BRICS-SCO, sommet(s) du temps courant

Faits et commentaires

   Forum

Un commentaire est associé à cet article. Vous pouvez le consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

BRICS-SCO, sommet(s) du temps courant

8 juillet 2015 – Les sommet conjoints des BRICS et de la SCO (Shanghai Cooperation Organization) ont commencé ce jour à Oufa, en Russie septentrionale, près de la frontière du Kazakhstan. C’est la Russie qui préside les deux organisations, dont c’est le second (voir plus loin) sommet annuel quasiment conjoint, et cette démarche de rapprochement proche d’être fusionnelle s’imposait aussi bien géographiquement, chronologiquement que politiquement. Il est manifeste que l’événement, vu sous cet angle objectif, consacre la proximité grandissante des deux groupes. (On observera qu’il semble être de facto présenté en 2015 comme une grande première alors que la même chose eut lieu, mais de facto également c’est-à-dire sans célébration particulière, à Ekaterinbourg, en 2009 [BRICS n'était alors que BRIC]. C’est moins tromperie, même par inattention, qu’évolution de la perception, due à l’importance énorme acquise par les deux organisations et leur extension permanente.)

Nous allons laisser l’essentiel de la documentation de cet événement à une interview de l’un des conseillers de haut rang de Poutine, Youri Ouchakov, chargé de cette question des relations avec les deux groupes. Nous n’avons nullement l’habitude de publier de tels documents, de type-officiel, avec l’aspect qui va avec de retenue ; mais justement, nous ne croyons pas que, dans ce cas, la retenue soit imposée par la forme du document mais qu’elle correspond à ce que nous nommons une “vérité de situation” ... Il s’agit donc d’une interview assez formelle, repris par plusieurs organes officiels, et la version ici est celle de RT du 7 juillet 2015, reprise et amputée de l’un ou l’autre passage d’intérêt vraiment trop moyen.

On pourrait d’une façon très justifiée juger que l’interview lui-même n’est pas d’un intérêt dynamique considérable en ce sens qu’il n’annonce rien de spectaculairement nouveau, remet nombre de spéculations à leur place, tout en développant les avancées réelles des deux groupes que tout le monde connaît. Mais, nous répétons justement ce que nous avons dit plus haut sous un point de vue, c’est dans cet intérêt relatif, dans cette prudence extrême, même et surtout lorsqu’il est question des sujets sensibles qui ne sont pourtant pas évités (l’adhésion de l’Iran, l’Ukraine, la Grèce), que repose le matériel essentiel de notre commentaire, – car même une telle situation que certains jugeraient décevante mérite des commentaires qui, eux, nous l’espérons, ne le sont pas. On pourrait aller jusqu’à paradoxalement dire à nos lecteurs, – “passez outre” ce texte si vous le voulez, il n’apporte rien ; mais si nous le publions tout de même c’est pour justement mettre en lumière objectivement, concrètement, le contraste très puissant que nous voulons faire sentir dans notre commentaire ... L’interview sera immédiatement suivie de quelques remarques de notre fait, avant de passer à notre commentaire proprement dit.

RT : «Mr. Ushakov, it so happened that there will be two crucial events, an SCO summit and a BRICS summit, taking place at the same place at the same time. My first question is why are these two events happening at the same place at the same time... »

Youri Ouchakov : «The upcoming event is really important to our country. Russia currently presides in both BRICS and the Shanghai Cooperation Organization. So, it was only natural for us to suggest it to our partners that we put these two summits together. Another reason is that both these organizations have a very positive and stabilizing effect on the world. They both have positive agendas.

»Also, Russia and China are members of both BRICS and the SCO, India is a member of BRICS and has observer status at the SCO. So, the leaders of these three countries were supposed to come together anyway, and it made sense to put these two events together and to have them in the same city.» [...]

RT : «Could you tell us, what events are expected to take part during SCO and BRICS summits, and what key roles are given to Russia in them? What documents are you expecting to adopt? What documents will be signed during bilateral talks as well during summits? What development prospects do you see for these organizations in general?»

Youri Ouchakov : [...] « ... The BRICS countries make up 30 percent of the GDP. These five countries make up 40 percent of the world’s population, and cover one third of the dry land. SCO is also developing. In our view, the main outcome of the SCO meeting in Ufa is that we’ve started the process of including new members to this organization. So far it had only six members, and we had quite lengthy and difficult negotiations on the participation of India and Pakistan in this format. So one of the main decisions, which is beyond the SCO forum framework, was to start the procedure of integrating India and Pakistan into SCO. Iran had also applied to join SCO. We reviewed it, and we decided to return to this matter when the Security Council sanctions are lifted as a result of successful Iranian nuclear talks. Then we’ll have the opportunity to include Iran in our cooperation as well.» [...]

RT : «Should sanctions be lifted, when would Iran be able to join SCO?»

Youri Ouchakov : «When sanctions are lifted the process of consultations between the SCO member states will begin, which will determine a timeframe for accession. I also want to stress that India and Pakistan are not joining the SCO overnight either; this process has just started. In this process they have to get a working memorandum approved by the SCO secretariat. Then they have to sign 28 fundamental SCO documents. And only then, hopefully at the next summit that will take place in India, their membership will be finalized, and the SCO will consist of eight member states.»

RT : «So we'll have our own Group of Eight.»

Youri Ouchakov : «That's right. A Group of Eight of sorts, which will later expand by including Iran.»

RT : «I wanted to ask you about the promising areas for economic cooperation within the framework of the BRICS and the SCO, particularly in light of Russia's recent foreign policy shift toward the East, the Asia Pacific, etc. There is a very promising project underway in China, namely the Silk Road [Economic Belt]. Russia has a very promising project of its own; the Eurasian Economic Union. There has been quite a bit of debate in favor of somehow merging these two projects. Indeed, this appears to be the most lucrative market. Will the leaders discuss integration at this summit, or at least convergence?»

Youri Ouchakov : «This issue has already been extensively discussed, in part during the Russian president's recent meeting with the Chinese president on the sidelines of the World War Two victory celebrations in Moscow in May this year. It was then that the two nations signed a document that opens a discussion of posssibilities for the Eurasian Economic Union and the Silk Road initiative. They will certainly cover this in Ufa during an informal meeting for leaders of BRICS, the SCO and the Eurasian Economic Union. Not only will this matter be discussed; it might become the key theme of these talks.

»Furthermore, BRICS is now also ready to form its own financial institutions. The previous BRICS summit in Fortaleza, Brazil made a decision to do so. Now they will be discussing the functional details of the BRICS New Development Bank and the contingent currency reserve pool.»

RT : «Since we've touched upon the notion of BRICS developing its own financial institutions, there is an opinion that the BRICS Development Bank and other institutions would serve to counterbalance other global powerhouses, such as the IMF. Would you agree with that statement?...»

Youri Ouchakov : «The New Development Bank and the foreign currency reserve pool do not constitute an attempt to oppose the International Monetary Fund or the World Bank. These institutions are rather new instruments for addressing our shared objectives. BRICS is developing its common mechanisms that can efficiently stabilize our economies' capital markets at the time of a crisis, and provide additional opportunities for cross-border lending, and for promoting mutual trade and investment. We see the creation of these new institutions as our contribution to making the international financial architecture more stable and resistant. We do not intend to challenge any of the existing institutions. Besides, I'd like to point out that the New Development Bank is open for accession to any nation – though I do realize it may be too early to discuss that, as the bank has to set up operations first, and people have to see it perform before they make any decisions. In fact, we would have a better idea ourselves of what this bank should do in the future once we start doing practical things with it.»

RT : «Mr. Ushakov, there must be a lot of bilateral meetings planned during the summit; namely, the meeting with the Iranian president that’s been announced. What’s the agenda for this meeting? Are they going to discuss such matters as military cooperation and S-300 missiles supply?»

Youri Ouchakov : «I’d say, the program for these two summits is not just intense; it’s overly intense. Frankly speaking, I don’t even know how the leaders, including the Russian president, will handle this amount of work. For instance, in addition to hosting these two summits, Mr. Putin plans on having 11 bilateral meetings. [...]

»Regarding Iran, this meeting will take place on July 9th and will definitely factor into the outcome of the Iranian nuclear program talks. We really hope these talks make headway, and so far things seem to be going that way. So the outcomes and prospects of Russia and Iran working together in view of those talks will be the key topic of the agenda. They will also cover various matters of bilateral cooperation in the trade, economic, and military fields.

»All these bilateral meetings are going to be rather informal, with no clearly set agenda, so that leaders can bring up any issues. So in anticipation of your next question, I expect they will discuss such matters as Greece, Ukraine, the ISIS threat, among other topics.»

RT : «Since you mentioned Ukraine – indeed, it will definitely be discussed when journalists ask questions about it. What about the actual negotiations, will they cover Ukraine specifically?»

Youri Ouchakov : «I believe Ukraine, as one of the hottest topics, will certainly not be ignored by leaders of such major states. They will obviously discuss the Ukraine crisis in a BRICS working lunch, or a BRICS closed meeting; I am sure the same goes for SCO meetings. Moreover, the declarations that are adopted at the end of the Ufa summit do cover this issue. In particular, there are three major points, which are of crucial importance according to Russia; and, importantly, our colleagues from India, China and other states share these views. First, these countries don’t believe in a military solution to the Ukraine crisis. They call for diplomatic negotiations. And finally, as the documents emphasize, they insist that the conflicting sides fully comply with all 13 points of the Minsk Agreement of February 12th. The leaders will thoroughly analyse the Ukrainian situation based on these three points, which have already been approved. I believe they will appreciate Mr. Putin’s input when he shares his views on this situation.»

RT : «The Greek debt is another burning issue today, considering the country's strained economic situation. Do you think there is a chance that the two summits may end up with Greece announcing it wants to join the New Development Bank, and the BRICS nations, in turn, announcing that Greece can count on new loans to finance some of its projects?»

Youri Ouchakov : «Like I said, the situation in Greece will be discussed at both summits, particularly during informal conversations. Especially now that the results of the Greek referendum are in, and there is intensive consultation underway within the euro zone. The Euro summit launches tomorrow, and the Greek issue will inevitably be on the table there. There has been speculation in the media that Greece may apply for accession to the New Development Bank. We know of these assumptions, but so far, no one has officially discussed such an option with us. Besides, like I said, the bank is just launching its operations, it still has to set out its priorities and start to function. And it certainly won't start its operations with Greece; it has its own tasks and challenges to deal with. So Greece will be discussed at the summit, but not in the context of its prospective accession to the New Development Bank, not even in the long term.»

RT : «So it's been mere speculation?»

Youri Ouchakov : [nods].

• La volonté d’apaisement, de régulation, de pacification des relations internationales, par le biais des organisation SCO et BRICS apparaît partout, à chaque coin de phrase. Qu’il s’agisse des deux organisations elles-mêmes («...both these organizations have a very positive and stabilizing effect on the world. They both have positive agendas»), qu’il s’agisse des nouveaux organismes financiers qui ne sont conçus en aucune façon comme concurrents, encore moins adversaires des organismes financiers internationaux du bloc BAO («The New Development Bank and the foreign currency reserve pool do not constitute an attempt to oppose the International Monetary Fund or the World Bank»).

• Dans le même esprit, les initiatives essentielles des BRICS/OSC sont présentées dans le sens de la conciliation bienveillante, comme des démarches structurantes, aptes à enrichir une région, des continents, plus encore, l’économie générale du monde elle-même... («[P]ossibilities for the Eurasian Economic Union and the Silk Road initiative. They will certainly cover this in Ufa during an informal meeting for leaders of BRICS, the SCO and the Eurasian Economic Union. Not only will this matter be discussed; it might become the key theme of these talks...»). Si elles affirment une volonté de figurer comme un groupe d’une grande puissance économique, s’inscrivant comme l’un ou (et) l’autre pôle du “nouveau monde multipolaire”, c’est selon des schémas qui s’inspirent des structures du bloc BAO, – parfois d’une manière un peu ironique si l’on songe à l’histoire récente : l’évocation de la SCO devenant un “G-8” avec l’Inde et le Pakistan en plus (et bientôt “G-9” avec l’Iran), alors que le SCO est souvent surnommé l’“Otan de l’Est” est ironique certes au regard du sort qu’on a fait à la Russie au sein du G-8, disons moyennement involontairement ironique. («That’s right. A Group of Eight of sorts, which will later expand by including Iran»).

• .. Le même esprit de mesure et de légalisme apparaît avec le cas de l’Iran, effectivement candidate à l’entrée dans la SCO, mais candidature qui ne sera examinée que lorsque la situation internationale de l’Iran sera rétablie aux normes légales, – et cela, quoi qu’on pense de la justesse de cette situation internationale des sanctions anti-iraniennes. («sanctions are lifted the process of consultations between the SCO member states will begin, which will determine a timeframe for accession...») De ce point de vue, tout de même, on peut noter, mais ce n'est pas la première fois, qu'une sortie de l'Iran de l'époque des sanctions pour être récupéré par la “communauté internationale”-BAO, comme on l'a souvent clamé dans nos capitales, commence drôlement avec la procédure d'adhésion à l'OCS...

• Enfin, pour ce qui concerne les deux crises européennes en cours, encore ce souci de mesure, tout en appuyant sans réserve la position classique de la Russie sur l’Ukraine (c’est-à-dire Minsk2) : «They will obviously discuss the Ukraine crisis in a BRICS working lunch, or a BRICS closed meeting; I am sure the same goes for SCO meetings. Moreover, the declarations that are adopted at the end of the Ufa summit do cover this issue. [...] In particular, there are three major points, which are of crucial importance according to Russia; and, importantly, our colleagues from India, China and other states share these views...» Sur la Grèce, la réserve est complète, avec renvoi à l’exercice de la spéculation de tout ce qui a été dit des diverses possibilités de rapprochement, de prêts, etc. («So Greece will be discussed at the summit, but not in the context of its prospective accession to the New Development Bank, not even in the long term.»)

Cela n’empêche en rien à ces spéculations de se poursuivre (voir Johanna Ross, sur Russia Insider le 8 juillet 2015) et même cela n’empêche en rien d’ajouter éventuellement du crédit à ces spéculations... Entre ces deux parties de la même situation grecque, – position officielle-et-réelle de la Russie/des BRICS/SCO et spéculations sur des possibilités, – il faut établir une séparation très nette et n’en rejeter aucune. Ce constat vaut, au fond, pour tous les différents constats qu’on a faits précédemment, et c’est là la particularité remarquable de cette situation, qui n’est pas celle des BRICS/SCO mais du monde lui-même aujourd’hui.

Les BRICS/SCO comme le reste

L’atmosphère est différente, – ô combien, – de ce qu’elle était, il y a six ans, lorsqu’on avait enregistré pour la première fois, presque côte-à-côte, les deux sommets des BRICS (BRIC) et de la SCO, à Ekaterinbourg, déjà en Russie puisque la Russie assurait les présidences, comme aujourd’hui (voir le 18 juin 2009 et le 19 juin 2015).

... C’était l’époque où tentant laborieusement d’échapper des griffes de la crise 9/15 de septembre 2008, croyant encore qu’on pouvait échapper à cette crise, croyant malgré tout qu’il s’agissait d’une crise “normale”, qu’on peut achever, on fondait quelque espoir sur ce rassemblement qui semblait préfigurer l’avenir nécessaire ; c’était l’époque où, sans trop se pousser, sans trop de scepticisme à boire, sans trop croire céder au vertige de la rhétorique, car évidemment la tâche envisagée c’est-à-dire la révolte générale antiSystème impliquait la coopération de tous, même et surtout de la part de ceux qui s’en trouvaient au centre, l’on pouvait exhorter un Obama à être un nouveau Gorbatchev. (A la même époque, Obama rencontrait Poutine à Moscou et il avait déjà secrètement rencontré Gorbatchev : «BHO est certes intelligent, voire brillant; mais ce sont choses sans importance s’il ne s’avère pas “maistrien”… BHO, suivez donc les conseils de Gorbatchev, peut-être arriverez-vous à trouver votre vraie tâche historique et à la conduire au terme.» [notre texte du 18 juin 2009].)

Finis, envolés, ces temps-là sont totalement révolus ! Et nous, de remballer toute notre salade de l’“American Gorbatchev”, si bien cultivés dans ces premiers mois de la présidence Obama... Les BRICS et la CSO ont beau avoir effectué une formidable montée en puissance, s’organisant méthodiquement, attirant à eux des forces satellitaires, voire débauchant par un biais ou l’autre une collaboration de l’un ou l’autre groupe de “félons” du bloc BAO (voir la banque AIIB qui appartient, quoiqu’on veuille, à cette mouvante BRICS/SCO), ils ont fait et joliment fait mais rien n’y fait parce que tout est déjà complètement bouleversé par avance. Non que les USA aient repris le dessus, aient répliqué à temps, – quelle extraordinaire sornette est-ce là et comment peut-on s’attarder un seul instant à la commenter, à même faire l’honneur de prendre encore pour la grande influence historique en considération ce résidu de monstrueuse puissance que sont devenus les USA, pur instrument décati du Système ? Non, ce qui nous a tous pris de vitesse, c’est le désordre, l’immense désordre, qui n’est pas une simple production du hasard (ni d’un producteur humain, type “maître du monde globalisant”, nous allons de sornette en sornette, mais cela permet des sommeils réparateurs), ; l’immense désordre qui est l’immense déstructuration-dissolution produite par le Système, et donc la bataille ultime de tout ce qui est antiSystème (tout ce qui l’est fondamentalement d’une part, tout ce qui virevolte d’une position-Système à une position antiSystème d’autre part, tout est bon) contre la phase ultime de l’entropisation qui est le but du Système, opérationnalisant le “déchaînement de la Matière” et les forces qui composent cet évènement cosmique ; activer à mort l’autodestruction avant que la surpuissance ait fait son œuvre.

Les dirigeants des BRICS/SCO sont des gens mesurés, conscients des extraordinaires tensions et des fragilités béantes du temps. Ils ont en général assez peu d’audace, certains par choix contraint d’autres par goût qu’importe, ils avancent avec une prudence formidable comme lorsqu’on vous évoluez au milieu d’un champ de mines où l’on trouve de vagues traces de pas dans le sable indiquant qu’ici et là il n’y a donc et sans doute pas de mine, et qu’il y faut poser le pied du pas suivant, – avec une infinie prudence. Si l’on prend les dirigeants des BRICS, deux sont prudents par nature (le Chinois et le Russe), l’un est un peu fantasque mais il apprend (l’Indien Nodi), deux sont en difficultés directement dans leurs pays (le Sud-Africain et la Brésilienne). Tous ont des pays immenses à gérer dont les fragilités et les vulnérabilités sont multiples, nullement parce qu’ils sont trompeurs sur la puissance qu’on leur prête, mais parce qu’aujourd’hui aucun pays au monde (sauf Monaco et quelques confettis du genre, peut-être ? Et encore...) n’est dispensé de fragilités et de vulnérabilités multiples, parce que c’est la règle et que c’est la loi. Depuis Ekaterinbourg, si l’on veut bien passer en revue les évènements, du “printemps arabe” à l’Ukraine, la situation s’est formidablement détériorée dans le sens de la déstructuration et de la dissolution. Nous vivons dans une situation, non seulement déstructurée mais totalement hostile à la structure, évoluant vers l’informe par haine pure de la structure et de la forme.

Comment les BRICS/SCO pourraient-ils réagir contre cela ? Il n’en est pas question... D’abord, en fonction de tout ce qu’on a vu plus haut, selon les cas particuliers, les situations des pays, les personnalités des dirigeants ; mais surtout, pour la raison essentielle que nous avons cent fois explorée, que les BRICS/OCS font nécessairement partie du Système autant qu’ils en peuvent être considérés comme les adversaires (antiSystème par accident, certes, mais aussi en substance par une partie d’eux-mêmes, ce qu’ils sont, le traitement qu’on leur a fait subir, etc.). A certaines occasions très spécifiques, on peut juger les BRICS/OCS nettement antiSystème (voir le 2 avril 2014), mais, sans se dédire, après avoir largement favorisé l’hypothèse que l’un d’entre eux (le principal dans ce cas puisqu’il s’agissait de la Russie et de la crise ukrainienne) soit finalement trop “un pied dans le Système” pour donner au Système le coup de pied fatal avec l’autre pied qui “n’est pas dans le Système” (le 29 mars 2014) :

«L’argument que nous développons ne signifie nullement que nous favorisions une poussée militaire de la Russie qui, dans les circonstances actuelles, n’a guère de sens, mais d’observer que la Russie a tout intérêt à faire monter la tension pour faire apparaître en pleine lumière toute la puissance des enjeux de l’actuelle “crise de confrontation mondiale”, ou “crise haute ultime”. Le but est alors de provoquer des chocs tels que le Système en soit affecté gravement et s’en trouve accéléré dans son processus d’effondrement. Encore une fois, cela ne signifie pas la route vers un conflit au sens classique (la guerre), mais la route vers la pleine opérationnalisation de la crise d’effondrement du Système sous les coups de la tension imposée par des attitudes de fermeté extrême... [...] [Mais d’]une certaine façon, on comprend les Russes qui écartent cette orientation ou bien l’excluent comme impensable, dans la mesure où la Russie fait tout de même partie du Système et qu’elle risque d’être entrainée dans les remous d’un tel effondrement, et même qu’elle serait sûrement entraînée dans de tels remous...»

Cette situation, concernant ici un paroxysme de la crise ukrainienne, se retrouve dans nombre de circonstances, et bien entendu pas seulement pour la Russie bien que ce pays soit tout de même à la fois le plus exposé, le plus conscient des enjeux, le mieux équipé et le plus déterminé pour résister et riposter. La Russie reste d’ailleurs plus que jamais dans cette situation mais on doit en mesurer les limites. Poutine est ce qu’il est, c’est-à-dire fondamentalement prudent, par caractère russe, par position générale (qui est celle des autres BRICS/SCO) ; habile, clairvoyant, souple et profitant de la moindre opportunité pour contre-attaquer et profiter d’un avantage temporaire que la politique-Système suivie par le bloc BAO, totalement incohérente pour les normes diplomatiques et complètement incontrôlable, lui donne plus qu’à son tour ; mais attaquant, provocant, offensif, dans le but stratégique de provoquer un ébranlement majeur du Système, – ce qui ne serait nullement impensable ? Nous ne le croyons pas sans savoir si Poutine a conscience d’une telle possibilité, non pas stratégique, non pas politique, mais eschatologique ... (Alors qu’à notre sens, une telle poussée forcerait les BRICS/SCO à suivre.) Tout juste peut-on évoquer, – cela a été largement envisagé et évalué depuis le début de la crise ukrainienne, – le cas extrême d’un danger direct soudain porté contre la Russie, qui déclencherait nécessairement et sans l’ombre d’un doute une telle réaction de Poutine (ce point-là, en filigranes, au fond des âmes russes, explique sa fantastique popularité en Russie, quasiment à 90%). Certains moments furtifs et flamboyants (le signe de croix de Choïgou) nous en donnent la conviction.

En attendant, et pour en revenir au cas grec qui est actuellement le point le plus “chaud”, il nous paraît complètement logique de voir la Russie se montrer d’une prudence extrême, et les BRICS/SCO avec elle. Ce n’est pas tant l’indécision supposée de Tsipras, ou bien son désintérêt malgré un jeu dans ce sens, c’est plutôt la hauteur de l’enjeu de déstabilisation. De ce point de vue, le mouvement naturel de Poutine/BRICS/SCO renvoie à une “mémoire de la Guerre froide”, au monde de Yalta dont toute l’école diplomatique et du renseignement russe doit avoir la nostalgie, où l’ordre régnait, où les “zones d’influence” n’étaient pas un vain mot (et la Grèce dans la “zone occidentale”) ... Ce n’est pas parce que le bloc BAO saccage tout cela que l’on va saccager, ce n’est pas parce que votre interlocuteur est fou que vous-même, vous allez être fou ... Certains diraient, et nous pensons parfois avec faveur à cette logique, – “Si, justement”... Mais nous ne sommes pas “aux affaires”, même si les affaires sont en pleine folie.

Reste notre hypothèse centrale, fondamentale, primale comme les moyens déchaînés d’une Cause Première ; car tout ce que nous avons décrit ci-dessus n’empêche pas, et l’on dirait même “au contraire”, que les évènements se poursuivent à un rythme déchaîné. Malgré toutes leurs bonnes intentions, leur prudence, leur mesure, leur sagesse dirait-on même, les BRICS/SCO n’ont rien empêché du tout, ils n’ont rien imposé du dixième du millième de l’ordre qu’ils voudraient voir s’instaurer, pourtant respectueux des intérêts de chacun et de tous, bloc BAO inclus. Leur sagesse elle-même est une cause d’irritation insupportable pour un bloc BAO/USA devenue fou et abîmé dans le “sectarisme” (on dit “la Secte”, c’est dire). Les évènements ne cessent d’accélérer avec l’histoire devenue métahistoire, et le temps de se contracter, et nous sollicitons toujours les mêmes forces obscures ou d’autres, peut-être flamboyantes que nous ne voyons pas encore, tant habitués à regarder vers le bas et vers notre nombril, et qui toutes sont en action sans que nous n’y puissions rien ... (Et alors, par une circonstance incroyable et complètement inattendue que l’enchaînement des évènements totalement hors de notre contrôle nous ménagerait, tout ce beau raisonnement sur la non-intervention type-Yalta dans la crise grecque s’effondrerait brutalement en poussière et, soudain, Poutine rencontrerait précipitamment Tsipras, déciderait l’une et l’autre chose urgente, embarquerait les BRICS dans l’affaire, – bien entendu, cela est évidemment, absolument autant concevable que ce que l’on vient d’expliquer en fait d’inaction.)

Il est bien possible qu’un lecteur excédé maugrée au fond de lui-même jusqu’à songer à attaquer par le Forum : “mais alors, que proposez-vous, que prévoyez-vous ?!” Et notre réponse sera toujours la même, imperturbable, tant que durera la situation présente, “mais rien, mais absolument rien, sinon d’observer et de travailler, et de tout faire dans ce travail pour hâter à la destruction aveugle, impitoyable, à l’anéantissement total, sans espoir de renaissance, de ce Système” ; sans savoir pourquoi, au fond, sinon qu’œuvrer à la destruction du Mal est quelque chose qu’on ne discute pas et dont la justification est dans l’acte lui-même... On le fait, c’est tout.


Donations

Nous avons récolté 1613 € sur 3000 €

faites un don