Désordre promis, parole tenue

Faits et commentaires

   Forum

Un commentaire est associé à cet article. Vous pouvez le consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

Désordre promis, parole tenue


5 novembre 2007 — Il y a certainement un journaliste qui l’a écrit quelque part ou, à défaut, qui s’apprête à l’écrire. Par conséquent et en cas de lenteur pour l’opportunité de la part de ce journaliste, nous nous empressons de rappeler cette citation d’un ambassadeur US du temps d’Eisenhower, – ou bien est-ce John Foster Dulles lui-même, la parenté est disputée, – à propos d’un dictateur sud-américain lambda qui venait de prendre, reprendre, perdre ou reperdre le pouvoir, on ne sait plus: «He’s a sonavabitch but he’s our sonovabitch.» (Traduction pour un lecteur perdu, en demandant des excuses pour la crudité toute diplomatique façon Dulles du langage: «C’est un fils de pute mais c’est notre fils de pute.»)

Pourquoi raconter cela à propos du destin du président Musharraf? Plus pour constater que leur “diplomatie” ne change pas que pour mettre en cause l’honorabilité du président. «Plus ça change plus c’est la même chose» aiment à dire les Yankees, en se payant le luxe insolent de dire le proverbe en français dans le texte. Si l’on sent quelque lassitude dans notre propos sans originalité, c’est qu’il n’y a malheureusement rien à dire d’original sur le destin du général Musharraf et qu’à tout prendre, des deux, Musharraf ou Rice érigée en défenderesse de la démocratie tout en laissant faire parce qu’il n’y a pas moyen de faire autrement, c’est Rice qui nous apparaît à la fois pathétique, médiocre, incompétente, – en un mot lourd de sens : coupable.

Musharraf a pris les devants, nous semble-t-il, notamment à cause des dîners en ville à Washington. Ces derniers mois, avant son retour au Pakistan, l’ancienne premier ministre Benazir Bhutto était partout dans les dîners en ville de Washington. Avec Scowcroft, avec Brzezinski, avec ses contacts dans l’administration et au Congrès. Les espions du général-président font leur boulot. Ils ont averti que le département d’Etat et la CIA se préparaient pour la reprise d’une pièce connue sous le nom de “retour de la démocratie”, avec réinstallation au semi-pouvoir (Premier ministre) de Bhutto à l’occasion des ex-prochaines élections. La Bhutto à côté de Musharraf, cela fait moins voyant que Musharraf tout seul. (C’est une explication, il y en a d’autres.)

Foin de la basse cuisine… Le vrai est qu’il n’y a guère de choses si intéressantes à dire sur cette mésaventure. Citons donc le Guardian dans son édito de ce matin, avec sa sagesse toute libérale, égrener les points de la quadrature du cercle de la “diplomatie” occidentale (américaniste): obligée (?) de soutenir l’infâme dictateur, prise dans les rets de la logique de ce soutien à l’infâme dictateur, impuissante en un mot…

«This time there were no midnight instructions from the US secretary of state to the president of Pakistan about why he could not impose a state of emergency, as was the case in August. The boot was on the other foot. On Friday the head of US Central Command, Admiral William Fallon, threatened to cut the US funding that keeps the corrupt military regime in business ($10bn since 2001 and $80-100m a month for the war in the tribal region of Waziristan) if General Pervez Musharraf declared a state of emergency. The general went ahead anyway. Britain and the US pressured the general for a pledge to hold national elections, due in January. The general said nothing about holding elections in his midnight address on Saturday, and yesterday Pakistan's prime minister, Shaukat Aziz, rubbed salt into the wound by saying fresh elections could be a year away.

»Gen Musharraf has called Washington and London's bluff, knowing they have no option but to back him. In launching what is, in effect, his second military coup in eight years, the general has exposed the impotence of the US and Britain to control a key ally with nuclear weapons. With troops on the ground in Afghanistan, and the military situation in Nato's war against the Taliban and al-Qaida delicately poised, the US cannot make more than faint bleating noises when its key ally across the border buries democracy for the foreseeable future. Condoleezza Rice said last night that Washington was reviewing the aid package to Pakistan, but the options of the US secretary of state are limited - if, that is, she wants Pakistan's army to continue its costly campaign in Waziristan. The American empire, if there is such a thing, is only just coming to terms with the fact that one of its pro-consuls has gone awol.

»The general also dealt a blow to Washington's plan to stage the comeback of the former prime minister Benazir Bhutto. Far from being the vehicle of the promised transition from dictatorship to democracy, as she told her adulatory supporters on her recent return from exile, Ms Bhutto risks becoming a political hostage. Yesterday her denunciation of Gen Musharraf for imposing a ''mini-martial law'' was ritualistic. What she omitted to say was more important - that she and her party would lead the protest movement of lawyers and civil-rights activists that would bring down emergency rule and herald free elections. For good reason – Ms Bhutto's Pakistan Peoples party was left unscathed by the wave of arrests launched yesterday against fellow members of the opposition.»

Même thème développé déjà, le 3 novembre, par le site McClatchy Newspapers. Mais le thème est plus clairement centré sur l’impuissance et l’échec de Washington dans cette affaire. Pourtant les Américains ont tout fait et ils sont inquiets de la crise pakistanaise, à l’image de l’amiral Fallon dont l’on sait qu’il est bien plus inquiet de la situation pakistanaise que de la crise iranienne.

«The imposition of emergency rule on Saturday in nuclear-armed Pakistan underscores how little influence the Bush administration has on events in a country that has become the bulwark in the U.S. fight against terrorism.

»U.S. officials moved quickly to denounce the order by Pakistan President Gen. Pervez Musharraf, which suspended the constitution and shut down non-government news media. State Department spokesman Sean McCormack said the U.S. government was “deeply disturbed” by the move, which the White House called “very disappointing.”

»Washington's lack of influence, however, was palpable. On Friday, both Secretary of State Condoleezza Rice, in Turkey for talks on Iraq, and Adm. William J. Fallon, the commander of U.S. forces in the Middle East, had warned Musharraf not to impose emergency rule. But Musharraf didn't even wait for Fallon, who was in Pakistan, to leave the country before making his declaration.

»Foreign policy experts said there were few steps the administration could take to pressure Musharraf to change course. “I don't know what the U.S. can do,” said Wendy Chamberlain, a former U.S. ambassador to Pakistan.

»Musharraf has become a critical ally against al Qaida despite widespread skepticism that his government is fully committed to the fight against the terrorist group and its Taliban allies. Members of the powerful military intelligence branch, Inter-Services Intelligence, or ISI, are known to have been supporters of al Qaida and the Taliban.»

Autre point de vue, autre thèse, – ou bien n’est-ce pas une variation sur une même thèse, un peu compliquée c’est tout? Bref, WSWS.org fulmine de fureur et voit, dans la mollesse des réactions occidentales, qui est une autre façon de regarder le verre à moitié plein/à moitié vide, tous les signes de la duplicité impérialiste et capitaliste. Cela est écrit aujourd’hui. Pourquoi pas, d’ailleurs…

«On Sunday, Rice said that Washington will review its aid to Pakistan. Since September 2001 Washington has given Islamabad at least $10 billion, mostly in military aid. Rice’s statement, however, was not a threat, but an acknowledgement that certain US statutes may compel the Bush administration to cut back its financial support for Pakistan’s military regime.

»The Pentagon has been, if anything, even less critical of Musharraf’s coup. Pentagon press secretary Geoff Morrell said, “The declaration [of emergency] does not impact on our military support for Pakistan’s efforts in the war on terror.”

(…)

»The placid reaction to Musharraf’s coup and its implicit threat of a bloodbath is in stark contrast to the vigorous denunciations that emanated from Washington, London, and other western capitals last month after Burma’s military junta violently suppressed demonstrations against oil price rises and the lack of democracy in that country.

»The difference is that the Pakistani regime is a pivotal ally of Washington in the pursuit of its predatory interests in the oil-rich regions of Central Asia and the Middle East. Musharraf has given vital logistical support for the US invasions and occupations of Afghanistan and Iraq and has provided US intelligence agencies with offshore torture facilities. He has also reportedly allowed the US military to use Pakistan to prepare for a war with Iran, by conducting training exercises in Pakistan and staging exploratory cross-border incursions into its western neighbor.»

Musharraf on the rocks

“Le vrai est qu’il n’y a guère de choses si intéressantes à dire sur cette mésaventure”, disons-nous? Voire. Le fait, aussi, est que le Pakistan est un chaudron bouillonnant, qu’il est nucléaire, qu’il est semi-islamique et ainsi de suite. Que veut-on de plus explosif? Le fait est que tout cela se situe dans un contexte et dans une dynamique très particuliers et qu’il importe d’en tirer quelques enseignements.

…Le fait est que nous attendons tous l’explosion iranienne, au sens propre et au sens figuré, que nous (nos dirigeants, avec plus ou moins de zèle) machinons la déstabilisation du régime iranien, que nous multiplions les sanctions et les provocations contre lui et que c’est tout autour qu’explosent et sont déstabilisées les choses: en Turquie avec la crise avec l’Irak (les Kurdes), au Pakistan, sans compter l’Irak et l’Afghanistan. La caractéristique importante de la situation concerne l’attaque déstructurante des USA (contre qui ou quoi? Osama? Les Talibans? Les champs pétrolifères? Les régimes “voyous”? On ne sait exactement). Cette attaque porte ses fruits de plus en plus clairement chez les alliés, les amis et les vassaux (sans compter les Etats-Unis mêmes, après tout), comme si les effets collatéraux préemptaient les effets directs jusqu’à les remplacer.

Etrange tactique, dirait-on si l’on ne savait qu’il n’y a rien de délibéré là-dedans. Il s’agit surtout, essentiellement même, d’une dynamique négative et incontrôlée, d’un “effet” aveugle et irrésistible, celui de la contagion déstructurante des USA. A propos de l’affaire pakistanaise, et malgré la tentation de nous faire croire à nous-mêmes qu’il existe, quelque part, une maîtrise des choses, nous ne barboterons pas trop dans les grandes descriptions des enjeux stratégiques, des enjeux énergétiques, etc., comme explications de ces divers événements. Il s’agit d’explications secondaires, tactiques, temporaires, de circonstance ou d’après coup. La première cause de tout, c’est l’illégitimité de l’Empire. Tout ce que soutient, encouragent et corrompent aujourd’hui les USA est marqué du sceau de cette infamie, de cette lèpre déstructurante, de cette illégitimité foncière. S’il est un “sonovobitch” prioritaire dans l’affaire, nul doute que Washington fait l’affaire.

Depuis des décennies, le Pakistan vit sur les prébendes de Washington. Depuis 9/11, Musharraf est soutenu par Washington, à bout de bras mais également comme la corde soutient le pendu. Le général pakistanais, ou ses “services”, ou tel et tel dans l’engrenage du pouvoir, est à la fois engagé dans le soutien des talibans et dans le soutien forcé des Américains se battant en Afghanistan contre les talibans. Les Américains ne cessent d’exiger que Musharraf règle chez lui une situation qu’eux-mêmes ont contribué depuis si longtemps à renforcer (le Pakistan, relais favori de Bill Casey, directeur de la CIA de 1981 à 1986, pour alimenter les islamistes divers et anti-soviétiques d’Afghanistan, tout cela débouchant sur des nébuleuses diverses où s’abreuvent les talibans et d’autres, et ainsi de suite). D’autre part, nul n’ignore que Musharraf n’a pas la capacité de régler le problème islamiste, pakistano-afghan chez lui. Entre temps, le Pakistan est devenu nucléaire sans que Washington ne pousse des cris trop hauts. Par ailleurs, certains (comme William Kristol) jugent qu’une bonne attaque US contre le Pakistan passerait intelligemment le temps. Le Pakistan et sa crise endémique sont l’exact reflet de la complexité et du désordre, de la contradiction et du cloisonnement, de l’arbitraire, de l’illégalité et de la corruption de la politique extérieure US.

Par conséquent, Musharraf est à la fois l’“homme de Washington”, un allié embarrassant qu’on aimerait mettre au pas et un traître qu’il convient de se préparer à liquider. Les interprétations signalées plus haut (Washington hostile à la loi martiale, Washington complice et ainsi de suite) sont toutes justes et toutes insuffisantes. Un épisode de plus du désordre érigé en politique.


Donations

Nous avons récolté 1696 € sur 3000 €

faites un don