A mettre dans vos favoris : The Intercept

Brèves de crise

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

A mettre dans vos favoris : The Intercept

L’association Omidyar/Greenwald & Cie vient de lancer son premier site de l’ère post-Snowden. Le site The Intercept publie ses premières nouvelles ce jour. (Voir la nouvelle sur le rôle de la NSA dans la politique d’assassinat des drones, ce 10 février 2014, et quelques photos sur quelques organisations sympathiques, la NSA, le NRO [National Reconnaissance Office], la NGA [National Geospatial-Intelligence Agency], ce même 10 février 2014.)

On trouve sur le blog de FirstLook.org, l’organisation générale chapeautant l’association Omidyar/Greenwald & Cie, aux dates des 6-10 février 2014, diverses explications sur les projets et structures qui vont être mis en place, et dont The Intercept est le premier élément. Trois des principaux acteurs journalistiques de l’entreprise (The Intercept et ce qui suivra), Glenn Greenwald, Laura Poitras et Jeremy Scahill, présentent le nouveau site, ce même 10 février 2014.

«...The Intercept has a two-fold mission: one short-term, the other long-term.

»Our short-term mission is limited but critically important: to provide a platform and an editorial structure in which to aggressively report on the disclosures provided to us by our source, NSA whistleblower Edward Snowden. We decided to launch now because we believe we have a vital and urgent obligation to this story, to these documents, and to the public... [...]

»Our longer-term mission is to provide aggressive and independent adversarial journalism across a wide range of issues, from secrecy, criminal and civil justice abuses and civil liberties violations to media conduct, societal inequality and all forms of financial and political corruption. The editorial independence of our journalists will be guaranteed, and they will be encouraged to pursue their journalistic passion, areas of interest, and unique voices...»

Greenwald a quitté le Guardian le 31 octobre 2014 (voir le Ier novembre 2013). Du point de vue de Greenwald et de ses entreprises anti-NSA, il est important que ce site (The Intercept) devienne opérationnel, à peu près trois mois plus tard, c’est-à-dire qu’il remette Greenwald & Cie au premier plan du système de la communication, dans un rôle très actif, alors que diverses attaques et mises en cause ont été lancées contre cette équipe de journalistes, notamment du fait de leur association avec Pierre Omidyar. Nous allons donc pouvoir suivre et juger un prolongement important de la crise Snowden/NSA, avec le développement d’un néo-journalisme, post-Snowden (et post-Guardian, en un sens), où l’attaque contre des institutions fondamentales du Système devient la “feuille de route” officielle du travail entrepris.


Mis en ligne le 10 février 2014 à 13H32

Donations

Nous avons récolté 765 € sur 3000 €

faites un don