Horreur! Un deuxième “mouton noir”?

Bloc-Notes

   Forum

Il y a 2 commentaires associés à cet article. Vous pouvez les consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

Tout le monde se désespère du comportement des foules populaires françaises dans les hautes sphères de notre pensée morale, là où le feu de la vertu européenne est entretenu. C’est la peur de se retrouver tout seul, puni par le reste de l’Europe. Le reste de l’Europe? Pas si sûr. Voilà qu’il s’avère que la France ne serait pas seule. Il est possible qu’ils seront deux à être “marginalisés”, formant ainsi l’amorce d’un troupeau européen de “moutons noirs”. Et la France qui se découvre en pas si mauvaise compagnie quoique paradoxale si l’on en juge par le fond du débat en France: la Hollande… La Hollande, modèle de vertu libérale, de conformité pro-américaine, de proximité anglo-saxonienne, et pourtant impeccablement européenne, — un modèle que devrait suivre la France. Mais c'est le contraire (on veut dire: la Hollande qui suit la France).

Les Hollandais votent trois jours après les Français. Là-bas, au Nord, le référendum n’est que consultatif mais, comme on dit dans nos salons, c’est un “symbole fort”. Alors, en avant pour le “symbole fort”, — pour découvrir qu’il est plutôt en méforme.

Le dernier sondage donne 58,5% au non, 41,5% au oui, 67% d’abstentions. Ce n’est pas le premier dans ce sens. Certains sondages ont même confidentiellement avancé le chiffre de 81% d’abstentions, là où le ridicule tue plus sûrement que l’opposition populaire à la vertu officielle. (Prudent, le Premier ministre hollandais, qui fait campagne en distribuant, à pieds comme vous et moi, des tracts en faveur du oui, a annoncé qu’il ne tiendrait compte de ce référendum que si la participation dépassait 30%.)

Cause de ce désordre batave? Comme une vulgaire France : rage contre l’establishment. (Du baume pour Raffarin : le PM hollandais recueille actuellement 15% d’appréciations favorables.) A droite, les populistes (oui, il y en a en Hollande), à gauche les habituels verts, gauchistes, etc. Au centre, les Hollandais moyens, comme vous et moi, Français moyens. Et si, au fond, tout au fond, se créait de cette façon un réel sentiment de solidarité et d’appartenance à l’Europe? Il faut avoir le sens de l’ironie, cela donne du courage.


Mis en ligne le 25 avril 2005 à 14H15

Donations

Nous avons récolté 1653 € sur 3000 €

faites un don