mais nous pouvons au moins affirmer qu’un officiel polonais a confié à l’auteur : «La Russie a envahi l’Ukraine au moins 47 fois en un peu plus de douze mois. Nous ne comprenons pas très bien pourquoi ils envahissent, et puis ils retraitent, et puis ils envahissent à nouveau, mais nous savons qu’ils l’ont fait parce que c’est écrit sur Twitter et sur Facebook et que Arsenyev Iatseniouk l’a dit.»

Quoi qu’il en soi, voici le texte original, d’excellente facture anglo-saxonne : «Tensions across the Baltic States and Poland have reached fever pitch in recent days as it has become increasingly clear that the Russians have no plans whatsoever to attack any of these countries.

»For the last year, Poland, Latvia, Lithuania and Estonia have been giving increasingly urgent warnings of Russian invasion and have been attempting to convince the rest of the world that it must act decisively in order to stop President Vladimir Putin carrying out his plan to recreate the Soviet Union, this time from Vladivostok to Johannesburg. However, despite issuing repeated warnings of imminent peril, the Russians are still showing no signs of turning up and even seem to be saying that they’ve got better things to do with their time. Only last week, Mr Putin claimed in an interview with the Italian newspaper, Il Corriere della Sera, that the idea of attacking a NATO country was only in the “nightmare of an insane person”.

»The refusal to invade has become a source of much consternation in Warsaw, Riga, and Tallinn, but it comes as a particularly bitter blow to the Lithuanian President, Dalia Grybauskaité, who has been increasingly vocal about the threat and who has put the country on panic mode for some time. Earlier this year, in preparation for the imminent invasion, the government in Vilnius put out a 100-page public information pamphlet — How to act in extreme situations or instances of war — which advised citizens how to survive a Russian invasion, and which contains sections on “the organization of civil resistance” and “how to act under battlefield conditions.”

»A spokesman for the Defence Minister Juozas Olekas, who unveiled the booklet in January, was clearly upset by the Russian response: “We went to all that trouble of producing a booklet on what to do when they invade, and then they don’t even have the common decency to come and invade us,” he said. “It’s just typical of Russians. You just can’t trust them with anything.”

»He went on to say that the country was now advising its citizens on what to do in case of a Russian non-invasion, and a second pamphlet — How to act in normal situations or instances of peace — is already being prepared in case the Russians carry out their threat not to come. The new booklet is said to advise Lithuanians on how to cope with the idea that their country might not be all that important to Russia after all, and it contains a number of other things people can get worked up about Russia in order to detract from the country’s own internal issues.

»In Warsaw, where hostility to Russia has been growing due to an ongoing Government awareness programme, a spokesman for the Polish Government, who wished to remain nameless, said the following: “Russia has invaded Ukraine on no less than 47 occasions during the past 12 months or so. We don’t know why they keep invading, and then retreating and then reinvading again, but we know they have because we’ve been keeping a close eye on Twitter and Facebook, and because Arseniy Yatsenyuk says so.” “Of course we naturally assumed that sooner or later this would mean they’d come for us — at least that’s what we’ve been telling our people for the last year — and so the idea that they might stay at home after all is bad news indeed. If they continue not to come, the people might actually start to think it was all a silly hoax to detract their attention away from Poland’s own issues, and that could be disastrous for us as a nation.”

»The fear that Russia might stay at home is echoed in Washington, with a spokeswoman for the State Department sounding genuinely perplexed: “We’re sure that the Russians want to recreate the Soviet Union. That’s what our President said the other day and we have no reason to disbelieve him. The first port of call before they get to Johannesburg must surely be the Baltic States and then Poland. So why won’t they invade? It’s a mystery to us, but we’re continuing to work with our vassals … sorry I meant to say allies, to scare people into understanding the threat, and I think it’s important to note that even non-invasion can be considered a part of their ongoing aggression”

»Last week there were hopes that the invasion might be about to happen, when two British RAF Typhoons stationed in Estonia were scrambled to intercept and shadow two Russian military aircraft over the Baltic Sea. However, the hopes were dashed when it was pointed out by experts, who looked at a map, that Russia is next to the Baltic Sea and a jolly sight closer to it than Britain is.»

Cela suffit, assez ri bien que cela soit très drôle ... On commence donc à voir apparaître d’une façon structurelle cette sorte d’intervention antiSystème, comme on l’avait vu déjà, avec Russia Insider, à propos de Poutine faisant festin de l’un ou l’autre steak saignant prélevé sur tel ou tel cadavre de Spetsnaz envahisseur d’Ukraine (voir le 31 mai 2015). Il est certain que cette sorte de textes, en général fort bien faits selon les modèles standard du journalisme anglo-saxon, peut apparaître comme “sérieux”, sans double lecture nécessaire, au premier abord, et compliquer drôlement (!) le travail journalistique. Cela posé, nous jugeons que le filon n’est pas du tout mauvais car le ridicule, l’ironie et la dérision de la satire peuvent s’avérer comme des armes dialectiques redoutables contre le mensonge sophistique au premier degré de la dialectique-narrativiste du Système. Ces traits d’activisme intellectuel, – ridicule, ironie et dérision, – ont la vertu de mettre en lumière et de mettre à nu des situations et des caractères qui se croient protégés par la pompe prétentieuse du Système, et par les attributs divers, gardes du corps, discours, vitres teintées montées sur 4x4 et petits fours au cocktail, qui leur sont alloués.

Nous proposons, comme première mesure dialectique pour notre compte, d’instituer cette technique sous l’expression de False Narrative, pour retourner contre l’adversaire (faire aïkido) les diverses manœuvres, supposées ou réelles, de la méthode False Flag. Elle invente une “réalité faussaire” qui débusque tout ce qu’il y a de “faussaire” dans la “réalité” que propose la narrative et la pousse aussi loin que possible dans la logique qu’elle implique, jusqu’au résultat d’imposer une sorte de False Flag à l’envers, un False Flag retourné contre les producteurs de False Flag eux-mêmes. La False Narrative, ou satire, dont nous avons longuement détaillé les avantages dans notre texte du 31 mai 2015 sur Poutine-anthropophage, peut établir un courant de communication qui interfère massivement dans la narrative en place et utilise à son avantage ses vulnérabilités diverses. Elle utilise le ridicule de la narrative pour ridiculiser la narrative, ce qui est d’une logique implacable, et peut aisément parvenir, par cette voie paradoxale, à convaincre des esprits “mésinformés” et désinformés de mettre en doute, sinon en cause, la narrative.

Il est évident qu’il existe aujourd’hui, dans cette situation de crise colossale et incontrôlable que nous connaissons, à côté des aspects tragiques et cruels sans nombre, des aspects grossiers, absurdes et burlesques, qui se signalent par leur outrance même. Des personnages comme Porochenko, Saakachvili, Iatseniouk, sorte d'Ubu-Roitelets postmodernes, sont manifestement aussi ridicules par leurs prétentions inévitables dans les fonctions qui leur ont été assignées, qu’ils sont dangereux par leur pratique de la corruption, de la traîtrise, de la déloyauté, de la tromperie, etc. Ridiculiser Saakachvili, ce qui n’est pas une tâche extrêmement difficile, est un moyen assez évident de le priver d'une part non négligeable du crédit faussaire dont il dispose, donc de son efficacité d'imposteur, en faisant apparaître à quel point il est dépourvu de substance, à quel point son absence de conviction renvoie nécessairement à son irrépressible situation de corrompu, à son besoin fondamental d’être corrompu non seulement pour survivre, mais pour simplement exister. La psychologie de cette sorte de personnage, qui est nécessairement d’une extrême faiblesse et d’une grande vulnérabilité, finit toujours par apparaître sous la pression du système de la communication, et l’arme du ridicule peut accélérer cette mise en lumière dévastatrice.

Il est probable que cette arme de la satire sous la forme de False Narrative est appelée à se développer. Il s’agira donc de montrer une vigilance amusée pour ne pas soi-même s’y laisser prendre, ce qui n’est pas impossible tant on réalise soudain, et comme par surprise, combien les héros de la narrative sont proches de leur caricature lorsque l’on propose leur caricature. Mais le risque est largement compensé par les bénéfices possibles de cette sorte d’opération, d’autant que le ridicule ainsi utilisé comme arme de discrédit psychologique peut et doit semer une confusion encore plus grande au sein du Système, où les satires peuvent être prises pour véridiques dans certaines conditions, et conduire à des hyper-réactions ou des réactions dans de mauvaises directions. Qui plus est, les satires de la False Narrative peuvent agir souvent comme un rafraîchissement de l’esprit et conduire à des réflexions plus audacieuses, à des innovations pour soi-même, à des analyses plus larges que celles qui sont déterminées par les situations crisiques courantes. A faire la caricature de Saakachvili, vous êtes conduit notamment à vous demander à un moment ou l’autre, parce que c’est tentant et parce que c’est l’évidence lorsqu'on contemple le visage béat de satisfaction de l'intéressé, “Et si c’était vrai ?”, – et ainsi vous retrouvant plus très loin de la vérité de Saakachvili en forçant cette vérité à apparaître derrière le masque. De même, n’est-ce pas, pour la vérité de la crise ukrainienne, même si par d’autres voies, – car, finalement, vous vous doutez bien qu’il existe nombre de dirigeants ukrainiens-Kiev, polonais, lettons, lituaniens, etc., qui enragent à leurs moments perdus en se demandant “Mais, bon Dieu, qu’est-ce les Russes attendent donc pour attaquer ?” Bref, Poutine & Cie, pas vraiment sérieux, impossible de leur faire confiance.

 

Mis en ligne le 19 juin 2015 à 11H38

Donations

Nous avons récolté 1668 € sur 3000 €

faites un don