Rapport sur un désastre : Libye, Qatar, al Qaïda, USA


07/12/2012 - Bloc-Notes

Il y a 1 commentaire(s) associé(s) a cet article. Vous pouvez le(s) consulter et réagir à  votre tour.

 

Rapport sur un désastre : Libye, Qatar, al Qaïda, USA

L’article du 6 décembre 2012 du New York Times (NYT) sur le soutien et l’armement en Libye des extrémistes djihadistes et autres, qu’il s’agisse d’al Qaïda ou de son double, apporte un sceau d’officialité à la catastrophe que fut en réalité l’affaire libyenne pour le Système. On sait que le New York Times est une sorte d’“officieux” du pouvoir washingtonien, lui-même relais opérationnel central du Système ; une sorte de Pravda locale, si l’on veut, dont certaines interventions ont un caractère essentiel dans le système de la communication, pour informer tous les mandants du Système. Ce sera le cas pour cet article, qui a manifestement reçu le soutien de l’administration au niveau de l’information, et l’imprimatur qui importe. (Lorsqu’on trouve, dans un article de cette importance, une phrase telle que «The White House and State Department declined to comment», on peut être assuré qu’il s’agit du cas décrit ici, à savoir qu’il est dit officieusement par le NYT ce que Washington ne veut pas dire officiellement mais veut faire savoir aux “mandants du Système” déjà mentionnés.)

Nous disposons donc d’un bon résumé de ce que furent la “politique” officielle US vis-à-vis de la question de l’armement des rebelles libyens, la position du Qatar (et des EAU) comme intermédiaire(s) opérationnel(s) notamment pour les livraisons d’arme, l’absence complète à la fois de contrôle et de compréhension de la situation, y compris du comportement du Qatar, de la part des divers services US. Nous pouvons lire également combien l’administration Obama fut passive dans cette affaire, au contraire des diverses descriptions de manigances à cet égard, combien elle ne fit que “suivre” avec comme seule préoccupation la panique constante de l'implication dans un conflit terrestre. Il y eut d’abord une requête des Émirats Arabes Unis pour livrer des armes de fabrication US aux rebelles libyens, avec refus initial de Washington (crainte d’être impliqué), tandis que le Qatar avait déjà commencé, de sa propre autorité, à livrer des armes dont il disposait, de fabrication française et russe. Finalement, Washington entra dans le circuit, livrant des armes US à ses amis du Golfe, pour les rebelles libyens. Quant au “contrôle” exercé par les USA sur ces livraisons : « The administration has never determined where all of the weapons, paid for by Qatar and the United Arab Emirates, went inside Libya, officials said. […] “Nobody knew exactly who they were,” said the former defense official. The Qataris, the official added, are “supposedly good allies, but the Islamists they support are not in our interest.”»

Aucune réelle surprise dans tout cela, parce que tout ce que nous dit le NYT fut exprimé par les auteurs dissidents du Système et diffusé à profusion dans la presse alternative, essentiellement sur l’Internet. Les pires appréciations sur la politique US sont confirmées : incompréhension, inculture, aveuglement, incapacité de contrôle des événements, hésitations avec tendance d’aller toujours au plus extrême et au plus douteux, absence totale de stratégie. Le caractère incontrôlable et maximaliste du comportement du Qatar, ses ambitions grotesques également, apparaissent largement au gré des précisions apportées par l’article.

«The Obama administration did not initially raise objections when Qatar began shipping arms to opposition groups in Syria, even if it did not offer encouragement, according to current and former administration officials. But they said the United States has growing concerns that, just as in Libya, the Qataris are equipping some of the wrong militants.

»The United States, which had only small numbers of C.I.A. officers in Libya during the tumult of the rebellion, provided little oversight of the arms shipments. Within weeks of endorsing Qatar’s plan to send weapons there in spring 2011, the White House began receiving reports that they were going to Islamic militant groups. They were “more antidemocratic, more hard-line, closer to an extreme version of Islam” than the main rebel alliance in Libya, said a former Defense Department official.

»The Qatari assistance to fighters viewed as hostile by the United States demonstrates the Obama administration’s continuing struggles in dealing with the Arab Spring uprisings, as it tries to support popular protest movements while avoiding American military entanglements. Relying on surrogates allows the United States to keep its fingerprints off operations, but also means they may play out in ways that conflict with American interests.

»“To do this right, you have to have on-the-ground intelligence and you have to have experience,” said Vali Nasr, a former State Department adviser who is now dean of the Paul H. Nitze School of Advanced International Studies, part of Johns Hopkins University. “If you rely on a country that doesn’t have those things, you are really flying blind. When you have an intermediary, you are going to lose control.” He said that Qatar would not have gone through with the arms shipments if the United States had resisted them, but other current and former administration officials said Washington had little leverage at times over Qatari officials. “They march to their own drummer,” said a former senior State Department official. The White House and State Department declined to comment.

Le 12 novembre 2012, nous donnions des extraits d’une chronique concernant une intervention de l’expert US Flynt Leverett, notamment sur l’affaire de Benghazi du 11 septembre 2012 (assassinat de l’ambassadeur Stevens) : «Amidst the controversy in Washington over the chronology and extent of the CIA and U.S. military response to the attack on the U.S. consulate in Benghazi on September 11, 2012, there is a critical point which pundits, for the most part, have not raised, but of which the Obama administration is very mindful: “that the U.S. ambassador to Libya may have been killed by a group which was armed, supported by the United States or its allies… [Administration officials] know that jihadi groups are playing an increasingly important role on the ground in the Syrian opposition” and Washington wants to get in front of this problem.»

Effectivement, on retrouve à plusieurs reprises, dans l’article du NYT, le poids de la préoccupation que fait peser “l’effet-Benghazi” (l’assassinat de Stevens) sur l’administration Obama. («No evidence has emerged linking the weapons provided by the Qataris during the uprising against Col. Muammar el-Qaddafi to the attack that killed four Americans at the United States diplomatic compound in Benghazi, Libya, in September.») Un récit plus précis sur l’implication d’un marchand d’armes US dans l’affaire libyenne nous permet de tirer nos propres conclusions sur le climat régnant dans cette affaire, sur l’implication de l’ambassadeur Stevens précisément, sur les connexions serrées entre les actions clandestines qu’affectionnent les USA, les groupes extrémistes, le trafic d’armes, le crime plus ou moins organisé et de mieux en mieux organisé, etc. C’est ainsi, que se définit, aujourd’hui, la politique extérieure générale, et il faut bien les très nombreux discours d’Hillary sur les droits de l’homme et de la femme, sur la démocratie et tout le reste, pour tenter de blanchir au moins la façade… Voici donc le cas de Marc Turi.

«The case of Marc Turi, the American arms merchant who had sought to provide weapons to Libya, demonstrates other challenges the United States faced in dealing with Libya. A dealer who lives in both Arizona and Abu Dhabi in the United Arab Emirates, Mr. Turi sells small arms to buyers in the Middle East and Africa, relying primarily on suppliers of Russian-designed weapons in Eastern Europe.

»In March 2011, just as the Libyan civil war was intensifying, Mr. Turi realized that Libya could be a lucrative new market, and applied to the State Department for a license to provide weapons to the rebels there, according to e-mails and other documents he has provided. (American citizens are required to obtain United States approval for any international arms sales.)

»He also e-mailed J. Christopher Stevens, then the special representative to the Libyan rebel alliance. The diplomat said he would “share” Mr. Turi’s proposal with colleagues in Washington, according to e-mails provided by Mr. Turi. Mr. Stevens, who became the United States ambassador to Libya, was one of the four Americans killed in the Benghazi attack on Sept. 11.

»Mr. Turi’s application for a license was rejected in late March 2011. Undeterred, he applied again, this time stating only that he planned to ship arms worth more than $200 million to Qatar. In May 2011, his application was approved. Mr. Turi, in an interview, said that his intent was to get weapons to Qatar and that what “the U.S. government and Qatar allowed from there was between them.”

»Two months later, though, his home near Phoenix was raided by agents from the Department of Homeland Security. Administration officials say he remains under investigation in connection with his arms dealings. The Justice Department would not comment. Mr. Turi said he believed that United States officials had shut down his proposed arms pipeline because he was getting in the way of the Obama administration’s dealings with Qatar. The Qataris, he complained, imposed no controls on who got the weapons. “They just handed them out like candy,” he said.»

Monsieur Turi nous donne parfaitement la morale de cette histoire, ou de ce piètre morceau d’une histoire toujours en cours, à propos des Qataris et des armes livrées pour la démocratie et les droits de l’homme : «They just handed them out like candy» … Effectivement, “histoire toujours en cours”, puisque la même chose se poursuit aujourd’hui en Syrie. Il y a donc une saisissante leçon de choses sur le fonctionnement du Système et le niveau de réflexion du sapiens-collabo (du Système) courant, – le journaliste moyen et supérieur du NYT, – dans le fait que cet article fleurit, on dirait peut-être “comme une rose au milieu des ordures”, au milieu de commentaires et d’éditoriaux courants du même NYT, exhortant l’administration à armer et à encore armer les héroïques rebelles syriens, à soutenir le Qatar dans ses entreprises, éventuellement à faire affaire avec les Marc Turi du moment, – pour parvenir enfin à l’établissement de la démocratie, – en Syrie, comme en Libye. Au moins à ce niveau et dans cette entreprise-là, la Syrie est l’exacte réplique de la Libye, avec une fidélité presque émouvante après tout, et une sorte de répulsion extraordinairement puissante pour tout ce qui peut avoir affaire avec l’expérience et la mémoire des choses et des actes : “incompréhension, inculture, aveuglement, incapacité de contrôle des événements, hésitations avec tendance d’aller toujours au plus extrême et au plus douteux, absence totale de stratégie”. La feuille de route est écrite, type “copié-collé”, – destination : le bordel, – tragique et dérisoire comme sont tous ces pauvres sapiens, emportés par leurs faiblesses et l'arrogance de s'en croire dispensés.

`

Mis en ligne le 7 décembre 2012 à 05H59